Compte rendu de la séance du 2 février 2012

Amélie Puzenat, chercheuse associée à l’URMIS – Université Paris 7 et chargée de cours à l’Université catholique d’Angers, présente une partie de sa thèse de doctorat, intitulée « Conversions à l’islam et islams de conversion : dynamiques identitaires et familiales ».
Après avoir évoqué les différentes fonctions sociales du renouveau islamique, le contexte des conversions et le discours des convertis sur leur démarche, elle évoque plus particulièrement les femmes converties qui ont fait le choix de devenir femmes au foyer.
Qui sont ces femmes ? Comment légitiment-elles leur choix ? Comment celui-ci influe-t-il sur leur rapport au travail, sur la différenciation des rôles dans la famille ? Quel projet éducatif – de l’instruction à domicile à l’inscription dans des écoles privées catholiques – certaines d’entre elles mettent-elles en place pour leurs enfants ?
Elle conclut que si « une place centrale est donnée à l’affiliation par l’ensemble des mouvements de renouveaux religieux », « la filiation n’en perd pas pour autant tout fondement. C’est par elle que passe la transmission de ce religieux d’affiliation. La force du renouveau islamique, bien que globalisé/transnational, repose sur un fort ancrage social et familial. »
Sébastien Tank-Storper, chargé de recherche au CNRS (CEIFR) prend quant à lui l’exemple de la conversion au judaïsme pour illustrer sa théorisation du « converti comme figure paradoxale de la stabilité religieuse ». Il montre comment l’univers religieux, désormais perçu comme étant structurellement en mouvement, parvient à produire de la stabilité à partir des logiques de circulation des individus. « Il s’agit en quelque sorte, dit-il, d’inverser la réflexion classique sur lesidentités et les croyances religieuses : plutôt que de chercher à comprendre comment des vérités construites par des autorités et des institutions sont reçues par des fidèles immobiles et pour ainsi dire captifs, il s’agit de comprendre comment ces formes stables et collectives de croyances s’élaborent à partir de ce qui se pose a priori comme leur contraire, c’est-à-dire à partir de la mobilité, de la subjectivité et de l’autonomie individuelles. »

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn