Décès d’Émile Poulat, le 22 novembre 2014, à l’âge de 94 ans, à Paris

Né en 1920 dans les Monts du Lyonnais  – une des régions françaises alors sociologiquement catholiques -, Émile Poulat a été confronté comme tous les jeunes de son époque à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale, et notamment, pour ce qui le concerne, au STO (Service Obligatoire du Travail), auquel il sera réfractaire. Entré au Grand Séminaire dès avant la guerre et ordonné prêtre en 1945, il passe son doctorat de théologie en 1950.  Marqué par la recherche foisonnante, pendant et après la guerre, sur de nouvelles formes d’insertion et de présence des prêtres dans « La France, pays de mission », pour reprendre le célèbre titre du livre d’André Godin paru en 1943, il participe durant ces années (autour de 1950) à l’aventure des « prêtres-ouvriers » (« PO ») en travaillant lui-même (non pas en usine, mais dans un laboratoire). Frappé par l’interdiction des PO en 1954 (obligation d’arrêter le travail le 1° mars), il retourne à l’état laïc (une formule qu’on n’employait pas à cette époque !) et se marie en 1955. Marqué par l’expérience, il publiera cependant en 1965 une histoire très documentée des prêtres-ouvriers dans Naissance des prêtres-ouvriers (Casterman).

Entré au CNRS en 1955 (et plus tard à l’EHESS – VI° section), E. Poulat fut marqué au départ, comme tous les sociologues de la religion de sa génération, par le « doyen (Gabriel) Le Bras ». Sous l’égide de ce dernier, seront fondés le Groupe de sociologie des religions et la revue Archives de sociologie des religions (devenue Archives de sciences sociales des religions).

A partir de ces années commence une carrière considérable – de chercheur en sociologie et en histoire contemporaine du catholicisme -, dont atteste une énorme bibliographie de livres et d’articles. Ils témoignent que rien du catholicisme de l’époque moderne, « un monde », ne lui est resté étranger. Innombrables sont les pistes de recherche et les sujets qu’il a abordés. En France, il est sinon l’inventeur au sens strict du moins celui qui a diffusé et affiné en France la signification et la permanence d’un catholicisme intransigeant (face à des aspects décisifs du monde moderne qu’il rejette) et intégraliste (face au libéralisme, compris comme « émancipation par rapport à la loi de Dieu »). Ses travaux du début des années 60 sur la « crise moderniste » dans l’Eglise au début du XX° siècle (avec l’emblématique Alfred Loisy) et sur l’intégrisme à ses débuts (« La Sapinière », réseau influent autour de Pie X) auront sans doute fourni une sorte de matière première initiale à sa connaissance encyclopédique du catholicisme des deux derniers siècles, qui inclut aussi les soutiens étranges et les adversaires historiques de ce dernier : l’ésotérisme chrétien, les francs-maçons et surtout la laïcité française…

De cette laïcité, justement, Poulat est devenu un des grands spécialistes, en précisant là encore inlassablement et souvent en rectifiant, à partir de documents de première main, l’histoire et la réception de la loi de 1905. Ces travaux lui vaudront l’estime de la République, au plus haut niveau, à droite et à gauche. Foncièrement laïque lui-même et d’esprit « service public », il a toutefois exprimé à plusieurs reprises ses réticences, ces dernières années, sur des revendications laïques qui lui paraissaient excessives, ou trop empreintes d’idéologie. Il était attaché à la rédaction et aux effets très pragmatiques de la loi de 1905 – « loi de séparation », comme le dit son titre, et non de « laïcité » (le mot ne viendra que plus tard pour la désigner).

Il ne cachait pas – ou ne cachait plus –, tout en restant discret, ses convictions religieuses, sa foi catholique si l’on préfère, et il avait trouvé dans la communauté de Sant’Egidio, une association internationale de laïcs fondée en Italie par l’historien Andrea Riccardi, vouée au dialogue interreligieux et à des médiations pour la paix dans des conflits apparemment sans solution, un lieu pour l’exprimer. Rappelons qu’il était président d’honneur d’IRENE et que lors de diverses manifestations auxquelles il participa malgré les vicissitudes du grand âge, il nous apporta son savoir et sa lucidité (pour sa considérable bibliographie, je renvoie à ses derniers livres, où elle est inclue, ou à Internet).

Jean-Louis Schlegel


irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *