Séminaire « Nouvelles communautés religieuses : islamophobie » – séance 12

Islamophobie

avec Abdelaziz Chaambi et Bernard Godard

Jeudi 28 novembre 2013

14h30-17h00

Séance animée par Haoues Seniguer

 

Bien qu’il soit contesté depuis son apparition, le terme d’islamophobie ne cesse de revenir dans le débat public, mais son apparente acceptation n’exclut évidemment pas, au contraire,  la poursuite de la polémique, de la critique ou de la disputatio, qu’elle soit médiatique, politique ou scientifique. À ce propos, le séminaire sur ce thème de l’islamophobie a pour but de soulever une série de questions critiques et à en interroger les éventuels angles morts.

Comment construit-on théoriquement ou scientifiquement l’objet « islamophobie » ? Quels types de faits sociaux regroupe-t-on sous le concept globalisant d’islamophobie ? Comment peut-on élaborer une frontière suffisamment marquée, distinctive, voire étanche, entre ce qui relève de l’arabophobie (ou racisme anti-maghrébin), du racisme anti-immigrés, de la critique religieuse, et ce qui relève du discours ouvertement anti-musulmans ou islamophobe ? Où commence et où s’arrête l’islamophobie ? Est-il possible de parler d’islamophobie sans tenir compte du discours ou de l’action propre de son sujet (l’auteur d’actes islamophobes ou jugés comme tels) ? Peut-on analyser l’islamophobie et la hausse des actes islamophobes en s’abstrayant peu ou prou des pratiques sociales des musulmans qui peuvent être problématiques ? Comment analyser objectivement l’islamophobie sans être soi-même piégé, ou pris en otage, du discours des acteurs quant à leurs propres définitions, et représentations de l’islamophobie, et aux moyens mis en œuvre pour lutter contre ? Peut-on simplement se satisfaire d’une analyse par le haut (au niveau des « élites » qui « construiraient » l’islamophobie), au détriment ou indépendamment d’une prise en compte des stratégies par le bas, pensées et développées par les différents acteurs du champ de mobilisation contre l’islamophobie ? Comment analyser la position de chacun des acteurs mobilisés dans ce segment particulier de l’espace social et la concurrence à laquelle se livrent les différentes organisations occupant le créneau de l’islamophobie ? Comment les groupes militants investissent-ils ce champ de mobilisation et quels répertoires d’action privilégient-ils ? En comparant ou en rapprochant antisémitisme et islamophobie, en tant que concepts et réalités sociales, ne court-on pas le risque paradoxal de susciter la tentation judéophobe ou antisémite au sein des communautés victimes ou « victimisées » ? La focale sur l’islamophobie ne risque-t-elle pas d’opacifier les luttes intestines pour imposer à la société une certaine vision de l’islam (orthodoxe, orthopraxe, etc.)

Abdelaziz Chaambi : Éducateur de formation. Militant associatif et président de la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (CRI)

Bernard Godard : Ancien chargé de mission au Bureau central des cultes au Ministère de l’Intérieur. Il est également chercheur sur les questions liées à l’islam et à l’islamophobie

Haoues Seniguer : Politologue et sociologue. Chargé de cours à l’Institut d’Études Politiques de Lyon et chercheur associé au GREMMO, UMR 5291, Lyon

Libre participation aux frais. Dans la limite des places disponibles

Il s’agit d’un séminaire semi-public. Merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse électronique de

l’association indiquée ci-dessous.

identites.et.religions@gmail.com – http://irene.hypotheses.org/

Twitter : @id_et_religion – Facebook (page) : identitesetreligions

 

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire « Nouvelles Nouvelles Communautés Religieuses : l’orthodoxie en France » – séance 11

Onzième Séance du séminaire : « Nouvelles Communautés »

L’orthodoxie en France, les nouvelles communautés

Père Marc Génin, Père Radu Marasescu et Vassilis Pnevmatikakis

Vendredi 27 septembre 2013 14h00-17h00

à

Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge 93 rue de Crimée 75019 Paris M° Laumière

Cette séance est présentée et animée par Nicolas Kazarian.

La présence de l’orthodoxie en France est façonnée par la structure multipolaire du christianisme oriental. Organisée en différentes églises locales, dites autocéphales, cette structure de l’orthodoxie se retrouve sur le territoire français bien qu’étant en opposition flagrante avec le principe de territorialité qui régit son ecclésiologie. Les communautés orthodoxes sont ultra-minoritaires en France. Le chiffre de 300 000 fidèles est avancé depuis des décennies, sans n’avoir jamais été réactualisé. Cette séance aura donc pour objet d’interroger la définition de «nouvelles communautés» à travers plusieurs éclairages portant sur l’orthodoxie en France. Il ne s’agira pas uniquement de considérer les enjeux liés aux tropismes ethniques, mais de comprendre aussi comment l’orthodoxie s’est imposée comme une composante du paysage religieux en France.

Père Marc Génin est prêtre du diocèse du Patriarcat de Serbie en France. Il interviendra sur les tentatives d’émergence d’une orthodoxie française.

Père Radu Marasescu est aumônier du monastère féminin de la protection de la Mère de Dieu à Bussy- en-Othe (89).

Vassilis Pnevmatikakis, doctorant à Paris 8, prépare une thèse sur « Les diasporas ethno-orthodoxes de l’union européenne : enjeux géopolitiques »

Il s’agit d’un séminaire semi-public organisé en collaboration avec l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint- Serge.

PARTICIPATION PAYANTE – INSCRIPTION OBLIGATOIRE Renseignements/Inscriptions ito@saint-serge.net ou au 01. 42. 01. 96. 10

identites.et.religions@gmail.com – http://www.identites-et-religions.com/ Twitter : @id_et_religion – Facebook (page) : identitesetreligions

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn