Séminaire 2016 IRENE ENS

 

 

 

 

 

 

 

 

2nd semestre de l’année 2015-2016                                        Mercredi 18h-20h

Ecole Normale Supérieure  29, rue dUlm 75005 Paris (Salle JAURES)

 

Comité d’organisation : Claude Proeschel (Université de Lorraine, GSRL-CNRS),  Sylvie Taussig (UMR 8230) et Sylvie Toscer-Angot (UPEC, GSRL-CNRS)

 

20 janvier : « Le Conseil de l’Europe face aux faits religieux », Jean-Paul Willaime (EPHE, GSRL-CNRS)

3 février : « La Grande-Bretagne face à la diversité religieuse »,  Grace Davie (Université d’Exeter)

17 février : « La religion, facteur et acteur des relations internationales contemporaines ? », François Mabille (Université catholique de Lille, GSRL-CNRS)

9 mars : « Nation et religion en Macédoine à l’épreuve de la pluralité », Goran Sekulovski (Institut St Serge)

16 mars : « La Turquie face aux minorités religieuses », Elise Massicard (SciencesPo-CERI)

23 mars : « La gestion de la diversité religieuse en Russie » Kathy Rousselet (SciencesPo-CERI)

6 avril : « L’influence de la Cour européenne des droits de l’homme sur la gestion de la diversité religieuse par les Etats européens », Julie Ringelheim (Université catholique de Louvain, FNRS)

13 avril : « L’orthodoxie dans la Roumanie post-communiste : croyances intermittentes et investissements pluriels d’une Eglise « nationale », Antonela Capelle-Pogacean (SciencesPo-CERI)

11 mai : « Les politiques publiques en matière religieuse en Scandinavie et en Norvège », Frédérique Harry (Université Paris-Sorbonne)

18 mai : « La gestion de la diversité dans des pays de tradition catholique », Mar Griera, (ISOR, Universitat Autònoma de Barcelona) / Sabrina Pastorelli (GSRL-CNRS)

25 mai : « Les acteurs religieux dans les politiques du gouvernement fédéral des Etats-Unis », Blandine Chélini-Pont (LID2MS, Université d’Aix-Marseille)

 

Ce séminaire est consacré aux politiques publiques en matière religieuse en Europe. Il a pour objectif de mettre en évidence différents aspects de la dimension politique du fait religieux. Il s’attachera :

  • à mesurer les conséquences politico-religieuses des bouleversements géopolitiques de la dernière décennie (Printemps arabes, flux migratoires…),
  • à appréhender la manière dont les démocraties européennes font face, d’une part, aux affirmations des identités non confessionnelles dans la sphère publique et, d’autre part aux revendications croissantes de communautés de croyances, désireuses d’obtenir de nouveaux droits ainsi qu’une reconnaissance institutionnelle,
  • à étudier l’impact des décisions de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) ou d’autres instances européennes à l’échelle nationale (discrimination, droits de l’homme, minorités…) sur les politiques publiques en matière religieuse,
  • à déterminer dans quelle mesure le paradigme de « neutralité religieuse et philosophique» de l’État, dont se réclament largement la plupart des États européens aujourd’hui, est opérationnel pour dégager les attributs d’une Europe des religions. Comment les pouvoirs publics arrivent-ils à concilier les exigences de protection de la liberté de conscience et de religion, avec le principe de neutralité de l’État et l’égalité de traitement de toutes les communautés religieuses ?

 

La réflexion menée s’inscrit dans une approche comparatiste. Elle s’intéressera bien sûr aux différents pays membres de l’Union européenne, mais elle intègrera également ceux qui sont aujourd’hui engagés dans un processus d’intégration, ainsi que des membres du Conseil de l’Europe, notamment la Russie.

Au-delà d’une tendance européenne commune au déclin de la pratique religieuse, la question se pose de savoir s’il est légitime de parler d’une spécificité de l’Europe en matière religieuse, étant donné que le rapport du spirituel et du temporel n’est pas le même pour les catholiques, les orthodoxes et les protestants et que les différents États européens présentent des configurations particulières quant aux relations Églises-État et à leur institutionnalisation.

En contrepoint final, le cas des USA permettra d’apporter un éclairage et des éléments de réponse supplémentaires et de déterminer dans quelle mesure il y aurait une spécificité européenne à appréhender la diversité religieuse.

 

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

SÉMINAIRE 2015-2016 : L’OFFRE D’ISLAM EN FRANCE, IRENE-IREMAM

Islams de France : “l’offre d’islam”

Séminaire 2015-2016

Séances animées par Florence Bergeaud-Blackler (IREMAM),
Martine Cohen (GSRL), Bernard Godard (IESR/EPHE),
Sylvie Taussig (CJP )

Ecole normale supérieure (ENS), Paris

Mardis de 11h à 13h de SEPTEMBRE 2015 à JANVIER 2016

Le séminaire IRENE de l’année 2015-2016 s’associe cette année à l’IREMAM/CNRS d’Aix-en-Provence pour présenter un panorama de groupes, d’institutions et de courants religieux représentatifs de la diversité de l’islam aujourd’hui. Ces séances consacrées à l’offre d’islam en France seront entrecoupées de moments réflexifs (soulignés dans le programme) où seront décryptées les grandes questions soulevées par cette diversité religieuse et les réactions qu’elles suscitent .

Les analyses et mises en perspectives proposées font partie intégrante du programme et de la réflexion d’IRENE. Il était inévitable que les assassinats du 7, du 8 et du 9 janvier suivis des manifestations qui se sont déroulées du 8 au 11 janvier – couronnée par une marche exceptionnelle par l’ampleur de la participation et d’emblée considérée comme « historique » – donnent à ces thèmes une actualité supplémentaire : une actualité de commentaires et de prises de position intellectuelles et médiatiques, parfois contradictoires voire conflictuelles ; une actualité politique aussi à travers des polémiques (cf. minute de silence, repas dans les cantines scolaires, jupes, théories complotistes etc ), concernant la place et l’intégration des musulmans voire de l’« islam » de France ; des mesures de recadrage des institutions islamiques de France (avec l’annonce d’une consultation ministérielle et la mise en place d’une instance de dialogue avec l’islam), une actualité enfin de la laïcité française, qui apparaît, en général, et dans le principe, comme la solution nécessaire, mais sur laquelle existent désormais de vifs différends quant à sa portée pratique dans les « problèmes de société » où les « musulmans » sont souvent opposés aux « non-musulmans » , les « religieux » aux « athées », la « laïcité ouverte » aux « laïcards » etc.

Dans les discussions, ce contexte complexe sera inévitablement présent. Néanmoins, IRENE, associée cette année à l’IREMAM, a souhaité s’intéresser aux dynamiques intellectuelles et normatives à l’intérieur de ce qu’on appelle trop vaguement l’islam en faisant le point sur les “offres d’islam”, pour montrer sa grande hétérogénéité et plasticité. Priorité sera donnée aux contributions de chercheurs sortant des généralités et des à-peu-près pour bien situer les groupes, les forces et les tendances qui représentent, peu ou prou, « officiellement » ou non, l’islam de France. Quelques thèmes seront dégagés, à l’issue de la séance inaugurale, qui permettront d’établir des points et perspectives de comparaisons. 

29/09 Haoues Seniguer : Usages militants de l’islam dans les espaces publics de France, Cédric Baylocq : des tensions locales entre “salafisme” et “islam officiel”

6/10 Omero Marongiu , Farid Abdelkrim : les Frères et l’UOIF, en être ou pas ?

13/10 Alain Garay : La structuration juridique des activités islamiques en France : enjeux et perpectives

20/10 Jeanne Favret-Saada  : Blasphème, religion et laïcité, analyse anthropologique d’une crise mondiale

27/10 Dilek Yankaya  : Les courants de l’islam turc en Europe

 03/11 Bernard Godard  Les relations État et culte musulman, leurs apories – depuis les années 1980. Les missions du BCC en la matière

 10/11  Riva Kastoryano : L’exceptionnalité française au respect de l’Etat; long distance nationalism

17/11 Mahamet Timera  : Courants islamiques et diasporas Sud-sahariennes

24/11 Asiem Al Difraoui  : Le djihadisme européen comme anti-culture

 1/12 Cheikh Bentounes, discutant :  Denis Gril  : Le soufisme et ses confréries en France

 8/12 Ludovic Mohamed Zahed , Michael Privot  : Inclusive et progressive muslims en France et en Belgique

 15/12 Ghaleb Bencheikh : Expérience et possibilités théologiques d’un islam européen

5/1  Mohamed Ali Adraoui  : Les courants salafistes en Europe

et conclusions du séminaire.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

« L’Europe des religions, quelles réalités pour quelles politiques ? » Nicolas Kazarian, Sylvie Taussig, Sylvie Toscer-Angot

L’Europe des religions, quelles réalités pour quelles politiques ?

Comité d’organisation : Nicolas Kazarian (IRIS/ITO), Sylvie Taussig (CNRS –UPR 76) & Sylvie Toscer-Angot (UPEC, GSRL-CNRS)

 

Programme

Les jeudis, de 17h00 à 19h00. Lycée Henri IV (23 Rue Clovis, 75005 Paris). Salle H001

 

  • – Séance 1 : jeudi 6 novembre 2014, Introduction à la problématique. Les politiques religieuses en Europe, intervenants : François FORET (Université libre de Bruxelles), Máté BOTOS (Université catholique de Hongrie)
  • – Séance 2 : jeudi 20 novembre 2014, Les religions d’État en Europe (Grèce & Angleterre), intervenants : Vassilis PNEVMATIKAKIS (Institut français de géopolitique), David VOAS (Université d’Essex)
  • – Séance 3 : jeudi 4 décembre 2014, Les formes de laïcité européennes (Belgique & Espagne), intervenants : Jean-François HUSSON (Université catholique de Louvain), Claude PROESCHEL (Université de Nancy, GSRL-CNRS)
  • – Séance 4 : jeudi 8 janvier 2015, Religions et minorités nationales en Europe, intervenant : Alain GARAY (Avocat à la cour de Paris)
  • – Séance 5 : jeudi 5 février 2015, Le pluralisme européen en transformation, intervenants : Stéphane Lathion (gsrl-CNRS), Pierre Morel (Observatoire Pharos)
  • – Séance 6 : jeudi 19 mars 2015, Le religieux dans le processus d’intégration européen, la Turquie, intervenant : Samim Akgönül (Université de Strasbourg)
  • – Séance 7 : jeudi 9 avril 2015, Religions et identités en Europe (Roumanie et Macédoine), intervenants : Théodore Paléologue  (European College of Liberal Arts Berlin), Goran SekulovskI (Institut Saint-Serge)
  • – Séance 8 : jeudi 21 mai 2015, Le fait religieux et la jurisprudence européenne, intervenant : Lauréline Fontaine (Université Sorbonne nouvelle – Paris III)
  • – Séance 9 : jeudi 25 juin 2015,  Union européenne et héritage religieux, intervenants : Jean-Paul WILLAIME (gsrl-CNRS)

 

Le principe de cet ensemble de rencontres et consacrées aux politiques publiques en Europe vis-à-vis des religions vise à faire un état des lieux sur les phénomènes de recomposition du paysage religieux qui affectent la France ainsi que l’ensemble des États européens et qui présentent un certain nombre de variations en dépit d’un héritage culturel proche. La réflexion proposée ici interrogera, d’une part, les conditions et les modalités d’un « retour du religieux » en Europe, en s’appuyant notamment sur l’analyse des flux migratoires et, d’autre part, les effets de la sécularisation sur l’affirmation et les nouvelles revendications de nombreux groupes de croyances dans l’espace public.

Dans ce contexte, la France constitue un laboratoire important pour le développement de ce type de réflexions. Au-delà de la spécificité française, il s’agit de proposer à un large public de citoyens un regard distancié qui permette de mettre en perspective la tradition laïque française, appréhendée ici selon une approche juridique et non selon une approche philosophique.

La réflexion menée s’appuiera non seulement sur les pays membres de l’Union européenne, mais intègrera également ceux qui sont aujourd’hui engagés dans un processus d’intégration (Serbie, Macédoine, Turquie) ainsi que des membres du Conseil de l’Europe (en particulier Russie), afin que l’approche comparatiste entre États puisse faire émerger des spécificités européennes. On tentera de déterminer dans quelle mesure le paradigme de « neutralité religieuse et philosophique » de l’État, dont se réclament largement la plupart des États européens aujourd’hui, est opérationnel pour dégager les attributs d’une Europe des religions. L’impact de l’intégration européenne sur le traitement des faits religieux fera également l’objet de cette étude. On s’intéressera aux conséquences politico-religieuses des bouleversements liés à la chute du mur de Berlin et à l’effondrement de l’Empire soviétique dans les pays d’Europe centrale et orientale et on étudiera de près les politiques publiques vis-à-vis des religions dans ces derniers.

Reste à savoir s’il est légitime de parler d’une spécificité de l’Europe en matière religieuse, étant donné que le rapport du spirituel et du temporel n’est pas le même pour les catholiques, les orthodoxes et les protestants et que les différents États européens présentent des configurations particulières quant aux relations Églises-État et à leur institutionnalisation.

 

En revanche, il y a peut-être une certaine spécificité européenne dans la tendance continue au déclin de la pratique religieuse avec des singularités en fonction des histoires et des traditions. Une des interrogations portera sur la manière dont les États européens font face à deux phénomènes apparemment contradictoires : d’une part, aux affirmations des identités non confessionnelles dans la sphère publique et, d’autre part, aux revendications croissantes de communautés de croyances, généralement issues de l’immigration, désireuses d’obtenir de nouveaux droits ainsi qu’une reconnaissance institutionnelle. Comment les pouvoirs publics arrivent-ils à concilier les exigences de protection de la liberté de conscience et de religion, avec le principe de neutralité de l’État et l’égalité de traitement de toutes les communautés religieuses ?

 

L’objet de cette étude vise aussi à déterminer dans quelle mesure les décisions de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) ou d’autres instances européennes ont un impact sur les politiques publiques en matière religieuse (discrimination, droits de l’homme, minorités…).

Ce travail se situe dans la continuité à la fois d’une réflexion d’IRENE sur la sécularisation (colloque Charles Taylor, colloque Gauchet et la Chine) et sur la gestion française du pluralisme religieux (deux soirées-débats à l’Assemblée nationale les 12 et 19 mai 2014), d’une journée d’étude sur les communautés (6 juin 2014), d’un colloque sur Droit et religion (octobre 2014) et d’un séminaire sur « Habermas et la religion », visant d’un point de vue plus théorique à enrichir la réflexion sur sa philosophie et pourrait se clôturer par un colloque de synthèse en présence d’Habermas lui-même.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire 2014-2015 : « Déconstruire les conflits relatifs aux représentations de l’islam et des musulmans en France » – IRENE & ENS

École Normale Supérieure

& Groupe Identités et Religions : Étude des Nouveaux Enjeux

 

Séminaire 2014-2015

« Déconstruire les conflits relatifs aux représentations de l’islam

et des musulmans en France »

 

Organisation : M. Bernard GODARD (IESR- EPHE), M. Romain SÈZE (Science Po Aix),

Mme Sylvie TAUSSIG (CNRS –UPR 76)

(Bernardgodard@noos.fr; sezeromain@yahoo.fr; sylvie.taussig@gmail.com)

 

Mots clés : Musulmans, « retour du religieux », normes religieuses, sécularisation, mondialisation, imaginaires, liberté de culte et de conscience, espaces publics, laïcité, mémoire collective, transmission, autorité, islamophobie, fondamentalisme, communauté(s)

 

PRÉSENTATION

 

L’intégration de la pratique de l’islam au contexte français suscite des conflits réels ou supposés, qui vont croissants depuis les années 2000 : affaires du voile (intégral notamment) ; des prières de rue ; querelles suscitées par l’édification des Grandes mosquées ; polémiques autour du halâl ; affaire de la crèche Baby-Loup ; le tout étant accompagné d’une peur grandissante, sinon lancinante, de l’islam et de la progression des délits à caractères islamophobes… Le projet d’un séminaire consacré à ces « blocages » (« intracommunautaires », institutionnels, sociétaux…) est né de l’évidence de l’urgence qu’il y a devant le sentiment que les fossés entre musulmans et non musulmans se creusent et alors que les positions des uns et des autres se radicalisent ponctuellement et instillent un poison dangereux pour le lien social. De ce fait, il apparaît aussi nécessaire de refuser d’étudier l’« islam » comme s’il s’agissait d’un objet en soi et d’ainsi se départir de toute tentation essentialisante, comme d’éviter les approches identitaires qui réduisent les problématiques liées à la présence musulmane en France à des considérations d’ordre religieux (perceptible dans la focalisation du débat public sur le respect de la laïcité), et induisent donc en erreur sur le « diagnostic » à apporter à des phénomènes complexes. À l’inverse, l’attention se portera sur les musulmans dans leur diversité (en termes d’observances cultuelles, d’origines nationales, de sensibilités idéologiques…), en France (voire dans les pays occidentaux) où ils font depuis la seconde moitié du XXe siècle l’expérience de la condition minoritaire, et donc sur leurs rapports avec les non musulmans, en utilisant tout ce que les sciences sociales nous offrent comme moyen d’analyse. Il s’agit donc de déconstruire, historiciser, expliciter, en un mot clarifier certaines notions qui, dotées de contours imprécis, investies de significations multiples et bien souvent idéologiquement chargées, font obstacle non seulement à la compréhension mais aussi à une évocation apaisée du fait musulman en France. Cela signifie que nous tenterons de démêler les représentations sources d’incompréhensions entre les acteurs, et par-delà d’identifier les blocages et enjeux sous-jacents aux conflits suscités par la visibilité de l’islam dans l’espace public.

 

 

PROGRAMME

 

1) Séance introductive : Quels enjeux recouvrent les différends relatifs à la visibilité de l’islam dans l’espace public ?

Intervenant : Olivier ROY

à Vendredi 3 octobre Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

2) Séance : (Dé)construction d’une mémoire commune. Quelle mémoire pour les musulmans de / en France ?

Intervenants : Jocelyne DAKHLIA ; Sadek SELLAM

à Vendredi 10 octobre Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

3) Séance : Littéralisme et contextualisation : pourquoi les courants les plus  fondamentalistes semblent en pointes et pourquoi les courants rénovateurs et  spiritualistes semblent régresser ?

Intervenants : Rachid BENZINE ; Soufian AL-KARJOUSLI

à Vendredi 17 octobre 2014 Salle CELAN 18-20 heures

 

4) Séance : Qu’est ce que  la radicalisation quand on parle d’islam, Quel rapport avec le terrorisme ? Dérive aux facteurs indépendants du religieux ou  intrinsèquement  liés ?

Intervenants : Ahmed MIKTAR, Bernard GODARD

à Lundi 3 novembre 2014 amphi  RATAUD 18-20 heures

 

5) Séance : Existe-t-il une judéophobie spécifiquement musulmane ? Si elle est historiquement attestée, quelle évolution en France pour les nouvelles générations et par rapport à l’antisémitisme européen ?

Intervenants : Martine COHEN, Georges BENSOUSSAN

à Vendredi 14 novembre 2014 Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

6) Séance : L’islamophobie : déconstruire une notion controversée.  Est-ce un concept pertinent en tant que concept ? Comme concept subi ? Comme regard de l’autre ?

Intervenants : Abdennour BIDAR, Lila CHAREF

à Vendredi 21 novembre 2014 Salle CELAN 18-20 heures

 

7) Séance : L’islam est-il un élément de radicalisation de la laïcité ? Quels enjeux recouvrent les différends relatifs à la visibilité de l’islam dans l’espace public ?

Intervenants : Philippe GAUDIN ; Charles CONTE

à Vendredi 28 novembre 2014 Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

8) Séance : La socialisation en France des musulmans a-t-elle modifié leur rapport à l’autorité (politique, religieuse, magistérielle, etc.) ? Quelle place pour la loi  religieuse ? Y a-t-il un espace pour  une  école  juridique européenne ?

Intervenants : Larbi BECHRI ; Bernard BOTIVEAU

à Lundi 1er décembre 2014 amphi  RATAUD 18-20 heures

 

9) Séance  « Quelle représentation de l’islam en France ? Est-il possible d’inventer une représentativité en situation d’islam minoritaire et indépendant du politique (l’État) ? Dans ce cas, quelle articulation entre le politique (les notables musulmans élus ou pas) et le religieux (le magistère) ? Quel pouvoir de régulation (pratiques, interprétation du dogme) ? »

Intervenants : Frank FREGOSI, Mohamed MOUSSAOUI,

à Lundi 8 décembre 2014, amphi  RATAUD 18-20 heures

 

10) Séance : Islam et Internet, outil de « l’invention »  de l’islam loin des centres de pouvoir et  des cultures traditionnels. Unicité  multiplicité des représentations des musulmans en  France. Quel islam produit Internet ? Comme outil de communication, quels effets pervers, à l’image de ce que génère Internet en général ?

