Compte rendu de la séance du 2 mai 2012 – Aumôneries hospitalières

La réunion est consacrée à l’aumônerie hospitalière. Le groupe reçoit Anne Thöni, major de l’Armée du Salut et aumônière protestante à l’hôpital Avicenne de Bobigny et Saïd Ali Koussay, aumônier musulman au même hôpital. 
L’un et l’autre se présentent, puis chacun évoque son parcours et la façon dont il est devenu aumônier à l’hôpital Avicenne. Cette première partie de la réunion a donné de précieuses informations sur la notion même d’aumônerie hospitalière (variable selon les religions), et ses rapports avec les différents cultes et avec les institutions (AP-HM, ministère de la Santé). Une longue discussion a suivi. On y a abordé divers aspects du travail d’aumônier : questions religieuses et questions spirituelles, rapports avec les patients, mais également avec les soignants. On a pu également y apprécier le « modèle » particulier d’aumônerie d’Avicenne : une aumônerie interreligieuse, un groupe soudé d’aumôniers travaillant en « complicité » avec l’ensemble du personnel de l’hôpital, dans une relation basée sur l’écoute, grâce aussi à une direction consciente de l’enjeu d’un d’avoir une aumônerie multi-cultuelle dans un tel hôpital où les religions sont multiples. Egalement le refus d’un lieu de culte, au profit d’un « lieu de culte dans la chambre du patient ». Au quotidien, les « demandes déraisonnables » liées à la religion sont rares (en 10 ans pas un seul refus de se faire examiner par un médecin homme, par exemple), et quand elles se présentent, elles sont résolues par le dialogue. Les deux aumôniers mettent l’accent sur une peur de l’islam que rien ne justifie. « Les banlieues en feu, c’est bien plutôt le fruit de la pauvreté. » Il faut travailler sur les peurs.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Compte rendu de la séance du 2 février 2012

Amélie Puzenat, chercheuse associée à l’URMIS – Université Paris 7 et chargée de cours à l’Université catholique d’Angers, présente une partie de sa thèse de doctorat, intitulée « Conversions à l’islam et islams de conversion : dynamiques identitaires et familiales ».
Après avoir évoqué les différentes fonctions sociales du renouveau islamique, le contexte des conversions et le discours des convertis sur leur démarche, elle évoque plus particulièrement les femmes converties qui ont fait le choix de devenir femmes au foyer.
Qui sont ces femmes ? Comment légitiment-elles leur choix ? Comment celui-ci influe-t-il sur leur rapport au travail, sur la différenciation des rôles dans la famille ? Quel projet éducatif – de l’instruction à domicile à l’inscription dans des écoles privées catholiques – certaines d’entre elles mettent-elles en place pour leurs enfants ?
Elle conclut que si « une place centrale est donnée à l’affiliation par l’ensemble des mouvements de renouveaux religieux », « la filiation n’en perd pas pour autant tout fondement. C’est par elle que passe la transmission de ce religieux d’affiliation. La force du renouveau islamique, bien que globalisé/transnational, repose sur un fort ancrage social et familial. »
Sébastien Tank-Storper, chargé de recherche au CNRS (CEIFR) prend quant à lui l’exemple de la conversion au judaïsme pour illustrer sa théorisation du « converti comme figure paradoxale de la stabilité religieuse ». Il montre comment l’univers religieux, désormais perçu comme étant structurellement en mouvement, parvient à produire de la stabilité à partir des logiques de circulation des individus. « Il s’agit en quelque sorte, dit-il, d’inverser la réflexion classique sur lesidentités et les croyances religieuses : plutôt que de chercher à comprendre comment des vérités construites par des autorités et des institutions sont reçues par des fidèles immobiles et pour ainsi dire captifs, il s’agit de comprendre comment ces formes stables et collectives de croyances s’élaborent à partir de ce qui se pose a priori comme leur contraire, c’est-à-dire à partir de la mobilité, de la subjectivité et de l’autonomie individuelles. »

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Compte rendu – séance du 1er décembre 2011

La réunion commence par la présentation du Forum 104, où se déroulent les réunions du groupe. IRENE intégrerait le pôle  de recherche “société” du Forum.
La séance est ensuite consacrée à une intervention de Mahamet Timera, directeur adjoint de l’Unité de recherche “Migrations et société” (Urmis), responsable de l’urmis Paris, professeur de sociologie à l’Université Paris Diderot Paris 7. Il expose l’état de ses recherches sur les Soninkés en France, d’après son travail de thèse “Les immigrés Soninké dans la ville: situations migratoires et stratégies identitaires dans l’espace résidentiel et professionnel“. Il s’agit de la communauté (Sénégal, Afrique de l’Ouest) la plus communément mentionnée lorsqu’il est question de l’islam africain. Les interrogations de Mahamet Timera sur le “renouveau islamique” le conduisent notamment à analyser le rôle de l’islam comme élément identitaire en contexte migratoire, les interactions entre cet islam de la diaspora et la tradition islamique locale, enracinée dans les villages africains.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search