Séminaire 2016 IRENE ENS

 

 

 

 

 

 

 

 

2nd semestre de l’année 2015-2016                                        Mercredi 18h-20h

Ecole Normale Supérieure  29, rue dUlm 75005 Paris (Salle JAURES)

 

Comité d’organisation : Claude Proeschel (Université de Lorraine, GSRL-CNRS),  Sylvie Taussig (UMR 8230) et Sylvie Toscer-Angot (UPEC, GSRL-CNRS)

 

20 janvier : « Le Conseil de l’Europe face aux faits religieux », Jean-Paul Willaime (EPHE, GSRL-CNRS)

3 février : « La Grande-Bretagne face à la diversité religieuse »,  Grace Davie (Université d’Exeter)

17 février : « La religion, facteur et acteur des relations internationales contemporaines ? », François Mabille (Université catholique de Lille, GSRL-CNRS)

9 mars : « Nation et religion en Macédoine à l’épreuve de la pluralité », Goran Sekulovski (Institut St Serge)

16 mars : « La Turquie face aux minorités religieuses », Elise Massicard (SciencesPo-CERI)

23 mars : « La gestion de la diversité religieuse en Russie » Kathy Rousselet (SciencesPo-CERI)

6 avril : « L’influence de la Cour européenne des droits de l’homme sur la gestion de la diversité religieuse par les Etats européens », Julie Ringelheim (Université catholique de Louvain, FNRS)

13 avril : « L’orthodoxie dans la Roumanie post-communiste : croyances intermittentes et investissements pluriels d’une Eglise « nationale », Antonela Capelle-Pogacean (SciencesPo-CERI)

11 mai : « Les politiques publiques en matière religieuse en Scandinavie et en Norvège », Frédérique Harry (Université Paris-Sorbonne)

18 mai : « La gestion de la diversité dans des pays de tradition catholique », Mar Griera, (ISOR, Universitat Autònoma de Barcelona) / Sabrina Pastorelli (GSRL-CNRS)

25 mai : « Les acteurs religieux dans les politiques du gouvernement fédéral des Etats-Unis », Blandine Chélini-Pont (LID2MS, Université d’Aix-Marseille)

 

Ce séminaire est consacré aux politiques publiques en matière religieuse en Europe. Il a pour objectif de mettre en évidence différents aspects de la dimension politique du fait religieux. Il s’attachera :

  • à mesurer les conséquences politico-religieuses des bouleversements géopolitiques de la dernière décennie (Printemps arabes, flux migratoires…),
  • à appréhender la manière dont les démocraties européennes font face, d’une part, aux affirmations des identités non confessionnelles dans la sphère publique et, d’autre part aux revendications croissantes de communautés de croyances, désireuses d’obtenir de nouveaux droits ainsi qu’une reconnaissance institutionnelle,
  • à étudier l’impact des décisions de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) ou d’autres instances européennes à l’échelle nationale (discrimination, droits de l’homme, minorités…) sur les politiques publiques en matière religieuse,
  • à déterminer dans quelle mesure le paradigme de « neutralité religieuse et philosophique» de l’État, dont se réclament largement la plupart des États européens aujourd’hui, est opérationnel pour dégager les attributs d’une Europe des religions. Comment les pouvoirs publics arrivent-ils à concilier les exigences de protection de la liberté de conscience et de religion, avec le principe de neutralité de l’État et l’égalité de traitement de toutes les communautés religieuses ?

 

La réflexion menée s’inscrit dans une approche comparatiste. Elle s’intéressera bien sûr aux différents pays membres de l’Union européenne, mais elle intègrera également ceux qui sont aujourd’hui engagés dans un processus d’intégration, ainsi que des membres du Conseil de l’Europe, notamment la Russie.

Au-delà d’une tendance européenne commune au déclin de la pratique religieuse, la question se pose de savoir s’il est légitime de parler d’une spécificité de l’Europe en matière religieuse, étant donné que le rapport du spirituel et du temporel n’est pas le même pour les catholiques, les orthodoxes et les protestants et que les différents États européens présentent des configurations particulières quant aux relations Églises-État et à leur institutionnalisation.

En contrepoint final, le cas des USA permettra d’apporter un éclairage et des éléments de réponse supplémentaires et de déterminer dans quelle mesure il y aurait une spécificité européenne à appréhender la diversité religieuse.

 

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

« DROIT FRANÇAIS ET DROITS RELIGIEUX »

 

COLLOQUE INTERNATIONAL ET MULTIDISCIPLINAIRE

«  DROIT FRANÇAIS ET DROITS RELIGIEUX »

 

Les mercredi 18 et jeudi 19 novembre 2015

Mairie du IV° arrondissement de Paris

2, place Baudoyer

75181 Paris Cedex

 

Inscriptions: irene.colloques@gmail.com

 

Organisé par lAssociation IRENE – Identités et religions, études des nouveaux enjeux, en partenariat avec le CNRS

 

Organisation générale: Sylvie Taussig

Comité Scientifique: Paul Grolleau, Jacqueline Raema-Radebaugh et Jean-Louis Schlegel

 

 

Les trois monothéismes, avec des insistances diverses selon les courants qui les traversent, ont chacun des « droits » particuliers constitués au fil des siècles. S’appuyant sur les   « valeurs » fondamentales du judaïsme, du christianisme et de l’islam, des droits et des lois spécifiques définissent les règles qui régissent le fonctionnement des communautés et la vie quotidienne de leurs membres dans ses divers aspects.

Si, depuis quelques années, on parle beaucoup de la charia, les droits spécifiques et tout leur environnement normatif (halakha pour le judaïsme, droit canonique pour le catholicisme, charia pour l’islam) sont en réalité largement ignorés, méconnus, voire caricaturés.

Des exemples tirés de l’actualité récente (remise en cause de la circoncision par le Conseil de l’Europe, interrogations sur les pratiques d’abattage rituel, vifs affrontements sur la loi relative au « mariage pour tous »…), dont la liste pourra être allongée, montrent à l’évidence que des « points de friction » , pour parler par euphémisme, existent entre le droit commun qui vaut pour l’ensemble des citoyens d’une part, et le droit propre aux religions et les normes qu’il impose à leurs membres.

Les débats qui surgissent à l’occasion ne sont en rien anecdotiques : des questions de fond sont posées ou reposées. C’est l’objet de ce colloque « Droits des religions et droits(s) religieux » que de les mettre en lumière.

Tout en explorant attentivement les trois domaines privilégiés que sont le droit de la famille, le droit de la santé, le droit du travail, terrains de frictions actuelles ou potentielles entre droit commun et droit religieux propre, on rappellera au préalable le cadre de la tradition juridique française : qui fait la loi dans une République laïque ? A quelles conditions les droits propres sont-ils légitimes ? Dans quelle mesure et selon quelles modalités les religions peuvent-elles intervenir dans le débat public ?

Ce colloque a l’ambition d’aborder de front et en toute clarté des questions souvent simplement  effleurées au gré des circonstances, souvent euphémisées voire évitées, mais qui peuvent aussi devenir à l’occasion très conflictuelles.

 

Programme de la première journée

 

Matin (table présidée par Paul Grolleau)

 

8h45-9h: Ouverture

Sylvie Taussig,  président de l’association IRENE

 

Introduction Qui fait la loi dans une République laïque ?

 

9h-9h40: Le rôle des religions dans l’élaboration de la loi française – cadre normatif général

Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur du Centre de Recherche en Droit Constitutionnel – CRDC, directeur de l’UMR de droit comparé de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

9h40-10h20: Vue densemble: nature et motifs de situations conflictuelles

Nicolas Mathey, professeur de droit privé à l’université Paris-Descartes

 

10h20-10h45: Questions aux conférenciers

10h45-11h: Pause

 

 

Espace public, espace privé et libertés religieuses

 

11h-11h40: Que doit-on entendre par espace public / espace privé ?

Philippe Portier, directeur d’ études à l’ Ecole Pratique des Hautes Études

 

11h40-12h20: Quelle liberté religieuse dans lespace public ? Le contentieux de la liberté religieuse

Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité

 

12h20-12h50: Questions

 

12h50 – 14h: Déjeuner (libre)

 

Après-midi (table présidée par Jean-Louis Schlegel)

 

Droit de la famille et religion

 

14h-14h40: Les mariages (civil et religieux), la polygamie et le divorce  

Stephane Papi, juriste, chercheur associé à l’IREMAM-CNRS

 

14h40-15h20: La kafala : droit musulman de ladoption et droit français

Marie-Anne Chapdelaine, députée d’Ille-et-Vilaine, membre de la Commission des lois, membre titulaire du Conseil supérieur de l’adoption

 

15h20-16h: Questions-réponse avec intervenants et Yaël Mellul, avocate à la cour

 

16h – 16h20: Pause

 

Droit de la santé et religion

 

16h20-17h: Pratiques religieuses et intégrité physique de lenfant

Vincente Fortier, professeure des universités – Université de Strasbourg

 

17h-17h40: Refus de donner des soins ou refus d’être soigné pour raisons religieuses : raisons des religions et droit français?

Jean-Paul Durant, professeur de droit canonique à l’Institut catholique de Paris

 

17h40-18h: Questions aux conférenciers

 

18h15: Fin de la première journée (avec un mot conclusif de Jean-Louis Schlegel)

 

 

Programme de la deuxième journée

 

Matin (table présidée par Paul Grolleau)

 

8h45-9h: Ouverture

Paul Grolleau, formateur, consultant Communes, Vie sociale et laïcité

 

La pratique religieuse en entreprise

 

9h-9h40: Expression religieuse en entreprise, contrat de travail et pouvoirs de lemployeur

Nicolas Moizard, maître de conférences à la Faculté de droit, de sciences politiques et de gestion de Strasbourg et à l’Institut du travail de Strasbourg

 

9h40-10h20: Revendications religieuses de salariés et accommodements

Michel Miné, professeur associé de droit du travail au Cnam

10h20-11h: questions aux conférenciers avec Anne Sophie de Quercize (discutante), directrice du MBA Diversité dialogue et management à l’Institut Catholique de Paris et Aline Crepin (discutante), directrice de la R.S.E. déléguée générale de l’Institut Randstad pour l’égalité des chances et le développement durable

 

11h – 11h15: Pause

 

La liberté religieuse et le service public

 

11h15-11h50: Quelle liberté religieuse pour les fonctionnaires, les collaborateurs bénévoles ou occasionnels

Emmanuel Tawil, professeur de droit public – Université Paris II Assas

 

11h50-12h20: Quelle liberté religieuse pour les élus ?

Jean-Louis Vasseur, avocat à la cour

 

12h20-13h: Questions et débat avec Blandine Chelini-Pont (discutante), professeure en Histoire, droit et religion à l’université d’Aix-Marseille et à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes

 

13h -14h15 : Déjeuner (libre)

 

Après-midi (table présidée par Jean-Louis Schlegel)

 

Regard comparatif : Angleterre et Belgique

 

14h15-15h: Droits anglais et droit religieux

Ronan McCrea, reader en droit à l’université College of London

 

15h-15h45: Droit belge et droit religieux

Louis-Leon Christians, professeur à l’université de Louvain

 

15h45-16h15: Questions aux conférenciers

 

La pratique politique française

 

16h30-17h15: Doctrine et/ou pratique politique récente dans les conflits entre droit français et droit religieux

Pascal Courtade, chef du bureau central des cultes du Ministère de l’intérieur

 

17h15-17h45: Questions aux conférenciers

 

 

Conclusions du colloque

 

17h45: Jean-Louis Schlegel, sociologue des religions, revue Esprit

 

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

SÉMINAIRE 2015-2016 : L’OFFRE D’ISLAM EN FRANCE, IRENE-IREMAM

Islams de France : “l’offre d’islam”

Séminaire 2015-2016

Séances animées par Florence Bergeaud-Blackler (IREMAM),
Martine Cohen (GSRL), Bernard Godard (IESR/EPHE),
Sylvie Taussig (CJP )

Ecole normale supérieure (ENS), Paris

Mardis de 11h à 13h de SEPTEMBRE 2015 à JANVIER 2016

Le séminaire IRENE de l’année 2015-2016 s’associe cette année à l’IREMAM/CNRS d’Aix-en-Provence pour présenter un panorama de groupes, d’institutions et de courants religieux représentatifs de la diversité de l’islam aujourd’hui. Ces séances consacrées à l’offre d’islam en France seront entrecoupées de moments réflexifs (soulignés dans le programme) où seront décryptées les grandes questions soulevées par cette diversité religieuse et les réactions qu’elles suscitent .

Les analyses et mises en perspectives proposées font partie intégrante du programme et de la réflexion d’IRENE. Il était inévitable que les assassinats du 7, du 8 et du 9 janvier suivis des manifestations qui se sont déroulées du 8 au 11 janvier – couronnée par une marche exceptionnelle par l’ampleur de la participation et d’emblée considérée comme « historique » – donnent à ces thèmes une actualité supplémentaire : une actualité de commentaires et de prises de position intellectuelles et médiatiques, parfois contradictoires voire conflictuelles ; une actualité politique aussi à travers des polémiques (cf. minute de silence, repas dans les cantines scolaires, jupes, théories complotistes etc ), concernant la place et l’intégration des musulmans voire de l’« islam » de France ; des mesures de recadrage des institutions islamiques de France (avec l’annonce d’une consultation ministérielle et la mise en place d’une instance de dialogue avec l’islam), une actualité enfin de la laïcité française, qui apparaît, en général, et dans le principe, comme la solution nécessaire, mais sur laquelle existent désormais de vifs différends quant à sa portée pratique dans les « problèmes de société » où les « musulmans » sont souvent opposés aux « non-musulmans » , les « religieux » aux « athées », la « laïcité ouverte » aux « laïcards » etc.

Dans les discussions, ce contexte complexe sera inévitablement présent. Néanmoins, IRENE, associée cette année à l’IREMAM, a souhaité s’intéresser aux dynamiques intellectuelles et normatives à l’intérieur de ce qu’on appelle trop vaguement l’islam en faisant le point sur les “offres d’islam”, pour montrer sa grande hétérogénéité et plasticité. Priorité sera donnée aux contributions de chercheurs sortant des généralités et des à-peu-près pour bien situer les groupes, les forces et les tendances qui représentent, peu ou prou, « officiellement » ou non, l’islam de France. Quelques thèmes seront dégagés, à l’issue de la séance inaugurale, qui permettront d’établir des points et perspectives de comparaisons. 

29/09 Haoues Seniguer : Usages militants de l’islam dans les espaces publics de France, Cédric Baylocq : des tensions locales entre “salafisme” et “islam officiel”

6/10 Omero Marongiu , Farid Abdelkrim : les Frères et l’UOIF, en être ou pas ?

13/10 Alain Garay : La structuration juridique des activités islamiques en France : enjeux et perpectives

20/10 Jeanne Favret-Saada  : Blasphème, religion et laïcité, analyse anthropologique d’une crise mondiale

27/10 Dilek Yankaya  : Les courants de l’islam turc en Europe

 03/11 Bernard Godard  Les relations État et culte musulman, leurs apories – depuis les années 1980. Les missions du BCC en la matière

 10/11  Riva Kastoryano : L’exceptionnalité française au respect de l’Etat; long distance nationalism

17/11 Mahamet Timera  : Courants islamiques et diasporas Sud-sahariennes

24/11 Asiem Al Difraoui  : Le djihadisme européen comme anti-culture

 1/12 Cheikh Bentounes, discutant :  Denis Gril  : Le soufisme et ses confréries en France

 8/12 Ludovic Mohamed Zahed , Michael Privot  : Inclusive et progressive muslims en France et en Belgique

 15/12 Ghaleb Bencheikh : Expérience et possibilités théologiques d’un islam européen

5/1  Mohamed Ali Adraoui  : Les courants salafistes en Europe

et conclusions du séminaire.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

« L’Europe des religions, quelles réalités pour quelles politiques ? » Nicolas Kazarian, Sylvie Taussig, Sylvie Toscer-Angot

L’Europe des religions, quelles réalités pour quelles politiques ?

Comité d’organisation : Nicolas Kazarian (IRIS/ITO), Sylvie Taussig (CNRS –UPR 76) & Sylvie Toscer-Angot (UPEC, GSRL-CNRS)

 

Programme

Les jeudis, de 17h00 à 19h00. Lycée Henri IV (23 Rue Clovis, 75005 Paris). Salle H001

 

  • – Séance 1 : jeudi 6 novembre 2014, Introduction à la problématique. Les politiques religieuses en Europe, intervenants : François FORET (Université libre de Bruxelles), Máté BOTOS (Université catholique de Hongrie)
  • – Séance 2 : jeudi 20 novembre 2014, Les religions d’État en Europe (Grèce & Angleterre), intervenants : Vassilis PNEVMATIKAKIS (Institut français de géopolitique), David VOAS (Université d’Essex)
  • – Séance 3 : jeudi 4 décembre 2014, Les formes de laïcité européennes (Belgique & Espagne), intervenants : Jean-François HUSSON (Université catholique de Louvain), Claude PROESCHEL (Université de Nancy, GSRL-CNRS)
  • – Séance 4 : jeudi 8 janvier 2015, Religions et minorités nationales en Europe, intervenant : Alain GARAY (Avocat à la cour de Paris)
  • – Séance 5 : jeudi 5 février 2015, Le pluralisme européen en transformation, intervenants : Stéphane Lathion (gsrl-CNRS), Pierre Morel (Observatoire Pharos)
  • – Séance 6 : jeudi 19 mars 2015, Le religieux dans le processus d’intégration européen, la Turquie, intervenant : Samim Akgönül (Université de Strasbourg)
  • – Séance 7 : jeudi 9 avril 2015, Religions et identités en Europe (Roumanie et Macédoine), intervenants : Théodore Paléologue  (European College of Liberal Arts Berlin), Goran SekulovskI (Institut Saint-Serge)
  • – Séance 8 : jeudi 21 mai 2015, Le fait religieux et la jurisprudence européenne, intervenant : Lauréline Fontaine (Université Sorbonne nouvelle – Paris III)
  • – Séance 9 : jeudi 25 juin 2015,  Union européenne et héritage religieux, intervenants : Jean-Paul WILLAIME (gsrl-CNRS)

 

Le principe de cet ensemble de rencontres et consacrées aux politiques publiques en Europe vis-à-vis des religions vise à faire un état des lieux sur les phénomènes de recomposition du paysage religieux qui affectent la France ainsi que l’ensemble des États européens et qui présentent un certain nombre de variations en dépit d’un héritage culturel proche. La réflexion proposée ici interrogera, d’une part, les conditions et les modalités d’un « retour du religieux » en Europe, en s’appuyant notamment sur l’analyse des flux migratoires et, d’autre part, les effets de la sécularisation sur l’affirmation et les nouvelles revendications de nombreux groupes de croyances dans l’espace public.

Dans ce contexte, la France constitue un laboratoire important pour le développement de ce type de réflexions. Au-delà de la spécificité française, il s’agit de proposer à un large public de citoyens un regard distancié qui permette de mettre en perspective la tradition laïque française, appréhendée ici selon une approche juridique et non selon une approche philosophique.

La réflexion menée s’appuiera non seulement sur les pays membres de l’Union européenne, mais intègrera également ceux qui sont aujourd’hui engagés dans un processus d’intégration (Serbie, Macédoine, Turquie) ainsi que des membres du Conseil de l’Europe (en particulier Russie), afin que l’approche comparatiste entre États puisse faire émerger des spécificités européennes. On tentera de déterminer dans quelle mesure le paradigme de « neutralité religieuse et philosophique » de l’État, dont se réclament largement la plupart des États européens aujourd’hui, est opérationnel pour dégager les attributs d’une Europe des religions. L’impact de l’intégration européenne sur le traitement des faits religieux fera également l’objet de cette étude. On s’intéressera aux conséquences politico-religieuses des bouleversements liés à la chute du mur de Berlin et à l’effondrement de l’Empire soviétique dans les pays d’Europe centrale et orientale et on étudiera de près les politiques publiques vis-à-vis des religions dans ces derniers.

Reste à savoir s’il est légitime de parler d’une spécificité de l’Europe en matière religieuse, étant donné que le rapport du spirituel et du temporel n’est pas le même pour les catholiques, les orthodoxes et les protestants et que les différents États européens présentent des configurations particulières quant aux relations Églises-État et à leur institutionnalisation.

 

En revanche, il y a peut-être une certaine spécificité européenne dans la tendance continue au déclin de la pratique religieuse avec des singularités en fonction des histoires et des traditions. Une des interrogations portera sur la manière dont les États européens font face à deux phénomènes apparemment contradictoires : d’une part, aux affirmations des identités non confessionnelles dans la sphère publique et, d’autre part, aux revendications croissantes de communautés de croyances, généralement issues de l’immigration, désireuses d’obtenir de nouveaux droits ainsi qu’une reconnaissance institutionnelle. Comment les pouvoirs publics arrivent-ils à concilier les exigences de protection de la liberté de conscience et de religion, avec le principe de neutralité de l’État et l’égalité de traitement de toutes les communautés religieuses ?

 

L’objet de cette étude vise aussi à déterminer dans quelle mesure les décisions de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) ou d’autres instances européennes ont un impact sur les politiques publiques en matière religieuse (discrimination, droits de l’homme, minorités…).

Ce travail se situe dans la continuité à la fois d’une réflexion d’IRENE sur la sécularisation (colloque Charles Taylor, colloque Gauchet et la Chine) et sur la gestion française du pluralisme religieux (deux soirées-débats à l’Assemblée nationale les 12 et 19 mai 2014), d’une journée d’étude sur les communautés (6 juin 2014), d’un colloque sur Droit et religion (octobre 2014) et d’un séminaire sur « Habermas et la religion », visant d’un point de vue plus théorique à enrichir la réflexion sur sa philosophie et pourrait se clôturer par un colloque de synthèse en présence d’Habermas lui-même.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire 2014-2015 : « Déconstruire les conflits relatifs aux représentations de l’islam et des musulmans en France » – IRENE & ENS

École Normale Supérieure

& Groupe Identités et Religions : Étude des Nouveaux Enjeux

 

Séminaire 2014-2015

« Déconstruire les conflits relatifs aux représentations de l’islam

et des musulmans en France »

 

Organisation : M. Bernard GODARD (IESR- EPHE), M. Romain SÈZE (Science Po Aix),

Mme Sylvie TAUSSIG (CNRS –UPR 76)

(Bernardgodard@noos.fr; sezeromain@yahoo.fr; sylvie.taussig@gmail.com)

 

Mots clés : Musulmans, « retour du religieux », normes religieuses, sécularisation, mondialisation, imaginaires, liberté de culte et de conscience, espaces publics, laïcité, mémoire collective, transmission, autorité, islamophobie, fondamentalisme, communauté(s)

 

PRÉSENTATION

 

L’intégration de la pratique de l’islam au contexte français suscite des conflits réels ou supposés, qui vont croissants depuis les années 2000 : affaires du voile (intégral notamment) ; des prières de rue ; querelles suscitées par l’édification des Grandes mosquées ; polémiques autour du halâl ; affaire de la crèche Baby-Loup ; le tout étant accompagné d’une peur grandissante, sinon lancinante, de l’islam et de la progression des délits à caractères islamophobes… Le projet d’un séminaire consacré à ces « blocages » (« intracommunautaires », institutionnels, sociétaux…) est né de l’évidence de l’urgence qu’il y a devant le sentiment que les fossés entre musulmans et non musulmans se creusent et alors que les positions des uns et des autres se radicalisent ponctuellement et instillent un poison dangereux pour le lien social. De ce fait, il apparaît aussi nécessaire de refuser d’étudier l’« islam » comme s’il s’agissait d’un objet en soi et d’ainsi se départir de toute tentation essentialisante, comme d’éviter les approches identitaires qui réduisent les problématiques liées à la présence musulmane en France à des considérations d’ordre religieux (perceptible dans la focalisation du débat public sur le respect de la laïcité), et induisent donc en erreur sur le « diagnostic » à apporter à des phénomènes complexes. À l’inverse, l’attention se portera sur les musulmans dans leur diversité (en termes d’observances cultuelles, d’origines nationales, de sensibilités idéologiques…), en France (voire dans les pays occidentaux) où ils font depuis la seconde moitié du XXe siècle l’expérience de la condition minoritaire, et donc sur leurs rapports avec les non musulmans, en utilisant tout ce que les sciences sociales nous offrent comme moyen d’analyse. Il s’agit donc de déconstruire, historiciser, expliciter, en un mot clarifier certaines notions qui, dotées de contours imprécis, investies de significations multiples et bien souvent idéologiquement chargées, font obstacle non seulement à la compréhension mais aussi à une évocation apaisée du fait musulman en France. Cela signifie que nous tenterons de démêler les représentations sources d’incompréhensions entre les acteurs, et par-delà d’identifier les blocages et enjeux sous-jacents aux conflits suscités par la visibilité de l’islam dans l’espace public.

 

 

PROGRAMME

 

1) Séance introductive : Quels enjeux recouvrent les différends relatifs à la visibilité de l’islam dans l’espace public ?

Intervenant : Olivier ROY

à Vendredi 3 octobre Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

2) Séance : (Dé)construction d’une mémoire commune. Quelle mémoire pour les musulmans de / en France ?

Intervenants : Jocelyne DAKHLIA ; Sadek SELLAM

à Vendredi 10 octobre Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

3) Séance : Littéralisme et contextualisation : pourquoi les courants les plus  fondamentalistes semblent en pointes et pourquoi les courants rénovateurs et  spiritualistes semblent régresser ?

Intervenants : Rachid BENZINE ; Soufian AL-KARJOUSLI

à Vendredi 17 octobre 2014 Salle CELAN 18-20 heures

 

4) Séance : Qu’est ce que  la radicalisation quand on parle d’islam, Quel rapport avec le terrorisme ? Dérive aux facteurs indépendants du religieux ou  intrinsèquement  liés ?

Intervenants : Ahmed MIKTAR, Bernard GODARD

à Lundi 3 novembre 2014 amphi  RATAUD 18-20 heures

 

5) Séance : Existe-t-il une judéophobie spécifiquement musulmane ? Si elle est historiquement attestée, quelle évolution en France pour les nouvelles générations et par rapport à l’antisémitisme européen ?

Intervenants : Martine COHEN, Georges BENSOUSSAN

à Vendredi 14 novembre 2014 Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

6) Séance : L’islamophobie : déconstruire une notion controversée.  Est-ce un concept pertinent en tant que concept ? Comme concept subi ? Comme regard de l’autre ?