Intervenants : Saïd BRANINE ; Haouès SENIGUER

à Vendredi 19 décembre 2014 Salle CELAN 18-20 heures

 

11) Séance : Les multiples facettes du « faire communauté » des musulmans dans une société sécularisée et plurielle ? Ce qu’on appelle « communautarisme » est il un nouveau mode du « faire communauté » (tout halal, vêtement, etc.) ? Est-ce « l’invention » d’une manière d’être musulman et français ? Quel rapport au  politique à l’aune des derniers scrutins ?

Intervenants : Ali ADRAOUI, Alain SEKSIG

à Lundi 5 janvier 2015  Salle des Actes, de 19h00 à 21h00

 

12) Séance : Conclusion : vers un islam européen ?

L’Europe continentale compterait aujourd’hui plus de 44 millions de personnes de culture musulmane, soit 6 % de sa population globale et 3 % des musulmans mondiaux. Cette réalité sociodémographique constitue avec la perte d’emprise sociale des Églises établies, l’une des caractéristiques majeures du paysage religieux européen. S’interroger sur les rapports existant entre les communautés musulmanes et les États européens revient à dresser un état des lieux du devenir institutionnel de l’islam européen d’une part (degré d’institutionnalisation) et d’autre part à analyser les types de gestion publique du fait islamique mises en œuvre dans les sociétés européennes (politiques publiques musulmanes)

Intervenants : Abdallah BEN MANSOUR ; Jonathan LAURENCE

à Vendredi 9 janvier 2015 Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire « Nouvelles communautés religieuses : islamophobie » – séance 12

Islamophobie

avec Abdelaziz Chaambi et Bernard Godard

Jeudi 28 novembre 2013

14h30-17h00

Séance animée par Haoues Seniguer

 

Bien qu’il soit contesté depuis son apparition, le terme d’islamophobie ne cesse de revenir dans le débat public, mais son apparente acceptation n’exclut évidemment pas, au contraire,  la poursuite de la polémique, de la critique ou de la disputatio, qu’elle soit médiatique, politique ou scientifique. À ce propos, le séminaire sur ce thème de l’islamophobie a pour but de soulever une série de questions critiques et à en interroger les éventuels angles morts.

Comment construit-on théoriquement ou scientifiquement l’objet « islamophobie » ? Quels types de faits sociaux regroupe-t-on sous le concept globalisant d’islamophobie ? Comment peut-on élaborer une frontière suffisamment marquée, distinctive, voire étanche, entre ce qui relève de l’arabophobie (ou racisme anti-maghrébin), du racisme anti-immigrés, de la critique religieuse, et ce qui relève du discours ouvertement anti-musulmans ou islamophobe ? Où commence et où s’arrête l’islamophobie ? Est-il possible de parler d’islamophobie sans tenir compte du discours ou de l’action propre de son sujet (l’auteur d’actes islamophobes ou jugés comme tels) ? Peut-on analyser l’islamophobie et la hausse des actes islamophobes en s’abstrayant peu ou prou des pratiques sociales des musulmans qui peuvent être problématiques ? Comment analyser objectivement l’islamophobie sans être soi-même piégé, ou pris en otage, du discours des acteurs quant à leurs propres définitions, et représentations de l’islamophobie, et aux moyens mis en œuvre pour lutter contre ? Peut-on simplement se satisfaire d’une analyse par le haut (au niveau des « élites » qui « construiraient » l’islamophobie), au détriment ou indépendamment d’une prise en compte des stratégies par le bas, pensées et développées par les différents acteurs du champ de mobilisation contre l’islamophobie ? Comment analyser la position de chacun des acteurs mobilisés dans ce segment particulier de l’espace social et la concurrence à laquelle se livrent les différentes organisations occupant le créneau de l’islamophobie ? Comment les groupes militants investissent-ils ce champ de mobilisation et quels répertoires d’action privilégient-ils ? En comparant ou en rapprochant antisémitisme et islamophobie, en tant que concepts et réalités sociales, ne court-on pas le risque paradoxal de susciter la tentation judéophobe ou antisémite au sein des communautés victimes ou « victimisées » ? La focale sur l’islamophobie ne risque-t-elle pas d’opacifier les luttes intestines pour imposer à la société une certaine vision de l’islam (orthodoxe, orthopraxe, etc.)

Abdelaziz Chaambi : Éducateur de formation. Militant associatif et président de la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (CRI)

Bernard Godard : Ancien chargé de mission au Bureau central des cultes au Ministère de l’Intérieur. Il est également chercheur sur les questions liées à l’islam et à l’islamophobie

Haoues Seniguer : Politologue et sociologue. Chargé de cours à l’Institut d’Études Politiques de Lyon et chercheur associé au GREMMO, UMR 5291, Lyon

Libre participation aux frais. Dans la limite des places disponibles

Il s’agit d’un séminaire semi-public. Merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse électronique de

l’association indiquée ci-dessous.

identites.et.religions@gmail.com – http://irene.hypotheses.org/

Twitter : @id_et_religion – Facebook (page) : identitesetreligions

 

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire « Nouvelles Nouvelles Communautés Religieuses : l’orthodoxie en France » – séance 11

Onzième Séance du séminaire : « Nouvelles Communautés »

L’orthodoxie en France, les nouvelles communautés

Père Marc Génin, Père Radu Marasescu et Vassilis Pnevmatikakis

Vendredi 27 septembre 2013 14h00-17h00

à

Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge 93 rue de Crimée 75019 Paris M° Laumière

Cette séance est présentée et animée par Nicolas Kazarian.

La présence de l’orthodoxie en France est façonnée par la structure multipolaire du christianisme oriental. Organisée en différentes églises locales, dites autocéphales, cette structure de l’orthodoxie se retrouve sur le territoire français bien qu’étant en opposition flagrante avec le principe de territorialité qui régit son ecclésiologie. Les communautés orthodoxes sont ultra-minoritaires en France. Le chiffre de 300 000 fidèles est avancé depuis des décennies, sans n’avoir jamais été réactualisé. Cette séance aura donc pour objet d’interroger la définition de «nouvelles communautés» à travers plusieurs éclairages portant sur l’orthodoxie en France. Il ne s’agira pas uniquement de considérer les enjeux liés aux tropismes ethniques, mais de comprendre aussi comment l’orthodoxie s’est imposée comme une composante du paysage religieux en France.

Père Marc Génin est prêtre du diocèse du Patriarcat de Serbie en France. Il interviendra sur les tentatives d’émergence d’une orthodoxie française.

Père Radu Marasescu est aumônier du monastère féminin de la protection de la Mère de Dieu à Bussy- en-Othe (89).

Vassilis Pnevmatikakis, doctorant à Paris 8, prépare une thèse sur « Les diasporas ethno-orthodoxes de l’union européenne : enjeux géopolitiques »

Il s’agit d’un séminaire semi-public organisé en collaboration avec l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint- Serge.

PARTICIPATION PAYANTE – INSCRIPTION OBLIGATOIRE Renseignements/Inscriptions ito@saint-serge.net ou au 01. 42. 01. 96. 10

identites.et.religions@gmail.com – http://www.identites-et-religions.com/ Twitter : @id_et_religion – Facebook (page) : identitesetreligions

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire « Nouvelles communautés religieuses » – Séance 9

Neuvième séance du séminaire « Nouvelles communautés »

 

Communautés bouddhistes

 

avec Philippe Cornu et Louis Hourmant

Mardi 4 juin 2013

14h30-17h00

 

 

Séance animée par Éric Vinson

 

« Cinquième religion de France » par le nombre de ses « fidèles » selon certains de ses « représentants », le bouddhisme semble trouver en France une terre d’accueil des plus favorables depuis une cinquantaine d’années. N’y jouit-il pas d’une image – certes médiatique, mais aussi sociale et culturelle – fort positive, qui tranche avec la suspicion, les railleries ou le désintérêt dont sont l’objet les autres confessions ? Mais le succès du sourire bienveillant et consensuel du Bouddha masque peut-être une complexité, ainsi que des tensions, rarement évoquées : celles nées du profond bouleversement affectant l’une des plus anciennes religions orientales quand elle s’acclimate – tant bien que mal – à une terre radicalement étrangère et à des temps sans précédent dans sa longue histoire. Entre transmission, (ré-)invention ou ruptures de la tradition, que devient donc le bouddhisme en Occident, et singulièrement en France à l’heure de l’individualisation du croire ? Entre convertis plus ou moins traditionalistes, « centres du Dharma » plus ou moins innovants, « néo-bouddhistes » plus ou moins New Age, Nouveaux Mouvement Religieux d’inspiration bouddhique plus ou moins acceptés, populations issues de l’immigration asiatique plus ou moins intégrées, dynamiques institutionnelles franco-françaises et autorités enracinées dans les pays d’origine, quelles sont aujourd’hui les « communautés » du bouddhisme de France ?

 

 

Philippe Cornu : Professeur en histoire des religions, bouddhisme et hindouisme à la Faculté de théologie de l’Université Catholique de Louvain (UCL, Belgique) ; membre du Groupe de Recherche sur le Bouddhisme Contemporain (GRBC) de l’ISTR de Paris (ICP). Président de l’Institut d’Etudes Bouddhiques (IEB, Paris) et traducteur (tibétain).

 

Louis Hourmant : Sociologue des religions rattaché au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL, Paris) ; travaille sur l’implantation du bouddhisme japonais en France et sur l’évolution des religions asiatiques consécutive à leur transplantation en Occident ; titulaire d’un doctorat de l’EPHE portant sur La construction du croire au sein du mouvement bouddhiste Sôka Gakkai en France.

 

Éric Vinson : Politologue des religions (Cévipof, Paris), directeur de l’Institut de Formation pour l’Étude et l’Enseignement des Religions (IFER, Dijon) ; membre du Groupe de Recherche sur le Bouddhisme Contemporain (GRBC) enseignant le bouddhisme à l’ISTR de Paris (ICP) ; anime un séminaire sur la « double-appartenance chrétien-bouddhiste » à l’Institut d’Études Bouddhiques (IEB, Paris).

 

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Il s’agit d’un séminaire semi-public. Merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse électronique de

l’association indiquée ci-dessous.

identites.et.religions@gmail.com – http://irene.hypotheses.org/

Twitter : @id_et_religion – Facebook (page) : identitesetreligions

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire « Nouvelles communautés religieuses » – Séance 8

Communautés soufies, entre tradition et modernité

Mara Vitale, Fabienne Samson, Erkan Toguslu, Farouk el Haouzi, Asma Sassi, Mouloud Haddad, Jean-Daniel Derambure, Raphaël Bloch-Lainé

Mardi 14 mai 2013

9h00-17h30

Séance animée par Philippe Humeau (consultant, cabinet RS&D –Responsabilité Sociétale & Diversité)

Le soufisme (at-taçawwuf), voie d’éducation spirituelle dans l’islam, est composé de confréries et de communautés diverses, et dont la diversité va croissante aujourd’hui. Comme la plupart des traditions religieuses et spirituelles, les voies soufies adoptent diverses modalités d’adaptation à la modernité. Le développement et l’évolution des mouvements soufis ou néo-soufis est tel que le contour de la notion même de soufisme devient difficile à établir avec netteté. Sous ce vocable sont aujourd’hui rassemblés des mouvements très différents : certains détachés de la tradition islamique, d’autres ancrés au cœur de cette tradition, certains ne font que s’inspirer du soufisme alors que d’autres semblent s’en éloigner.

 

Programme :

  • 9h15 – 9h30 : Introduction
  • 9h30-10h00 :     Mara Vitale (EHESS)

Le défi de l’islam soufi, exemples dans la Tidjaniyya au Burkina Faso

  • 10h00-10h30 : Fabienne Samson (IRD, EHESS)

Le Dahiratoul Moustarchidina wal Moustarchidaty, un mouvement de réforme du soufisme au Sénégal

  • 10h30-11h00 : Discussion
  • 11h00-11h30 : Erkan Toguslu (Université Cathlolique de Louvain, mouvement Gülen)

Le soufisme dans un forme non confrérique: le mouvement Hizmet-Gülen

  • 11h30-12h00 : Farouk El Haouzi (mouvement Participation & Spiritualité Musulmanes)

Quand le chemin vers Dieu passe par la justice sociale

  • 12h00-12h30 : Discussion

12h30 – 13h30 : pause déjeuner

  • 13h45-14h05 : Asma Sassi (EHESS)

Un soufisme sans islam : l’Ordre Soufi International

  • 14h05-14h35 : Mouloud Haddad (EHESS)

Un soufisme globalisé. La Tariqa Naqashbandiyya-Haqqaniyya de Shaykh Nazim

  • 14h35-15h00 : Discussion
  • 15h00-15h20 : Asma Sassi (EHESS)

Les passerelles de l’inter-religieux : la ‘Alawiyya en Europe

  • 15h20-15h50 : Jean-Daniel Derambure (tariqa ‘Alawiya)

l’instant soufi, vécu dans la tariqa ‘Alawiya

  • 15h50-16h20 : Raphaël Bloch-Lainé (tariqa Qadiriya Boudchichiya)

S’inscrire dans la tradition et s’inscrire dans son temps, témoignage d’un disciple de Sidi Hamza al-Qadiri Boudchich

  • 16h20-17h20 : Discussion
  • 17h20-17h30 : Conclusion

 

Les intervenants :

Mara Vitale est doctorante à l’EHESS et mène des recherches sur l’islam soufi au Burkina Faso, et s’intéresse notamment aux dynamiques de développement de la Tijânîyya dans ce pays et à aux différentes expressions du pouvoir charismatique des guides musulmans.

Fabienne Samson est docteur en anthropologie, chercheuse à l’IRD (Institut de recherche pour le développement) et directrice adjointe du Centre d’études africaines (EHESS). Elle étudie l’implication sociale et politique mouvements religieux de jeunes urbains en Afrique de l’Ouest, leur travail de remoralisation des sociétés.

Erkan Toguslu est docteur en sociologie, diplômé de l’Université Galatasaray à Istanbul et de l’EHESS à Paris. Il enseigne l’anthropologie à l’Université Catholique de Louvain (Belgique). Ses recherches portent sur les musulmans en Europe, les relations entre chrétiens et musulmans et la religion dans l’espace public.

Farouk El Haouzi  est consultant en informatique, docteur en Mathématiques appliquées aux sciences sociales de l’Université Pierre Mendès-France (Grenoble 2), membre de l’ORP (Organe de réflexion et de proposition) au sein du mouvement PSM (Participation & Spiritualité Musulmanes).

Mouloud Haddad est docteur en sociologie, chercheur associé au Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (Cetobac, EHESS-CNRS) et enseignant à l’Université Paris VIII.

Asma Sassi est doctorante à l’EHESS. Ses recherches portent sur le développement des mouvements soufis en Europe occidentale au début du 20è siècle.

Jean-Daniel Derambure est docteur en biologie médicale, retraité, et étudiant à l’EPHE. Il est rattaché à la tariqa alâwiya et son maître spirituel, le Cheikh Bentounès, et participe activement à la vie de l’Association internationale soufie alâwiya (AISA).

Raphaël Bloch-Lainé est Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, professeur des écoles et
professeur de langue et civilisation françaises à l’Université Américaine de Paris. Il suit depuis quelques années les enseignements du maître soufi Sidi Hamza al Qadiri Boudchich.

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Il s’agit d’un séminaire semi-public. Merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse électronique de l’association : identites.et.religions@gmail.com.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire « Nouvelles communautés religieuses » – Séance 7

Les Juifs en France aujourd’hui :

Nouveaux courants et nouvelles formes de regroupement religieux

Martine Cohen, Yeshaya Dalsace, Ruth Ouazana

Mardi 2 avril 2013,

14 h 30 – 17 h 30

Séance animée par Martine Cohen

Le monde juif français a toujours été très divers au long de son histoire. Depuis la réunification des trois « nations » juives au sein de l’institution consistoriale en 1808, il est censé être relativement unifié. Le monopole du Consistoire a de fait inclus une diversité interne (de formes liturgiques inscrites dans des cultures locales, alsacienne ou « portugaise » par exemple). Quant aux oratoires indépendants, ils sont restés très marginaux jusqu’aux années 1970 – même après la loi de séparation de 1905.

Après avoir brièvement brossé ce background historique, j’évoquerai la pluralisation religieuse qui caractérise aujourd’hui le judaïsme français : nouveaux courants religieux hors consistoire, nouvelles formes de regroupement (synagogues autonomes, cercles d’étude, nouveaux quartiers juifs urbains, etc.). Peut-on les comparer à d’autres processus parmi les autres groupes religieux en France, ou parmi les Juifs dans d’autres pays ?

Les deux acteurs invités présenteront ensuite leur courant / mouvement : histoire de son implantation en France (en lien avec ce même courant dans d’autres pays) ; ses objectifs, ses  caractéristiques ; ses relations avec d’autres courants et groupes religieux ; ses relations éventuelles aux autorités publiques (État, municipalités, élus locaux) ; sa conception de la laïcité dans la France d’aujourd’hui et au sein d’un monde juif pluriel.

Martine COHEN : Sociologue au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL, CNRS-EPHE). Après des études sur le Renouveau charismatique catholique en France et sur la question des « sectes », elle a entrepris une sociologie historique du judaïsme français : transformations de son mode d’intégration, dynamiques de ses recompositions identitaires. Ses derniers travaux portent sur les écoles juives en France et les évolutions institutionnelles du judaïsme organisé.

Liste de ses publications sur : http://www.gsrl.cnrs.fr/spip.php%3Farticle150&lang=fr.html

Yeshaya DALSACE, rabbin de la communauté « Dorvador » (Paris 20e) affilié au mouvement Massorti (« Conservative » aux USA). Fondateur et rédacteur du site massorti.com

Ruth OUAZANA, fondatrice du mouvement « Limoud » en France («apprentissage» en hébreu), qui organise chaque année un rassemblement de partage et d’échange autour d’un week-end. Environ 150 interventions sont au programme, et chacun peut proposer une conférence sur la vie juive sous ses différentes formes : culture juive, Israël, histoire, politique, littérature, etc., ses compétences (chanter, cuisiner, se relaxer,…), sa disponibilité pour l’animation des plus jeunes, un spectacle ou concert, ou évoquer un projet qui lui tient à cœur.  Parmi les non Juifs qui ont déjà participé à ces rassemblements, on trouve musulmans et chrétiens curieux de mieux comprendre le judaïsme ou souhaitant à leur tour s’inspirer de l’événement pour créer un renouveau de leur communauté en France.

Pour avoir une idée de ces rassemblements (programmes, vidéos), on peut consulter le site : limoud.org

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Il s’agit d’un séminaire semi-public. Merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse électronique de l’association : identites.et.religions@gmail.com.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire « Nouvelles communautés religieuses » – Séance 6

Communautés protestantes

L’évangélisme français

Daniel Liechti et Aurelien Fauches

Mardi 19 mars 2013

14h30-17h30

Séance animée par Jacqueline Raema (juriste spécialiste en droit des religions)

Pour des raisons, certaines historiques, d’autres liées à son essence même, le protestantisme connaît une multitude de branches logées dans son sein. On a pu parler du protestantisme comme d’une famille recomposée, même si ses branches se distinguent les unes des autres. Le courant évangélique en est le meilleur exemple. L’intérêt pour cette mouvance n’a pas cessé de croître, notamment au cours de la dernière décennie : elle a fait l’objet de nombreux travaux sociologiques depuis 2005, elle est de plus en plus mise en évidence par les médias et de moins en moins négligée par les politiques. Les évangéliques – autrefois assimilés à une secte – malgré une croissance exponentielle, restent méconnus. Avec l’émergence du Conseil national des évangéliques de France (CNEF) en 2010 et l’unification des protestants dits historiques dans une union nationale distincte, les particularités de chaque branche (sur le plan théologique, mais aussi quant à leur place dans la société et leurs rapports avec le politique) sont sources de questionnements. Si l’on ne trouve pas chez ces chrétiens des communautés telles qu’on a pu identifier dans d’autres confessions, on remarque en revanche des nouvelles formes de la pratique religieuse (megachurches par exemple) et d’engagement social.

Ce panorama nous amènera à questionner  le dynamisme prédominant du mouvement évangélique français par rapport au monde protestant luthéro-réformé, de la prise de parole en tant qu’acteurs de la société civile  à l’implantation des églises évangéliques étrangères et leurs rapports avec l’évangélisme français.

Daniel Liechti : Missiologue et pasteur, Daniel Liechti est directeur du développement de l’union d’Églises « France-Mission » et vice-président du CNEF. Il préside la commission « Implantation d’Églises nouvelles » du CNEF. Professeur associé à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine (78), il est responsable du cursus de master de missiologie en implantation d’Eglises.

Aurélien Fauches : Doctorant en sociologie à l’École Pratique des Hautes Études et affilié au CNRS, Aurélien Fauches a été responsable du pôle doctorant du laboratoire GSRL (Groupe Sociétés Religions et Laïcités) durant l’année 2010-2011. Sa thèse porte sur l’Église pentecôtiste australienne Hillsong en lien avec la transnationalisation du religieux. Organisateur de colloques internationaux universitaires, il est également coauteur de Religions et frontières aux éditions CNRS Alpha.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Il s’agit d’un séminaire semi-public. Merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse électronique de l’association : identites.et.religions@gmail.com.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn