Compte rendu de la séance du 8 janvier 2013 – Minorités musulmanes

IRENE

Séance du 8 janvier 2013

                                  

La séance est consacrée aux Minorités musulmanes en France, avec trois intervenants :

–       Ali-Mohammed Adraoui (qui remplace Samir Amghar qui devait intervenir ce 8 janvier), chercheur spécialiste du salafisme,

–       Abdelali Mamoun, imam en région parisienne et intervenant à la radio Beur FM,

–       Asif Arif, représentant de la section Persécutions Internationales de l’Association musulmane Aḥmadiyya de France, rédacteur en chef du blog Cultures et Croyances.

 

1. – Le salafisme en France, Ali-Mohammed Adraoui

–       Le salafisme est un fondamentalisme, une volonté de revenir aux sources de l’islam, un idéal plutôt qu’une idéologie.

–       En pratique, cette volonté unique est revendiquée, au cours de l’histoire, par une diversité de courants.

–       On distingue aujourd’hui trois principaux courants :

  • – le salafisme djihadiste, qui se revendique d’une lecture révolutionnaire des textes de l’islam (Ben Laden, al Qaïda), dont l’objectif est de réislamiser les sociétés musulmanes, et à ce titre autorise la remise en question de la légitimité des dirigeants en place
  • – le salafisme légaliste, qui affirme pouvoir réformer la société en utilisant les outils du militantisme politique classique (partis, journaux…)
  • – le salafisme quiétiste, pour qui faire de la politique ne sert à rien et qui se concentre sur la prédication, la purification au quotidien, l’étude des textes.

–       Le salafisme en France est principalement quiétiste. Un islam jeune, essentiellement converti et maghrébin (peu de Turcs), des gens jeunes dont beaucoup vivent en banlieue. Caractéristiques : le recroquevillement, la fréquentation intensive des mosquées et des sites internet (la plus grande mosquée du monde), la hijra (la migration) au cœur d’un projet familial ou personnel, l’absence de participation électorale, l’appétence pour les carrières libérales.

–       Conclusions

  • – Le salafisme quiétiste comme triomphe des valeurs matérialistes (économie de marché, hédonisme, nouvelles technologies), délaissement de l’Etat et identification à la umma (niveau local et niveau mondial).
  • – Le salafisme quiétiste – postmoderne – est l’islamisme de la sortie de l’islamisme, qui était moderne, du moins sur le plan politique.

 

2. Une autorité théologico-juridique de référence pour les musulmans de France ? Abdelali Mamoun

Le salafisme, un courant qui dessert l’intérêt de la communauté musulmane. Comment le contrecarrer ?

–       Plusieurs typologies d’imams :

  • professionnelle (selon le type de mission),
  • d’origines (blédards ou nés ici),
  • idéologique et sectaire (salafis, Frères musulmans, tabligh, etc.).

–       Les problèmes rencontrés par les imams sur le terrain :

  • – rapports avec leur association
  • – rapports avec les fidèles
  • – luttes de pouvoir
  • – rapports avec l’extérieur de la mosquée (équilibrisme)

→ un pouvoir d’action très réduit, un vide spirituel → les fidèles se réfèrent à des instances venues de l’étranger → il faut créer une entité référentielle au niveau national

–       Pour un organe théologico-juridique central pour les musulmans de France, « quelque chose qui permettrait de conserver l’identité islamique des musulmans sans trahir ou sans se situer comme un rebelle par rapport à la société française ». Un défi à relever par des penseurs qui seraient aussi des hommes de terrain. Mais qui ne soient pas les tentatives d’hommes isolés : un conseil théologique.

–       Le salafisme : son accessibilité fait son succès, « c’est très facile d’être salafiste ».

–       Le salafisme, une théologie de la haine : le salafi est haineux de ce qui n’est pas l’islam, il doit l’être, cela fait partie du dogme.

–       Le moyen de combattre le salafisme, c’est le savoir, l’instruction, l’éducation au travail. Il faut que les imams puissent jouer leur rôle de transmission dans les mosquées, au lieu de se consacrer exclusivement à protéger leur image… et leur place.

 

3. La Ahmadiyya, une minorité musulmane peu connue en France, Asif Arif

Un mouvement qui ne se considère pas comme une minorité, mais comme faisant partie intégrante de l’islam. Fondé en Inde en 1889 par celui qui s’est proclamé le Messie attendu par divers livres saints. Un mouvement persécuté dans le monde musulman, qui le considère comme hérétique.

Le nom différent de ce mouvement renvoie non à une nouvelle religion – les Ahmadis sont des musulmans, leur religion est l’islam – mais une autre interprétation de l’islam.

–       Les croyances des musulmans ahmadis : douze points, « des croyances qui sont clairement celles de l’islam ».

–       Les différences avec les autres musulmans portent sur :

  • le jihad,
  • la signification du Khatamane Nabiyyine,
  • la mort physique de Jésus de Nazareth

–       Les persécutions et la vie sociale des musulmans ahmadis, en particulier au Pakistan, où le centre du mouvement a été déplacé suite à la partition indo-pakistanaise.

–       L’engagement social des ahmadis.

En conclusion : un islam sans vocation à l’islamisme, une communauté religieuse apolitique qui n’a pas d’ambition politique mais sollicite le vecteur politique pour qu’un terme soit mis aux persécutions subies dans certains pays.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.