Intervenants : Abdennour BIDAR, Lila CHAREF

à Vendredi 21 novembre 2014 Salle CELAN 18-20 heures

 

7) Séance : L’islam est-il un élément de radicalisation de la laïcité ? Quels enjeux recouvrent les différends relatifs à la visibilité de l’islam dans l’espace public ?

Intervenants : Philippe GAUDIN ; Charles CONTE

à Vendredi 28 novembre 2014 Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

8) Séance : La socialisation en France des musulmans a-t-elle modifié leur rapport à l’autorité (politique, religieuse, magistérielle, etc.) ? Quelle place pour la loi  religieuse ? Y a-t-il un espace pour  une  école  juridique européenne ?

Intervenants : Larbi BECHRI ; Bernard BOTIVEAU

à Lundi 1er décembre 2014 amphi  RATAUD 18-20 heures

 

9) Séance  « Quelle représentation de l’islam en France ? Est-il possible d’inventer une représentativité en situation d’islam minoritaire et indépendant du politique (l’État) ? Dans ce cas, quelle articulation entre le politique (les notables musulmans élus ou pas) et le religieux (le magistère) ? Quel pouvoir de régulation (pratiques, interprétation du dogme) ? »

Intervenants : Frank FREGOSI, Mohamed MOUSSAOUI,

à Lundi 8 décembre 2014, amphi  RATAUD 18-20 heures

 

10) Séance : Islam et Internet, outil de « l’invention »  de l’islam loin des centres de pouvoir et  des cultures traditionnels. Unicité  multiplicité des représentations des musulmans en  France. Quel islam produit Internet ? Comme outil de communication, quels effets pervers, à l’image de ce que génère Internet en général ?

Intervenants : Saïd BRANINE ; Haouès SENIGUER

à Vendredi 19 décembre 2014 Salle CELAN 18-20 heures

 

11) Séance : Les multiples facettes du « faire communauté » des musulmans dans une société sécularisée et plurielle ? Ce qu’on appelle « communautarisme » est il un nouveau mode du « faire communauté » (tout halal, vêtement, etc.) ? Est-ce « l’invention » d’une manière d’être musulman et français ? Quel rapport au  politique à l’aune des derniers scrutins ?

Intervenants : Ali ADRAOUI, Alain SEKSIG

à Lundi 5 janvier 2015  Salle des Actes, de 19h00 à 21h00

 

12) Séance : Conclusion : vers un islam européen ?

L’Europe continentale compterait aujourd’hui plus de 44 millions de personnes de culture musulmane, soit 6 % de sa population globale et 3 % des musulmans mondiaux. Cette réalité sociodémographique constitue avec la perte d’emprise sociale des Églises établies, l’une des caractéristiques majeures du paysage religieux européen. S’interroger sur les rapports existant entre les communautés musulmanes et les États européens revient à dresser un état des lieux du devenir institutionnel de l’islam européen d’une part (degré d’institutionnalisation) et d’autre part à analyser les types de gestion publique du fait islamique mises en œuvre dans les sociétés européennes (politiques publiques musulmanes)

Intervenants : Abdallah BEN MANSOUR ; Jonathan LAURENCE

à Vendredi 9 janvier 2015 Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Journée d’études : « Communautés religieuses et changement social » – IRENE & CEIFR

Journée d’études                       

 

Identités et religions : études des nouveaux enjeux (IRENE)

& Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CEIFR-EHESS)

 

 

COMMUNAUTÉS RELIGIEUSES ET CHANGEMENT SOCIAL

 

Le 6 juin 2014, au bâtiment France

190-198 avenue de France – Paris XIIIe (salle du Conseil)

Entrée libre – dans la limite des places disponibles

 

9h00-9h20 : Rita HERMON-BELOT (CEIFR-EHESS) : « Introduction : Envisager la communauté dans son contexte »

 

Session 1 : Communautés et pluralités religieuses

 

9h30-9h50 : Javier González DÍEZ (DCPS-Université de Turin) : « Dynamiques de conservation, innovation et re-fonctionnalisation sociale dans la construction d’une communauté hindouiste en Europe : le cas du Gitananda Ashram de Altare (Savona, Italie) »

 

9h55-10h15 : Sophie GEISTEL (DynamE-Université de Strasbourg) : « L’aumônerie catholique hospitalière : une communauté religieuse parmi d’autres »

 

10h20-10h40 : Discussion

 

10h45-11h05 : Christophe MONNOT (ISSRC-Université de Lausanne) : « La communauté comme organisation locale encastrée »

 

11h10-11h30 : Anne-Sophie LAMINE (DynamE-Université de Strasbourg) : « Peut-on fabriquer du monde commun à partir du particulier ? Analyse pragmatique d’un média musulman »

 

11h35-12h00 : Discussion

 

Session 2 : Communautés religieuses et performances d’action collective

 

14h00-14h20 : Dominique IOGNA-PRAT (CEIFR-EHESS) : « Civique et/ou religieuse : le problème de la communauté dans le Moyen Âge »

 

14h25-14h45 : Eva MARZI (ISSRC-Université de Lausanne) : « Les ambassadrices de l’islam : le voile comme « répertoire d’action » communautaire »

 

14h50-15h10 : Discussion

 

15h15-15h35 : Josselin TRICOU (Université Paris 8-CRESPPA-Labtop) : « La « communauté » des blogueurs «cathos » dans le débat sur le Mariage pour tous. Communalisation et individuation »

 

15h40-16h00 : Laurence PODSELVER (CRH-EHESS) : « De la communauté à la nation? L’émigration des jeunes Juifs vers Israël »

 

16h05-16h25 : Discussion

 

16h30-16h50 : Alexandre PIETTRE (ISSRC-Université de Lausanne, GSRL-EPHE) et Romain SEZE (GSRL-EPHE) : « Conclusion : Faire communauté dans un contexte de sécularisation avancée »

 

 

Comité d’organisation :

Alexandre Piettre (ISSRC-Université de Lausanne, GSRL-EPHE)

Romain Sèze (GSRL-EPHE)

Comité scientifique :

Rita Hermon-Belot (CEIFR-EHESS)

Alexandre Piettre (ISSRC-Université de Lausanne, GSRL-EPHE)

Romain Sèze (GSRL-EPHE)

Sylvie Taussig (CNRS-UPR 76)

 

 

                                                                  

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Débat : « Raison politique et religions : réalités et dynamique du pluralisme convictionnel aujourd’hui en France », Bruno Gaudelet, Philippe Gaudin et Sylvie Taussig – Assemblée Nationale

Deux soirées-débat organisées par  IRENE

(Identités et religions : études des nouveaux enjeux)

les 12 et 19 mai 2014 (17h-20h)

 

« Raison politique et religions :

Réalités et dynamique du pluralisme convictionnel aujourd’hui en France»

Bruno Gaudelet, Philippe Gaudin et Sylvie Taussig

Assemblée Nationale, Salle Colbert

 

Réservation obligatoire (identites.et.religions@gmail.com). Apporter sa pièce d’identité

Pour faire suite à une initiative couronnée de succès, celle du cinquième Parlement Catalan des religions (18-19 juin Palais des rois de Majorque de Perpignan) et pour nous inscrire dans les préoccupations et missions du groupe IRENE (Identités et religions étude des nouveaux enjeux), nous proposons de réunir acteurs politiques, représentants des cultes ou des familles spirituelles et chercheurs autour de la question du pluralisme convictionnel. Que signifie ce nouveau pluralisme convictionnel dans une société hyper-sécularisée et surtout, au-delà des grands débats et oppositions  idéologiques, comment les acteurs de terrain ne cessent-ils d’innover, de provoquer des rencontres, de résoudre des problèmes pratiques ? Ces échanges contribueront à mettre en évidence un usage de la raison politique et des pratiques démocratiques qui ne sont possibles qu’à l’abri de la laïcité tout en mettant en tension sa compréhension dans la dialectique du législateur, du juge, du politique et des citoyens.

Le 12 mai

  • Claude Birman, Bernard Bourdin, Jean-Marc Ferry, Bruno Gaudelet, Bruno Guiderdoni
  • Claude Birman : « Particularismes et sens de l’universel dans la Bible juive. Approches, entre sources et perspectives »
  • Bernard Bourdin : « Quel civisme chrétien dans le contexte contemporain du pluralisme religieux ? »
  • Jean-Marc Ferry : « Dans quelle mesure peut-on lever l’ex-communication politique du religieux »
  • Bruno Gaudelet : « Raison politique et dialogue interreligieux, une expérience de terrain »
  • Bruno Guiderdoni : « Quelle contribution de l’islam au pluralisme religieux en France ? »

 

 

Le 19 mai

  • Table ronde : avec Philippe Gaudin, Arlette Grosskost, Anne-Sophie Lamine, Jean-Pierre Rive,

Le pluralisme convictionnel et religieux contemporain peut être à la fois une ressource de sociabilité et une source de conflictualité dans la cité. Quelles politiques publiques, quelles initiatives locales, quels enjeux, quelles difficultés pour répondre à cette situation ?

  • Philippe Gaudin « Quelles politiques publiques pour une laïcité d’intelligence ? »
  • Anne-Sophie Lamine  « Identités particulières et monde commun »
  • Arlette Grosskost « l’expérience d’une parlementaire »
  • Jean-Pierre Rive « Communautés et citoyenneté, du désamour à la confiance »

 

Claude Birman : Professeur de Chaire Supérieure de philosophie honoraire, Ancien Directeur de Programme au Collège International de Philosophie (Bible et Philosophie) ; Ancien Maître de Conférence à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Professeur d’Études bibliques à l’Alliance Israélite Universelle.

Bernard Bourdin : Professeur de philosophie politique et d’histoire des idées à la Faculté des sciences sociales et économiques de l’Institut Catholique de Paris. Directeur du 3è cycle et de la recherche.

Jean-Marc Ferry : philosophe, est professeur des Universités ; membre du Département de science politique de l’Université Libre de Bruxelles ; titulaire de la Chaire de Philosophie de l’Europe à l’Université de Nantes

Bruno Gaudelet : Pasteur de l’Église Protestante Unie de France. Théologien, docteur en philosophie.

Philippe Gaudin : philosophe, responsable formation recherche à l’institut européen en sciences des religions (EPHE).

Arlette Grosskost : député de la 5ème circonscription du Haut-Rhin, membre de l’Assemblée Nationale et vice-présidente du Conseil Régional

Bruno Guiderdoni : Astrophysicien, directeur de recherches au CNRS, directeur de l’observatoire de Lyon et de l’Institut des hautes études islamiques.

Anne-Sophie Lamine  Professeure de sociologie à l’université de Strasbourg. Elle mène des recherches sur  les croyances, les valeurs et sur la pluralité religieuse.

Jean-Pierre Rive : pasteur ; ancien administrateur territorial ;  président de la commission Éthique et société de la Fédération protestante

identites.et.religions@gmail.com – http://www.identites-et-religions.com/

Twitter : @id_et_religion – Facebook (page) : identitesetreligions

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Débat : « Le cas de la crèche Baby-Loup : Une question de laïcité » co-organisé par l’IESR et IRENE

Compte rendu par Carlotta Gracci

9 mai 2014

Bâtiment Le France

 

Débat présenté par Isabelle Saint-Martin, directrice de l’IESR, directrice d’études à l’EPHE, et Sylvie Taussig, présidente d’IRENE, chercheuse au Centre Jean Pépin (CNRS)

 

Intervenants

 

Caroline Eliacheff, pédopsychiatre et psychanalyste, auteur de Comment le voile est tombé sur la crèche (Albin Michel, 2013)

Patrice Rolland, professeur de droit public, université Paris-Est Créteil

Marika Moisseeff, ethnologue, psychiatre, chargée de recherche au Laboratoire d’anthropologie sociale (CNRS)

Abdennour Bidar, philosophe, chargé de mission laïcité à la Direction générale des enseignements scolaires (DGESCO)

Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité

 

Conclusions

 

Philippe Gaudin, philosophe, responsable formation-recherche à l’IESR

 


 

 

 

COMPTE RENDU DES INTERVENTIONS

 

 

Caroline Eliacheff

 

Elle a « analysé et défendu le point de vue des enfants », aux côtés de la directrice de la crèche, où elle est revenue avant de rédiger son livre. Elle témoigne sur la situation et les difficultés du contexte de la crèche :

 

  1. 1.     Les éléments du problème

 

–       C’est une structure existant depuis 1991, avec un statut associatif de droit privé, mais recevant 75% de fonds publics. Son caractère social dépasse le seul service de garde d’enfants : elle a été créée pour et par les femmes de la ville, pour l’insertion professionnelle des femmes et des mères qui y travaillent ; les horaires d’ouvertures très amples, avec des activités périphériques qui rompent l’isolement, etc.

–       Le règlement intérieur originel indique qu’il importe de « laisser dehors les signes distinctifs », et ce bien avant la loi de 2004. Selon C. Eliacheff, « la laïcité est l’ADN de cette crèche ». Le contexte est celui d’un territoire d’exclusion, dans une ville très pauvre des Yvelines, où la population est en grande majorité de religion musulmane. Les idéaux des fondatrices (la directrice de la crèche et son adjointe, qui sont les protagonistes de l’affaire) se heurtent à l’évolution du territoire : apparition de « voiles de plus en plus nombreux et de plus en plus sombres », changements dans la gestion de la mosquée, qui a peiné pour être construite mais qui aujourd’hui « insiste sur les valeurs fondamentales de l’islam ».

–       On a assisté à des pressions au sein même de la crèche : des salariés commencent à imposer des comportements en fonction de leurs convictions religieuses (nourriture, manches non relevées pour laver, nettoyer…). Les pressions externes sur la crèche sont venues après le licenciement de la salariée : une partie de la population s’est retournée contre elle, il y a eu des dégradations de voitures du personnel et de matériel dans les locaux.

–       Dans l’affaire Baby-loup, deux lectures sont possibles : en termes de conflit de valeurs ou de conflit de personnes.

1. Dans le premier cas, on peut insister sur la protection de la liberté de conscience d’une salariée ou sur l’idéal de neutralité de la crèche.

2. Dans le second cas, on a une directrice adjointe qui fait retour après 5 ans de congés maternité et qui entre en conflit avec la directrice en place. Cette salariée, mère de cinq enfants est une musulmane qui n’avait jamais posé de problèmes auparavant ; elle souhaitait en fait arrêter de travailler dans les meilleurs conditions économiques possibles, d’où son insistance sur le recours judiciaire, réitéré à plusieurs reprises.

 

  1. Les conséquences néfastes pour les enfants et les parents si le voile était permis à la crèche :

 

–       Les très nombreux enfants élevés par des mères voilées ne voient pas leur mère avec un voile à la maison. Il y a contradiction pour eux de voire des mamans qui se voilent uniquement à la crèche.

–       La liberté de porter le voile dans la crèche impose une contrainte religieuse porteuse d’inégalité et de discrimination envers les enfants non musulmans. Il y a la tentation des salariées musulmanes de différencier le traitement des enfants selon leur origine/religion réelle ou supposée.

–       La confiance parents-personnel est brisée du fait des parents peuvent se sentir menacés d’une emprise sur leurs enfants ; cette menace doit être écartée.

–       Des parents musulmans sont les premiers atteints : ils apprécient que leurs propres enfants ne soient pas enfermés dans leur communauté. Il y a donc une pression sur les parents musulmans : ils ne seraient pas de bons musulmans, du fait l’espace commun où ils mettent leurs enfants n’est pas neutre.

 

  1. 3.     Sur les démêlés judiciaires

 

En résumé : la Halde condamne le licenciement de la directrice adjointe salariée, en invoquant une discrimination et un règlement intérieur imprécis – Les prudhommes (2010) confirment le licenciement pour faute grave – La Cour d’appel confirme le jugement (2011)  – La Cour de cassation (chambre sociale) annule le jugement de la Cour d’appel – La Cour d’appel de Paris conteste l’avis de la cassation (octobre 2013) – La Cour de cassation (en réunion plénière) statuera le 16 juin 2014.

A noter : la motivation intéressante de la Cour d’appel de Paris (la dernière ayant statué) : s’opposant au premier jugement en cassation, elle donne raison à la crèche Baby-Loup et reconnaît l’obligation de neutralité contenue dans le règlement intérieur. L’interdiction des signes visibles est justifiée et proportionné pour respecter et protéger la conscience en éveil des enfants. La Cour note cependant cette exigence de neutralité ne résulte pas de la loi (étant donné le statut privé de la crèche).

 

è La Cour d’appel de Paris a mis au centre du débat l’intérêt des enfants. Le procureur juge en ce sens qu’imposer la neutralité a la fonction de transcender le multiculturalisme, en privilégiant les ressemblances aux dépend des différences.

è  La proposition a été faite d’étendre la notion d’ « entreprise de conviction » (Eglise, Parti ou syndicat au sens de la jurisprudence de la CEDH).

è La porte de sortie pacifiante offerte ainsi par la Cour est double : ne pas ouvrir l’affaire au débat sur  l’interdiction des signes religieux dans le privé ni sur le fait de savoir si l’accueil des enfants est une mission de service public.

 

Ce qui signifierait que par pragmatisme les partisans de la laïcité universaliste devront admettre que la laïcité n’est qu’un choix parmi d’autres. De même mais en sens inverse, les revendications particularistes seraient freinées.

 


 

Patrice Rolland

 

Globalement, P. R. se dit surpris de ne pas avoir de grandes différences d’avis avec l’intervenante précédente. Il tente d’expliquer « la démarche de canard » du droit et des magistrats, qui avancent par pas alternés.

Ces hésitations dans les jugements juridiques des instances sont plutôt bon signe pour le juriste. . P. R. se dit tout à fait d’accord avec Caroline Eliacheff à propos du jugement de la cour d’appel de Paris : jugement séduisant, remarquablement bien rédigé du point de vue juridique, qui apaise beaucoup de choses.

Le résultat acquis : il n’est pas possible de se qualifier de service public pour pouvoir imposer le principe de laïcité à ses salariés. Sauf intervention du législateur, la crèche ne peut pas revenir là-dessus. La Cour de cassation a été très ferme et claire : la laïcité est réservée au personnel et aux agents du service public, car la laïcité d’État n’emporte pas la laïcité de la France. Il faut distinguer la laïcité de l’État et la laïcité comme conviction philosophique particulière.

 

è La conséquence juridique est que le code du travail s’impose, avec le principe de respect de toutes les convictions (religieuses, politiques, syndicales) et de non-discrimination, dans les structures de droit privé. Le code du travail connaît la possibilité de limitation de la liberté d’expression ou d’interdiction de manifestation des convictions, mais sous des conditions strictes.

Ces limitations doivent être justifiées par la nature de la tâche à accomplir (condition de nécessité) et la limitation ne doit pas être excessive par rapport aux besoins de la tâche (condition de proportionnalité). La Chambre sociale de la Cour de cassation a sanctionné une interdiction trop générale et imprécise que les prudhommes et la Cour d’appel de Versailles avaient pourtant validées : l’interdiction de port du voile faite à la salariée était trop générale et imprécise.

 

La difficulté et les contradictions entre les jugements des différentes Cours viennent de ce que nous sommes face à une liberté fondamentale. Le propre des juges est de donner des jugements au plus près des circonstances de chaque affaire. Ici, ils ont dû mettre en œuvres des exigences contradictoires : les droits d’autrui, les droits de l’entreprise, les droits de la personne salariée, les droits de la société, qui impliquent le respect d’une liberté fondamentale (voir par ex. : le 15 janvier 2013, Eweida et autres c/Royaume-Uni : la CEDH a jugé de deux façons totalement opposées deux cas similaires – à propos du port d’une petite croix visible autour du cou.)

En droit, depuis 1789 la libertéest la règle et la limite est l’exception. Ce qui signifie qu’une loi a, par son caractère général, beaucoup de peine à envisager et organiser les adaptations pratiques : par ex. la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école prononce une interdiction générale là où le Conseil d’État et la circulaire Jospin (1989) laissaient une importante marge d’appréciation aux autorités scolaires pour s’adapter à chaque situation particulière.

 

De quelques principes du droit

 

La mise en oeuvre des concepts et des notions juridiques

 

Juridiquement, il faut distinguer entre visibilité, ostentation, prosélytisme : ces notions ne peuvent être télescopées en droit. Si on pratique une identification entre ces trois notions, aucune distinction n’est plus possible entre les droits des employés, les droits de la personne, des enfants… Par exemple, associer « prosélytisme » et « visibilité », et les réduire l’un à l’autre est le résultat d’un choix philosophique particulier.

 

Danger d’essentialiser des attitudes

 

Dans une société de liberté, il est nécessaire de prendre les gens pour ce qu’ils font et non pas pour ce qu’ils sont. Prenons le cas de la neutralité : c’est une attitude concrète faite de respect, de réserve, d’absence de prosélytisme actif, etc. Est-ce qu’on peut présumer un prosélytisme abusif sur la base du port d’un simple signe religieux ? Non. Car inversement, on ne peut supposer la neutralité du service public sur le fondement de la simple absence de signe religieux dans ses locaux.

 

Entreprise de tendance

 

C’est une solution très habile donnée dans le jugement de renvoi de la Cour d’appel de Paris). Mais cette notion n’existe pas en droit écrit, c’est une notion jurisprudentielle venue du droit allemand, qui remplit des fonctions commodes. Elle impose le respect et loyauté des salariés à l’égard des convictions de l’employeur : l’employé doit bien sûr en être dûment averti par copie du règlement dans le contrat de travail. En ce sens, la « tendance » représente une forme de conviction particulière d’une entreprise, qui a le droit de l’imposer à son personnel. Ce statut permet une dérogation au code général du travail

 

à :La crèche est bien une entreprise de tendance selon la Cour :

ð Elle ne relève pas du service public, mais elle remplit au moins une mission d’intérêt général

ð Son engagement pédagogique concerne de petits enfants

ð L’option laïque de la neutralité a été choisie par la crèche (c’est une vision « humaniste », pour reprendre le langage de la Belgique).

ð La restriction du port de signes religieux porte uniquement sur les activités au contact des enfants (cette condition de limitation est inscrite dans le règlement)

ð  La cour de renvoi se montre attentive à ce que les dérogations restent précises et limitées : contrôle de la qualification d’entreprise de tendance ; contrôle de le proportionnalité des restrictions vis-à-vis du but poursuivi par la crèche ; respect de la vie privé du salarié.

 

C’est une solution juridique convaincante et intéressante : elle introduit en France l’entreprise de tendance pour convictions philosophiques (au sens humaniste du terme) alors que jusqu’à présent on n’avait que des exemples d’entreprise de tendance avec des convictions politiques ou religieuse.

 

P. Rolland y insiste : associer prosélytisme et visibilité du signe religieux doit rester un choix philosophique et convictionnel particulier, qui peut être celui d’une entreprise particulière, d’une crèche, d’une école, mais ne peut être celui de la laïcité de l’État. En réalité, il y a équivoque sur le mot « laïcité » dans les jugements rendus par les différentes Cours comme dans l’opinion publique. La distinction avait pourtant été clairement établie en 1905 par A. Briand lors du célèbre débat sur l’article 4 de la loi de Séparation.

 

 

 

 

Marika Moisseeff

 

Elle expose le point de vue de l’ethnologue.

L’affaire Baby-Loup est un épisode du blocage des relations interculturelles. Pour une mise en miroir, elle évoque les problématiques identitaires des aborigènes australiens, son terrain d’étude, et les compare aux difficultés d’une minorité visible très problématique (une population d’origine immigrée qui vit paradoxalement dans son propre pays) des banlieues françaises.

Le propos de sa présentation est d’analyser les soubassements de l’idéologie occidentale dans le regard porté sur les différences culturelles des individus issus de pays en voie de développement et/ou des ex-colonies.

 

1)    Il y a un traitement discriminant des minorités visibles et une essentialisation des groupes humains. Une géographie imaginaire des dominants par rapport au dominés reste opérante de nos jours. (cf. récemment les propos ignominieux sur des personnalités d’État noires, les rabaissant au rang de singes : Ch. Taubira, Cécile Kyenge ou encore B. Obama). C’est un héritage de l’idéologie racialiste, fondée sur la théorie des climats et sur une théorie évolutionniste calquant l’histoire humaine sur celle des espèces. Le monde se décline alors sur un axe est-ouest : passage de la barbarie à la civilisation, et sur un axe sud-nord : passage de l’état animal à l’état humain. Ces distinctions subsistent et perpétuent une hiérarchisation des cultures dans les appellations « pays développés, sous-développés, en voie de développement ».

ð Au XIX°, cette idéologie racialiste a aussi utilisé la science pour reléguer les Aborigènes au stade des reliquats préhistoriques, ce qui a eu des conséquences tragiques : la force publique australienne visait l’instauration d’une population blanche et promulguait des lois pour séparer systématiquement les enfants métisses mis dans des familles blanches afin de les couper de leur entourage aborigène. Ces lois ont été appliquées jusque dans les années 1970 !

2)    Le contexte de la mondialisation n’est rien d’autre que la reconnaissance de fait de la suprématie occidentale. L’un des problèmes majeurs de l’immigrant ou de ses descendants est la dépréciation internalisée des valeurs de sa culture d’origine. D’où des conflits de loyauté très importants :

ð Réussir dans la culture d’accueil peut être perçu comme le rejet de sa culture d’origine et comme le choix simultané du camp nécessairement ennemi qui humilie les siens (cf. les Harkis). On en a un exemple avec l’insulte corrélative contre le renégat, c’est une « noix de coco » : noire à l’extérieur mais blanche à l’intérieur… Franz Fanon le notait déjà dans Peau noire, masque blanc : quand on est issus de deux cultures hiérarchisées entre elles, on est sommé de choisir, et tout se passe comme si le métissage était impossible à l’intérieur même de l’individu.

3)    L’articulation entre sexualité et culture / sphère privée et sphère publique. Il importe d’évaluer le traitement fait aux femmes dans les diverses cultures, dans une perspective (post-)colonialiste. Sur un plan symbolique, la domination politique est souvent internalisée comme perte de puissance virile (cf. Bourdieu). En Australie, l’homme colonisateur/subordinateur/conquérant prend le pouvoir et amoindrit le rôle ritualisé de l’homme colonisé/subordonné/vaincu, y compris dans sa suprématie sur les femmes. Par exemple, des termes aborigènes existent pour dévaloriser l’homme blanc qui couche avec une femme aborigène, mais l’inverse n’est pas vrai.

ð Les financements internationaux qui ont pour condition la régulation des naissances et les actions humanitaires prônent l’occidentalisation des femmes, ce qui a un impact sur les représentations conscientes et inconscientes qu’elles se font d’elles-mêmes et que les autres s’en font.

ð Au plan symbolique : la perte de pouvoir politique entraîne la perte de contrôle des hommes sur les femmes et les enfants. Dans ce contexte, la montée des fondamentalismes s’accompagne de l’exigence que les femmes recouvrent leur rôle traditionnel et se désoccidentalisent pour rétablir la culture des dominés.

 

En conclusion :

 

Les migrants, notamment les hommes issus de pays en voie de développement ou d’ex-colonies, ont internalisé cette échelle hiérarchique qui les situe à un échelon inférieur à celui où se trouvent ceux qui sont pensés incarner ou représenter la culture dominante.

Il existe alors des conflits de loyauté entre la culture d’origine et culture d’accueil, ainsi qu’une difficulté à concevoir ce qu’il faut maintenir d’une culture ou d’une génération à l’autre. Les femmes de ces minorités tentent de contribuer à la revalorisation du statut des hommes de leur communauté pour qu’ils assument la transmission. Ce rôle des femmes est d’autant plus essentiel qu’un statut valorisé d’individu intégré dans la société d’accueil pour les hommes leur semble difficile à atteindre.

 

 

 

 

 

Abdennour Bidar

 

Philosophe de formation et de métier, il salue cette soirée qui décentre les débats et aborde la même affaire par le croisement des regards et la complémentarité des registres. Il aborde une dimension supplémentaire : l’islam.

Tout comme le point de vue des enfants défendu par C. Eliacheff, l’islam est impensé de notre société. Il existe un choc des ignorances autour de la nébuleuse « islam » de la part de tous les acteurs dès qu’on est amené à en parler.

De fait, il y polymorphisme du terme, qu’il faut délimiter et spécifier quand il s’agit des individus : distinguer la confession des individus – l’origine des individus – la culture des individus ; du côté des sociétés humaines : la civilisation et ses corollaires organisationnels, les phénomènes religieux renvoyant à des croyances et des pratiques, et enfin les traditions et les interprétations. Pour chaque affaire médiatique, il faut se poser la question : quelles sont aujourd’hui les interprétations et les dimensions de l’islam qui s’avancent dans l’espace public (instrumentalisation politique, revendication spirituelle, etc.) ?

 

Dans le cas de l’affaire de Baby-Loup, nous sommes face à un islam captif, pour quatre raisons.

1)    Une instrumentalisation de l’islam à des fins personnelles, pour mettre fin à une situation professionnelle problématique.

2)    L’affaire Baby-Loup a eu lieu dans un territoire de relégation, une zone d’enclavement culturelle et économique, où triomphe un certain islam identitaire et holiste (cf. Gilles Keppel). C’est un islam instrumentalisé par des insatisfactions et des rancœurs, il sert de refuge et de repère pour des frustrations et des colères.

3)    Dans les consciences individuelles et les communautés arabo-musulmanes il y une forme de réactivité à la colonisation et ses traces. Elles n’arrivent plus à appartenir à la communauté générale et enfantent des logiques de réaction et d’autodéfense à l’ordre imposé par le dominant.

4)    Les vieux démons historiques de l’islam trouvent aujourd’hui une seconde jeunesse. L’analyse ne peut s’arrêter à cet égard aux éléments extérieurs. Les musulmans d’aujourd’hui sont dans la continuité d’une histoire longue et de certaines pulsions que l’islam continue d’abriter : le littéralisme, le dogmatisme, le formalisme, le machisme ou le sexisme.

ð C’est le lot de toutes les religions d’avoir des formes internes qui attirent du côté du fixisme, de l’immobilisme. (ex : la mythification de l’ « âge d’or »).

 

L’islam est une passion française qui cristallise nos difficultés et nos impasses. Mais cet islam manifesté dans la crispation d’un individu qui ne veut pas abandonner son signe ainsi que ces quatre éléments de captivité sont les symptômes d’un islam en profonde souffrance derrière ses visages d’agressivité.

 

Conclusions

 

L’islam n’a toujours pas trouvé en tant que religion, culture, et civilisation son propre chemin dans la modernité.

ð L’islam n’a pas trouvé son rythme, son propre style (au sens de Merleau-Ponty) dans la modernité, c’est-à-dire l’équilibre entre une logique de fidélité et une logique de mouvement. Il a le potentiel pour donner sa contribution aux autres sagesses et aux autres philosophies, une fois la perte de soi et le désarroi face à soi dépassés.

L’islam a besoin pour cela d’un regard critique sur lui-même, d’une philosophie critique sereine, qui opère la déconstruction des représentations parasitaires et en même temps l’aide à revitaliser les visions du monde et recréer des significations.

 

Ce travail de discernement intérieur et extérieur de l’islam a des ennemis :

–       Le climat de suspicion savamment entretenu par les stéréotypes discriminants envers les musulmans.

–       Mais surtout l’éteignoir de l’islamophobie qui, au nom d’une défense générale de l’islam, empêche le travail critique de s’exprimer sur une tradition spirituelle qui a pourtant besoin des philosophes.

–       L’éteignoir de la liberté religieuse, terme qui est utilisée de façon indifférenciée et dangereuse. Dans toute notre tradition intellectuelle, liberté et religion sont des oxymores ! Le programme d’émancipation de la conscience et de la volonté , à mettre en œuvre vis-à-vis de la transcendance et du sacré, est la chose la plus difficile pour l’individu.

 

 

 

 

Nicolas Cadène

 

Il est rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité auprès du Premier ministre. L’Observatoire a rendu une dizaine de rapports et avis depuis sa création, tous adoptés à l’unanimité, sauf celui qui faisait suite à l’affaire Baby-Loup, ce qui souligne la sensibilité de cette affaire. Il a néanmoins été adopté par 17 voix, contre 3 et 1 abstention.

Dans cet avis, l’Observatoire répond notamment à la question : une loi supplémentaire est-elle nécessaire pour les structures privées d’accueil de la petite enfance ?

–       Son avis va dans le même sens que l’avis du CESE (Conseil Économique, social et environnemental) sur le fait religieux en entreprise ;

–       L’Observatoire a d’abord consulté la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), qui va également dans le même sens.

è Sa réponse : Non, il ne faut pas légiférer à ce stade, mais faire connaître le droit existant et aider les acteurs de terrain à gérer le fait religieux en évitant tout conflit en amont.

 

L’avis de l’Observatoire de la laïcité sur l’affaire de la crèche Baby-Loup.

 

N. Cadène rappelle des éléments de contenu de  l’« avis Baby-Loup » de l’Observatoire :

 

–       Rappel de l’arrêt de la Cour de cassation rendu à propos de le « CPAM Seine-Saint-Denis, le même jour que celui concernant l’affaire de la crèche privée Baby-Loup : extension du principe de neutralité à toutes les structures de délégation de service public, y compris celles de droit privé. Mais pas d’extension de ce principe à toute structure d’intérêt général qui n’exerce pas de mission de service public (certaines sont confessionnelles et perçoivent des aides publiques importantes, tels le Secours catholique, la CIMADE, etc.).

–       A cause de restrictions budgétaires, les collectivités confient de plus en plus souvent la construction et la gestion des établissements d’accueil de la petite-enfance à des gestionnaires privés, qui peuvent passer contrat avec la puissance publique pour devenir des « délégataires de service public». En 1994, Baby-Loup n’a pas souhaité être municipalisée et n’est donc pas soumise aux mêmes principes de neutralité.

–       La loi de 1905 garantit l’impartialité religieuse et politique de l’État et de ses fonctionnaires vis-à-vis de tout citoyen. Ce devoir de neutralité s’étend exclusivement aux structures qui représentent directement l’État ou les administrations (le service public). En effet, dans la sphère privée, la laïcité garantit la liberté de conscience et empêche qu’une éventuelle « neutralité politique et religieuse totale » soit invoquée pour justifier des discriminations. Cependant, les restrictions possibles à la liberté de conscience s’appliquant dans le cadre du privé (y compris des restrictions vestimentaires) sont assez nombreuses, sauf qu’elles doivent être justifiées et proportionnées par la nature de tâche à accomplir (cf. supra).

–       Par ailleurs, l’Observatoire rappelle à ses obligations l’État : construire des crèches pour garantir la liberté de choix effective des parents de mettre des enfants dans une crèche publique ou dans une crèche privée, puisque les règles n’y sont pas les mêmes (neutralité ou restrictions éventuelles proportionnées et à justifier).

 

Les motivations de l’Observatoire contre une loi supplémentaire

 

  1. En légiférant à ce stade, l’État risque de contrevenir à la Constitution et à la Convention européenne des droits de l’Homme : liberté de conscience, de penser, principe d’égalité et aussi principe de laïcité lui-même, qui entraîne la neutralité que de l’État, de ses administrations et de ses agents.
  2. Légiférer à partir de la « vulnérabilité » des jeunes enfants s’avèrerait très complexe. Ces derniers sont-ils plus vulnérables que, par exemple, les enfants ou les adolescents inscrits dans un établissement scolaire privé (et donc non soumis au principe de neutralité) ? La définition de la « vulnérabilité » est juridiquement très délicate (cf. rapport de la cour de cassation de 2009), puisqu’elle pourrait s’étendre à des catégories très vastes (garde à domicile, personnes âgées, personnes handicapées, malades, etc.). L’observatoire pointe en ce sens le risque de glisser d’un État laïque à une « société laïcisée », « neutralisée ».
  3. Objections sur l’utilisation d’« entreprise de tendance » telle que proposée par l’arrêt de la Cour d’appel de Paris :

–       L’entreprise de tendance n’est admise par la jurisprudence que sous réserve que la tendance soit directement en lien avec l’objet social de l’entreprise. En France, cette notion est donc possible uniquement pour les partis politiques, syndicats et organisations confessionnelles.

–       La Directive Européenne du 27 novembre 2000 incluait une clause de gel qui exigeait que les États qui souhaitaient intégrer la notion se soient dotés d’une législation spécifique à la date de la directive. Or la France ne l’a pas fait. Pourquoi ?

–       Réponse : En France, la laïcité ne saurait être réduite à une simple opinion idéologique, morale ou à une croyance religieuse. La laïcité française est un principe « au-dessus », un principe constitutionnel qui transcende et qui rassemble. Elle ne s’aurait être réduite à une opinion. La laïcité pensée comme une « tendance », comme en Belgique avec la « laïcité organisée », ne paraît pas admissible en France.

–       Le droit existant suffit, de fait, à répondre aux problèmes actuels. Mais il est méconnu. Nous devons le faire connaître aux acteurs concernés, soit pour préférer un contrôle de la puissance publique (et l’application de ses principes le cas échéant), soit pour préférer rester sous un régime autonome avec certaines restrictions possibles en matière de gestion du fait religieux.

  1. Ce que préconisait l’Observatoire pour répondre à la problématique posée par Baby-Loup :

–       Préciser le règlement intérieur de façon très claire sur les limitations de la liberté de religion par rapport à la tâche et aux postes (e que condamnait la Cour de cassation, c’était bien le caractère « absolu et général » de la clause du règlement intérieur imposant la neutralité dans cette crèche privée). Pour qualifier et proportionner une demande de neutralité : on se fonde sur les règles de sécurité, de sûreté, d’hygiène, d’interdiction de prosélytisme, sur l’aptitude à la mission, l’organisation du service, les intérêts vitaux de l’entreprise.

–       Faire le choix de devenir une délégation de service public et en accepter le contrôle que cela suppose.

  1. L’Observatoire a demandé au gouvernement d’éditer une circulaire interministérielle précisant et rappelant les droits et devoirs dans l’entreprise privée, et permettant si besoin, de limiter l’expression religieuse des salariés.

 

Par ailleurs, l’Observatoire, dans sa mission de pédagogie, a édité trois guides :

–       pour les centres socio-éducatifs,

–       pour les collectivités locales,

–       pour les entreprises privées.

Les acteurs de terrains en sont satisfaits. Ils ne souhaitaient globalement pas une nouvelle loi, mais en revanche, ils demandaient des clarifications sur ce que le droit permet et ne permet pas. C’est ce que l’Observatoire a commencé à faire avec ces guides.

 

Philippe Gaudin IESR-EPHE

Il rappelle l’intérêt d’avoir organisé un tel débat, ce qui n’était pas très facile compte tenu de son caractère complexe et passionné à la fois. L’IESR, par son travail d’expertise et de formation sur les faits religieux et la laïcité, travaille à mettre en perspective l’actualité qui croise ces deux champs et tente ainsi de contribuer à la qualité du débat public et des décisions qui doivent en découler.

Il indique que face à la situation de la crèche Baby-Loup, nous courrons deux dangers symétriques : sur-réagir ou se détourner lâchement en pensant qu’une absence de politiques publiques vigoureuses finira bien par résoudre tous les problèmes avec le temps. Sur-réagir en la matière signifie, au risque de porter atteinte à nos libertés, croire que l’on peut régler ce type de problème en faisant de nouvelles lois et en étendant ainsi progressivement la neutralité confessionnelle de l’État vers la société. L’autre danger consiste à ne pas vouloir voir des phénomènes d’intimidation, de communautarisme religieux, dans des territoires qui finissent effectivement par être perdus par la République. Une offre importante de services publics et une politique de formation et d’éducation sur la laïcité et les faits religieux de longue haleine seront les seules à pouvoir nous prémunir à l’avenir de situations aussi conflictuelles que celle de cette crèche.

 

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Loïc Le Pape, « Sylvie Taussig (dir.), Charles Taylor. Religion et sécularisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 mars 2014

« En 2007, Charles Taylor, philosophe canadien, publiait A Secular Age, traduit en Français en 2011 sous le titre L’Âge séculier. Cet ouvrage, d’une importance capitale pour les sciences sociales des religions a donné lieu à de vifs débats outre-Atlantique car l’auteur, en philosophe, n’a pas hésité pas à interpeller et mobiliser la sociologie des religions, l’histoire et la science politique. Paradoxalement, le livre n’a pas suscité autant d’intérêt en Europe (un peu en Allemagne, car il fait écho au dernier Habermas), et semble même être passé inaperçu en France. Il est vrai que L’Âge séculier est un ouvrage dense, érudit, dont la longueur (plus de 1200 pages), la période étudiée (« l’aire nord-atlantique » depuis l’Ancien-Régime) et l’écriture elliptique a de quoi rebuter les audacieux lecteurs. Pour autant, cet ouvrage m’apparaît aussi important que celui de Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde (1985), devenu central dans les sciences sociales du religieux. Dans L’Âge séculier, Taylor pose le constat d’un monde « incroyant » (un « humanisme exclusif ») et détaille les processus contradictoires de cette sécularisation intellectuelle, sociale et politique en replaçant les évolutions du politique et du religieux dans une vaste perspective historique, issue de la réforme protestante qu’il appelle le Grand récit de la réforme (GRR). Dès le début de son ouvrage, Taylor distingue « trois sens » de la sécularité : sécularité 1 : la perte de l’importance du religieux dans l’espace politique et les espaces publics (la croyance est devenue « affaire privée ») ; sécularité 2 : le déclin des croyances et des pratiques ; sécularité 3 : les nouvelles « conditions de la croyance » ; trois niveaux qui sont discutés, questionnés et remis en cause dans plusieurs contributions.

Sylvie Taussig a entreprit, par cet ouvrage collectif, le double défi de présenter l’œuvre méconnue de Taylor et de la discuter fermement à travers une pluralité de lectures. Le premier intérêt de cet ouvrage est de présenter à la fois des réflexions approfondies, parfois critiques et des témoignages, rassemblées en trois parties, précédées d’un préambule. Charles Taylor lui-même ouvre le livre, en présentant en quelques courtes pages sa démarche et certaines de ses influences. Il livre aussi quelques pistes sur une non-réception de son livre en France : il écrit en tant que catholique, sans s’en cacher, mobilisant aussi bien les théologiens que les sciences sociales, et mène une discussion serrée du concept central de la sociologie religieuse depuis les années 1960 la sécularisation, concept qui a vécu dans l’ombre de la « laïcité à la française ». »

Pour la suite de cet article : http://lectures.revues.org/14084 (mis en ligne le 24 mars 2014)

Loïc Le Pape, « Sylvie Taussig (dir.), Charles Taylor. Religion et sécularisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Le cas de la crèche Baby-Loup : une question de laïcité ? Rencontre-débat organisée par l’IESR et IRENE

Le cas de la crèche Baby-Loup :

une question de laïcité ?

Rencontre-débat organisée par l’IESR

et IRENE (Identités et Religions, Étude des Nouveaux Enjeux)

Débat présenté par Isabelle Saint-Martin, directrice de l’IESR, directrice d’études à l’EPHE et Sylvie Taussig, présidente d’IRENE, chercheuse au Centre Jean Pépin (CNRS)

Intervenants :

Caroline Eliacheff     Pédopsychiatre et psychanalyste, auteur de Comment le voile est tombé sur la crèche (Albin Michel, 2013)

Patrice Rolland   Professeur de droit public, Université Paris-Est Créteil

Marika Moisseeff         Ethnologue, psychiatre, chargée de recherche au Laboratoire d’anthropologie sociale (CNRS)

Abdennour Bidar       Philosophe, chargé de mission laïcité à la direction générale des enseignements scolaires (DGESCO)

Avis de l’Observatoire de la laïcité :

Nicolas Cadène          Rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité

 

Conclusions :

Philippe Gaudin          Philosophe, responsable formation-recherche à l’IESR

 

Mercredi 9 avril 2014 – 18h

EPHE, auditorium du bâtiment France

190, av. de France, Paris 13e – Métro Quai de la Gare

Entrée libre

 

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn