Décès d’Émile Poulat, le 22 novembre 2014, à l’âge de 94 ans, à Paris

Né en 1920 dans les Monts du Lyonnais  – une des régions françaises alors sociologiquement catholiques -, Émile Poulat a été confronté comme tous les jeunes de son époque à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale, et notamment, pour ce qui le concerne, au STO (Service Obligatoire du Travail), auquel il sera réfractaire. Entré au Grand Séminaire dès avant la guerre et ordonné prêtre en 1945, il passe son doctorat de théologie en 1950.  Marqué par la recherche foisonnante, pendant et après la guerre, sur de nouvelles formes d’insertion et de présence des prêtres dans « La France, pays de mission », pour reprendre le célèbre titre du livre d’André Godin paru en 1943, il participe durant ces années (autour de 1950) à l’aventure des « prêtres-ouvriers » (« PO ») en travaillant lui-même (non pas en usine, mais dans un laboratoire). Frappé par l’interdiction des PO en 1954 (obligation d’arrêter le travail le 1° mars), il retourne à l’état laïc (une formule qu’on n’employait pas à cette époque !) et se marie en 1955. Marqué par l’expérience, il publiera cependant en 1965 une histoire très documentée des prêtres-ouvriers dans Naissance des prêtres-ouvriers (Casterman).

Entré au CNRS en 1955 (et plus tard à l’EHESS – VI° section), E. Poulat fut marqué au départ, comme tous les sociologues de la religion de sa génération, par le « doyen (Gabriel) Le Bras ». Sous l’égide de ce dernier, seront fondés le Groupe de sociologie des religions et la revue Archives de sociologie des religions (devenue Archives de sciences sociales des religions).

A partir de ces années commence une carrière considérable – de chercheur en sociologie et en histoire contemporaine du catholicisme -, dont atteste une énorme bibliographie de livres et d’articles. Ils témoignent que rien du catholicisme de l’époque moderne, « un monde », ne lui est resté étranger. Innombrables sont les pistes de recherche et les sujets qu’il a abordés. En France, il est sinon l’inventeur au sens strict du moins celui qui a diffusé et affiné en France la signification et la permanence d’un catholicisme intransigeant (face à des aspects décisifs du monde moderne qu’il rejette) et intégraliste (face au libéralisme, compris comme « émancipation par rapport à la loi de Dieu »). Ses travaux du début des années 60 sur la « crise moderniste » dans l’Eglise au début du XX° siècle (avec l’emblématique Alfred Loisy) et sur l’intégrisme à ses débuts (« La Sapinière », réseau influent autour de Pie X) auront sans doute fourni une sorte de matière première initiale à sa connaissance encyclopédique du catholicisme des deux derniers siècles, qui inclut aussi les soutiens étranges et les adversaires historiques de ce dernier : l’ésotérisme chrétien, les francs-maçons et surtout la laïcité française…

De cette laïcité, justement, Poulat est devenu un des grands spécialistes, en précisant là encore inlassablement et souvent en rectifiant, à partir de documents de première main, l’histoire et la réception de la loi de 1905. Ces travaux lui vaudront l’estime de la République, au plus haut niveau, à droite et à gauche. Foncièrement laïque lui-même et d’esprit « service public », il a toutefois exprimé à plusieurs reprises ses réticences, ces dernières années, sur des revendications laïques qui lui paraissaient excessives, ou trop empreintes d’idéologie. Il était attaché à la rédaction et aux effets très pragmatiques de la loi de 1905 – « loi de séparation », comme le dit son titre, et non de « laïcité » (le mot ne viendra que plus tard pour la désigner).

Il ne cachait pas – ou ne cachait plus –, tout en restant discret, ses convictions religieuses, sa foi catholique si l’on préfère, et il avait trouvé dans la communauté de Sant’Egidio, une association internationale de laïcs fondée en Italie par l’historien Andrea Riccardi, vouée au dialogue interreligieux et à des médiations pour la paix dans des conflits apparemment sans solution, un lieu pour l’exprimer. Rappelons qu’il était président d’honneur d’IRENE et que lors de diverses manifestations auxquelles il participa malgré les vicissitudes du grand âge, il nous apporta son savoir et sa lucidité (pour sa considérable bibliographie, je renvoie à ses derniers livres, où elle est inclue, ou à Internet).

Jean-Louis Schlegel

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Journée d’études : « Communautés religieuses et changement social » – IRENE & CEIFR

Journée d’études                       

 

Identités et religions : études des nouveaux enjeux (IRENE)

& Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CEIFR-EHESS)

 

 

COMMUNAUTÉS RELIGIEUSES ET CHANGEMENT SOCIAL

 

Le 6 juin 2014, au bâtiment France

190-198 avenue de France – Paris XIIIe (salle du Conseil)

Entrée libre – dans la limite des places disponibles

 

9h00-9h20 : Rita HERMON-BELOT (CEIFR-EHESS) : « Introduction : Envisager la communauté dans son contexte »

 

Session 1 : Communautés et pluralités religieuses

 

9h30-9h50 : Javier González DÍEZ (DCPS-Université de Turin) : « Dynamiques de conservation, innovation et re-fonctionnalisation sociale dans la construction d’une communauté hindouiste en Europe : le cas du Gitananda Ashram de Altare (Savona, Italie) »

 

9h55-10h15 : Sophie GEISTEL (DynamE-Université de Strasbourg) : « L’aumônerie catholique hospitalière : une communauté religieuse parmi d’autres »

 

10h20-10h40 : Discussion

 

10h45-11h05 : Christophe MONNOT (ISSRC-Université de Lausanne) : « La communauté comme organisation locale encastrée »

 

11h10-11h30 : Anne-Sophie LAMINE (DynamE-Université de Strasbourg) : « Peut-on fabriquer du monde commun à partir du particulier ? Analyse pragmatique d’un média musulman »

 

11h35-12h00 : Discussion

 

Session 2 : Communautés religieuses et performances d’action collective

 

14h00-14h20 : Dominique IOGNA-PRAT (CEIFR-EHESS) : « Civique et/ou religieuse : le problème de la communauté dans le Moyen Âge »

 

14h25-14h45 : Eva MARZI (ISSRC-Université de Lausanne) : « Les ambassadrices de l’islam : le voile comme « répertoire d’action » communautaire »

 

14h50-15h10 : Discussion

 

15h15-15h35 : Josselin TRICOU (Université Paris 8-CRESPPA-Labtop) : « La « communauté » des blogueurs «cathos » dans le débat sur le Mariage pour tous. Communalisation et individuation »

 

15h40-16h00 : Laurence PODSELVER (CRH-EHESS) : « De la communauté à la nation? L’émigration des jeunes Juifs vers Israël »

 

16h05-16h25 : Discussion

 

16h30-16h50 : Alexandre PIETTRE (ISSRC-Université de Lausanne, GSRL-EPHE) et Romain SEZE (GSRL-EPHE) : « Conclusion : Faire communauté dans un contexte de sécularisation avancée »

 

 

Comité d’organisation :

Alexandre Piettre (ISSRC-Université de Lausanne, GSRL-EPHE)

Romain Sèze (GSRL-EPHE)

Comité scientifique :

Rita Hermon-Belot (CEIFR-EHESS)

Alexandre Piettre (ISSRC-Université de Lausanne, GSRL-EPHE)

Romain Sèze (GSRL-EPHE)

Sylvie Taussig (CNRS-UPR 76)

 

 

                                                                  

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Charles Taylor. Religion et sécularisation

 

Avec L’Âge séculier (2007), Charles Taylor couronnait une oeuvre consacrée à la genèse de la modernité et à la pensée du multiple. Il reconstituait la diversité des moments et des réflexions qui menèrent à un âge séculier, aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mais loin de constituer une synthèse humaniste, laissant derrière lui l’âge théologique, celui-ci éclate à son tour aux XIXe et XXe siècles, par un « effet supernova » comme Taylor l’a joliment appelé, en une multitude de galaxies nouvelles, où les athéismes côtoient des humanismes déistes mais aussi des « retours de Dieu » surprenants d’expressivité.

Ce sont les diverses facettes remarquables de cet Âge séculier que traitent les auteurs de ce livre : sa place dans l’oeuvre de Taylor, sa théorie complexe de la sécularisation, certains de ses moments historiques, son intérêt – ou non – dans l’actualité des religions.

Une confrontation à un maître ouvrage, qui contribue à forger des instruments de pensée permettant de dépasser le conflit entre laïcité intransigeante et «accommodements raisonnables».

Sylvie Taussig est chercheuse au centre Jean Pépin (CNRS). Ses travaux portent sur l’histoire de la pensée, la philosophie, et les sciences au XVIIe siècle, notamment Gassendi.

 

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

La Croix – 29 mai 2012 – Le groupe Irène à la recherche de solutions sur la place de l’islam en France

321372_10151220419957011_1974762994_n

 

A l’occasion du colloque ‘Autour de l’Age séculier de Charles Taylor’, Anne-Bénédicte Hoffner,journaliste de La Croix a réalisé un reportage sur le groupe IRENE, publié le 29 mai. Vous pouvez le retrouver sur le site la-croix.com (abonnés).

Le groupe Irène à la recherche de solutions sur la place de l’islam en France

Le groupe Irène – à la fois « paix » en grec et acronyme de « Identités et religions : études des nouveaux enjeux » – organisait mardi 29 mai 2012 à l’Institut du monde anglophone à Paris son premier colloque public. Il était centré sur l’œuvre du philosophe canadien Charles Taylor et notamment son essai intitulé L’âge séculier paru en 2007 (prix Templeton).
De nombreux intervenants – parmi lesquels l’éditeur et sociologue Jean-Louis Schlegel, le politologue Olivier Roy, le philosophe Marcel Gauchet, l’historien Philippe Portier ou encore le théologien jésuite Paul Valadier – sont venus éclairer, chacun, une facette de son œuvre.
Avec le sociologue et historien Gérard Bouchard, Charles Taylor est également l’auteur en 2008 d’un rapport sur les « accommodements raisonnables » au Québec, ces assouplissements de la loi décidés pour contrer la discrimination, notamment en matière religieuse. « Ce colloque est exemplaire de ce qu’Irène veut proposer comme événement public, car il fait dialoguer, sur la place du religieux dans l’espace public, des options différentes en élargissant à la compréhension de leurs soubassements historiques et philosophiques », explique Sylvie Taussig, sa fondatrice.

« Des blocages en France autour de l’islam »

Au départ, à l’automne 2009, c’est au Collège des Bernardins que Sylvie Taussig a été chargée par le P. Antoine Guggenheim de monter un groupe de travail sur « la question de l’islam, avec de nombreux guillemets », précise-t-elle. Mais des divergences sont ensuite apparues, sur la question notamment de la publicité de ses travaux.
Pour cette normalienne, coauteur avec Bernard Godard de l’ouvrage de référence Les musulmans en France (Robert Laffont, 2007), tout est né du « constat de blocages en France autour de l’islam et des musulmans », d’une situation de « violence verbale et physique potentielle qui ne se réduit pas avec les années mais se creuse plutôt en un jeu de miroirs pervers ».
L’idée est donc « d’identifier » ces blocages, de les analyser, pour « contribuer à les dénouer ». « Nous ne sommes donc pas aveugles loin de là sur la question de l’islam au plan international, mais notre objet est vraiment le vivre ensemble des citoyens, musulmans ou non », résume l’animatrice du groupe.

Un autre séminaire aux Bernardins

Lieu original de discussion d’échange sur la place du religieux dans l’espace public, Irène se distingue aussi par la variété de ses membres : de tous âges, de toutes options religieuses et politiques, de toutes professions… Outre Émile Poulat, son président d’honneur, le groupe accueille des chercheurs – le Suisse Stéphane Lathion du Groupe de recherche sur l’islam, Philippe Gaudin de l’Institut européen en sciences des religions, Marie-Hélène Bayle de l’Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman, ou encore Haoues Seniguer, professeur à l’IEP de Lyon – mais aussi de nombreuses autres personnalités intéressées à divers titres par le sujet : Bernard Godard, consultant au Bureau central des cultes du ministère de l’intérieur, Nicolas Kazarian, chargé de cours de théologie orthodoxe à l’institut Saint-Serge, Abdelhak Eddouk, aumônier de prison, ou encore Jean-Luc Sauron, haut fonctionnaire, Michel Bouleau, président de chambre à la cour administrative d’appel de Versailles, le philosophe Claude Birman, ou encore le psychiatre Pierre Marie.
Outre ce colloque sur Charles Taylor, une autre rencontre publique est prévue le jeudi 7 juin entre Dominique Schnapper et Paul Thibaud sur la place du religieux dans l’espace public. Trois autres colloques sont en préparation pour l’an prochain – sur l’islam, le christianisme et les religions orientales –, ainsi qu’un numéro de revue (Sylvie Taussig est une collaboratrice régulière de la revue Cités, animée par Yves-Charles Zarka).
De son côté, le Collège des Bernardins annonce pour la rentrée 2012 le lancement d’un séminaire de recherche animé par Alain Christnacht, ancien conseiller pour les affaires intérieures et l’outre-mer de Lionel Jospin, sur le thème « Islam et laïcité en France et en Europe ». Il s’ajoutera au séminaire déjà existant sur le dialogue méditerranéen sur la modernité et le religieux, animé par Jacques Huntzinger, ancien ambassadeur de France.

Anne-Bénédicte Hoffner

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Compte rendu – séance du 5 janvier

La réunion est consacrée à une intervention d’Émile Poulat, sur le thème « Religion et politique ». Depuis l’un de ses premiers articles (une recension de l’Histoire religieuse de la France contemporaine d’Adrien Dansette, parue dans Critique en 1957), E. Poulat met en question la problématique opposant religion et politique, qu’il juge abstraite et ignorante des réalités de terrain : « un sujet pour Science Po ». Il revendique quant à lui une analyse des forces en présence et une étude des raisons de leurs affrontements. Opposition entre culture laïque et culture catholique traditionnelle, « démocratie chrétienne » et place de la notion de démocratie dans l’Eglise, « blasphème » et liberté d’expression, ces questions et d’autres sont ensuite l’occasion d’une discussion à bâtons rompus sur la place de la religion, des différentes religions, entre for intérieur, communauté, et espace public.
La réunion s’est terminée par l’assemblée constitutive de l’association IRENE.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Nos objectifs

Le groupe IRENE poursuit 5 objectifs:
– il veut permettre à des chercheurs et à des acteurs de terrain, des responsables politiques, de se rassembler dans un espace de discussion, d’échange et de travail, en dehors des institutions;
– poursuivant un objectif civique, il veut développer un questionnement sur les politiques publiques (vis-à-vis de la ville et de la banlieue, du culte, de l’intégration en matière de laïcité, etc.) autour du fait religieux;
– il veut penser à frais nouveaux les revendications de visibilité religieuse dans l’espace public de manière à produire une description renouvelée des phénomènes de fragmentation et de division de la société française et engager des actions, encourageant l’élaboration et l’appropriation d’un projet identifié comme tel; par des journées d’études; par une médiatisation des débats et des enjeux qui concernent chaque citoyen (émissions de radio…); et, en général, par une transformation des choix rédactionnels polarisés;
– il veut contribuer à faire échouer toute tentative d’instrumentalisation par les hommes politiques et par les religieux, du religieux et du culturel au détriment du traitement de la question sociale et des problématiques économiques (chômage, pauvreté, éducation, santé…);
– il veut élaborer une pédagogie des réponses concrètes aux différents frottements identitaires que rencontrent les citoyens individuellement et dans leurs communautés d’identification.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Programme 2011-2012

Le groupe de travail se réunit formellement de 14 h 30 à 17 heures 30 autour d’un invité les
1er décembre 2011 Mahamet Timera
·      5 janvier : Emile Poulat –  assemblée constituante de l’association
·      le 31 janvier : Philippe Gaudin : Révélation monothéiste et phénoménologie du langage selon Merleau-Ponty et Richard Kearney Anathéisme
·      2 février : Amélie Puzenatet Sébastien Tank Storper : conversions
·      1er mars : Romain Sèze et Tareq Oubrou : les imams en France
·      5 avril : Olivier Bobineau et Stéphane Lathion : Les musulmans laïques-compatibles.
·       3 mai : Anne Thöni – Sid Ali Koussay, aumônerie hospitalière  (Avicenne) / Abdelhak Eddouk  aumônerie en prison
·      29 mai : colloque Taylor
·      7 juin : Paul Thibaud et Dominique Schnapper: Religion et politique.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Carlotta GRACCI

FORMATION

2011 – 2012 : Master de recherche en Sciences des religions et Sociétés, Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), Paris. Directeur d’études : Philippe Portier. Mention : Très bien. Mémoire soutenu le 21 juin 2012. Note obtenue pour le mémoire : 17/20.

 

Avril 2010 – Formation d’intervenant-volontaire pour le programme d’éducation citoyenne « Démocratie et Courage », Fédération Leo Lagrange, Paris.

 

2008 – 2009 : Programme Erasmus auprès de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), section des sciences sociales des religions.

 

2007 – 2008 : Master 1ère année en Sciences des religions et de la laïcité, Centre Interdisciplinaire d’Etudes des Religions et de la Laïcité (CIERL), Université Libre de Bruxelles (ULB), Bruxelles.

 

2007 : Bachelier en Sociologie et Anthropologie, Université Libre de Bruxelles (ULB), Bruxelles. 2003 : Bac européen, Ecole Européenne « Bruxelles II », Belgique. Section italienne.

 

RECHERCHES ET AXES D’ETUDES

 

2012 : Mémoire de recherche : « Des ‘sectes’ dans la République laïque, émergence et évolutions de la lutte contre les sectes en France ». Rédigé au GSRL. Sujets approfondis : Théories de la sécularisation- dérégulation du croire ; Nouveaux Mouvements religieux ; Laïcité française et régulation juridique du religieux ; Emergence des politiques publiques et histoire de la mobilisation antisecte ; Relations entre sociologues et objets d’étude polémiques.

 

2010 : Enquête de terrain : Etude des pratiques religieuses et identitaires des jeunes femmes musulmanes au sein de la Mosquée de Créteil. Nombreuses observations et entretiens des espaces de sociabilité des femmes (cours de théologie musulmane, après-midi en famille, réunions rituelles ou informelles, etc…). Travail d’exploration encadré par l’équipe « Enquêtes, Théories, Terrain » de l’ENS-Paris.

 

2009 : Enquête et étude (projet de mémoire non rédigé) : le satanisme contemporain. Etude de la littérature sataniste et de la sémiologie des figures démoniaques dans la tradition judéo-chrétienne. Rencontres et entretiens avec des jeunes satanistes français. Exploration critique du traitement du satanisme par la MILS et la MIVILUDES en tant que « dérive sectaire ».

 

COLLOQUES : ORGANISATION ET PARTICIPATION

 

Organisation du colloque (avec Diletta Guidi, doctorante EPHE-GSRL) : « Femmes, féminismes et islam, Regards croisés entre chercheurs, militant(e)s et artistes », journée d’étude en partenariat avec l’ISSMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde Musulman) et le GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcité), financé par le fond du FSDIE (Fond de solidarité et de développement es initiatives étudiantes, EPHE). Journée d’étude le 7 mars 2013. Une publication des actes du colloque est prévue.

 

Contribution à la Journée d’étude du GSRL « Fin du monde » : « Comprendre les logiques ou réprimer les dérives ? Deux approches antagoniques des sectes à l’aune de l’apocalypse », le 10 décembre 2012, Paris.

 

EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

 

2012 (en cours) : Professeur d’italien (langue étrangère), remplaçante. Centre de Musique Baroque de Versailles, classe de Niveau 1 et 2 des Chantres (grammaire et prononciation). Jury externe à l’examen en juin 2011.

 

2010 : Intervenante-volontaire du programme « Démocratie et Courage », Fédération Léo Lagrange. Nombreuses journées d’intervention dans les collèges et lycées de la Région Parisienne. Thèmes abordées : racisme, sexisme, homophobie. Déconstruction des stéréotypes et des préjugés par l’éducation participative par les pairs.

 

LANGUES et COMPETENCES INFORMATIQUES

 

Bilingue Français-Italien, Anglais courant, bonnes notions d’Espagnol. Usage courant de Word, Powerpoint, Excel.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn