Compte rendu de la séance du 4 septembre 2012

IRENE

Séance du 4 septembre 2012

Rencontre avec Mohammed Ali Amir-Moezzi, directeur d’études à l’EPHE, islamologue, spécialiste du shi’isme, et Philippe Gaudin, philosophe et responsable de la formation-recherche à l’Institut européen en sciences des religions, autour du dernier livre de Mohamed Ali Amir-Moezzi : Le Coran silencieux et le Coran parlant. Sources scripturaires de l’islam, entre histoire et ferveur, CNRS éditions, 2011.

 

Mohamed Ali Ami-Moezzi

L’auteur présente son ouvrage. C’est une étude de l’articulation entre l’élaboration des écritures saintes de l’islam et les violences des trois à quatre premiers siècles de l’islam, deux phénomènes toujours étudiés séparément, et quasi exclusivement à partir de sources sunnites. L’étude est menée à partir de 4 ouvrages shi’ites, importants et méconnus. Il s’en dégage une logique historique qui donne une nouvelle grille de lecture des débuts de l’histoire islamique.

« Résumons brièvement la séquence qui se dégage de l’étude des textes. À la mort de Mahomet, ses adversaires historiques écartent Ali, son seul successeur légitime, et prennent le pouvoir. Ils élaborent avec perfidie une religion anti-mohammadienne, soutenue par une version falsifiée du Coran. Persécutés, les imams shi’ites tentent par une œuvre herméneutique de sauver la véritable religion de Mahomet, en initiant une minorité de fidèles à la véritable tradition coranique. Confrontés à la réaction violente de leurs puissants adversaires, les imams introduisent une donnée métaphysique dans leur revendication en élaborant une religion de l’imam (que l’on peut appeler le shi’isme, comme on peut appeler le christianisme la religion du Christ) teintée de gnose et de néoplatonisme, ainsi que de données christologiques. A travers cela, nous comprenons que le shi’isme est influencé par le judaïsme et le christianisme, en particulier concernant l’herméneutique. »

Outre cette nouvelle grille de lecture, l’auteur veut adresser un message à ses collègues : il faut prendre les textes shi’ites plus au sérieux. Ce sont des écrits importants, d’autant que leurs données sont corroborées par les recherches philologiques et historiques contemporaines.

 

Philippe Gaudin

Philippe Gaudin présente l’ouvrage de Mohammed Ali Amir Moezzi comme « un livre très érudit, très savant qui analyse des textes peu connus et peu accessibles au non spécialiste », et tente, par cette érudition, de répondre à des questions essentielles : comment naît une grande religion, qu’est-ce qu’un texte révélé, comment s’articulent religion et système familial, religion et politique, religion et violence ? Il fait mieux comprendre le shi’isme et ses enjeux. Et il a un effet rassurant sur quiconque trouve la lecture du Coran déconcertante. La difficulté tient à la langue, et donc à la traduction, mais aussi à la structure même du texte, une obscurité de structure qui est en partie éclairée par les doctrines shiites concernant la façon dont le Coran a été écrit. Ph. Gaudin expose les quatre thèses que l’ouvrage, selon lui, soutient, permettant de prendre position sur deux enjeux théoriques concernant le religieux.

 

Les exposés sont suivis d’une série de questions et réponses.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.