Séminaire 2016 IRENE ENS

 

 

 

 

 

 

 

 

2nd semestre de l’année 2015-2016                                        Mercredi 18h-20h

Ecole Normale Supérieure  29, rue dUlm 75005 Paris (Salle JAURES)

 

Comité d’organisation : Claude Proeschel (Université de Lorraine, GSRL-CNRS),  Sylvie Taussig (UMR 8230) et Sylvie Toscer-Angot (UPEC, GSRL-CNRS)

 

20 janvier : « Le Conseil de l’Europe face aux faits religieux », Jean-Paul Willaime (EPHE, GSRL-CNRS)

3 février : « La Grande-Bretagne face à la diversité religieuse »,  Grace Davie (Université d’Exeter)

17 février : « La religion, facteur et acteur des relations internationales contemporaines ? », François Mabille (Université catholique de Lille, GSRL-CNRS)

9 mars : « Nation et religion en Macédoine à l’épreuve de la pluralité », Goran Sekulovski (Institut St Serge)

16 mars : « La Turquie face aux minorités religieuses », Elise Massicard (SciencesPo-CERI)

23 mars : « La gestion de la diversité religieuse en Russie » Kathy Rousselet (SciencesPo-CERI)

6 avril : « L’influence de la Cour européenne des droits de l’homme sur la gestion de la diversité religieuse par les Etats européens », Julie Ringelheim (Université catholique de Louvain, FNRS)

13 avril : « L’orthodoxie dans la Roumanie post-communiste : croyances intermittentes et investissements pluriels d’une Eglise « nationale », Antonela Capelle-Pogacean (SciencesPo-CERI)

11 mai : « Les politiques publiques en matière religieuse en Scandinavie et en Norvège », Frédérique Harry (Université Paris-Sorbonne)

18 mai : « La gestion de la diversité dans des pays de tradition catholique », Mar Griera, (ISOR, Universitat Autònoma de Barcelona) / Sabrina Pastorelli (GSRL-CNRS)

25 mai : « Les acteurs religieux dans les politiques du gouvernement fédéral des Etats-Unis », Blandine Chélini-Pont (LID2MS, Université d’Aix-Marseille)

 

Ce séminaire est consacré aux politiques publiques en matière religieuse en Europe. Il a pour objectif de mettre en évidence différents aspects de la dimension politique du fait religieux. Il s’attachera :

  • à mesurer les conséquences politico-religieuses des bouleversements géopolitiques de la dernière décennie (Printemps arabes, flux migratoires…),
  • à appréhender la manière dont les démocraties européennes font face, d’une part, aux affirmations des identités non confessionnelles dans la sphère publique et, d’autre part aux revendications croissantes de communautés de croyances, désireuses d’obtenir de nouveaux droits ainsi qu’une reconnaissance institutionnelle,
  • à étudier l’impact des décisions de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) ou d’autres instances européennes à l’échelle nationale (discrimination, droits de l’homme, minorités…) sur les politiques publiques en matière religieuse,
  • à déterminer dans quelle mesure le paradigme de « neutralité religieuse et philosophique» de l’État, dont se réclament largement la plupart des États européens aujourd’hui, est opérationnel pour dégager les attributs d’une Europe des religions. Comment les pouvoirs publics arrivent-ils à concilier les exigences de protection de la liberté de conscience et de religion, avec le principe de neutralité de l’État et l’égalité de traitement de toutes les communautés religieuses ?

 

La réflexion menée s’inscrit dans une approche comparatiste. Elle s’intéressera bien sûr aux différents pays membres de l’Union européenne, mais elle intègrera également ceux qui sont aujourd’hui engagés dans un processus d’intégration, ainsi que des membres du Conseil de l’Europe, notamment la Russie.

Au-delà d’une tendance européenne commune au déclin de la pratique religieuse, la question se pose de savoir s’il est légitime de parler d’une spécificité de l’Europe en matière religieuse, étant donné que le rapport du spirituel et du temporel n’est pas le même pour les catholiques, les orthodoxes et les protestants et que les différents États européens présentent des configurations particulières quant aux relations Églises-État et à leur institutionnalisation.

En contrepoint final, le cas des USA permettra d’apporter un éclairage et des éléments de réponse supplémentaires et de déterminer dans quelle mesure il y aurait une spécificité européenne à appréhender la diversité religieuse.

 

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

« DROIT FRANÇAIS ET DROITS RELIGIEUX »

 

COLLOQUE INTERNATIONAL ET MULTIDISCIPLINAIRE

«  DROIT FRANÇAIS ET DROITS RELIGIEUX »

 

Les mercredi 18 et jeudi 19 novembre 2015

Mairie du IV° arrondissement de Paris

2, place Baudoyer

75181 Paris Cedex

 

Inscriptions: irene.colloques@gmail.com

 

Organisé par lAssociation IRENE – Identités et religions, études des nouveaux enjeux, en partenariat avec le CNRS

 

Organisation générale: Sylvie Taussig

Comité Scientifique: Paul Grolleau, Jacqueline Raema-Radebaugh et Jean-Louis Schlegel

 

 

Les trois monothéismes, avec des insistances diverses selon les courants qui les traversent, ont chacun des « droits » particuliers constitués au fil des siècles. S’appuyant sur les   « valeurs » fondamentales du judaïsme, du christianisme et de l’islam, des droits et des lois spécifiques définissent les règles qui régissent le fonctionnement des communautés et la vie quotidienne de leurs membres dans ses divers aspects.

Si, depuis quelques années, on parle beaucoup de la charia, les droits spécifiques et tout leur environnement normatif (halakha pour le judaïsme, droit canonique pour le catholicisme, charia pour l’islam) sont en réalité largement ignorés, méconnus, voire caricaturés.

Des exemples tirés de l’actualité récente (remise en cause de la circoncision par le Conseil de l’Europe, interrogations sur les pratiques d’abattage rituel, vifs affrontements sur la loi relative au « mariage pour tous »…), dont la liste pourra être allongée, montrent à l’évidence que des « points de friction » , pour parler par euphémisme, existent entre le droit commun qui vaut pour l’ensemble des citoyens d’une part, et le droit propre aux religions et les normes qu’il impose à leurs membres.

Les débats qui surgissent à l’occasion ne sont en rien anecdotiques : des questions de fond sont posées ou reposées. C’est l’objet de ce colloque « Droits des religions et droits(s) religieux » que de les mettre en lumière.

Tout en explorant attentivement les trois domaines privilégiés que sont le droit de la famille, le droit de la santé, le droit du travail, terrains de frictions actuelles ou potentielles entre droit commun et droit religieux propre, on rappellera au préalable le cadre de la tradition juridique française : qui fait la loi dans une République laïque ? A quelles conditions les droits propres sont-ils légitimes ? Dans quelle mesure et selon quelles modalités les religions peuvent-elles intervenir dans le débat public ?

Ce colloque a l’ambition d’aborder de front et en toute clarté des questions souvent simplement  effleurées au gré des circonstances, souvent euphémisées voire évitées, mais qui peuvent aussi devenir à l’occasion très conflictuelles.

 

Programme de la première journée

 

Matin (table présidée par Paul Grolleau)

 

8h45-9h: Ouverture

Sylvie Taussig,  président de l’association IRENE

 

Introduction Qui fait la loi dans une République laïque ?

 

9h-9h40: Le rôle des religions dans l’élaboration de la loi française – cadre normatif général

Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur du Centre de Recherche en Droit Constitutionnel – CRDC, directeur de l’UMR de droit comparé de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

9h40-10h20: Vue densemble: nature et motifs de situations conflictuelles

Nicolas Mathey, professeur de droit privé à l’université Paris-Descartes

 

10h20-10h45: Questions aux conférenciers

10h45-11h: Pause

 

 

Espace public, espace privé et libertés religieuses

 

11h-11h40: Que doit-on entendre par espace public / espace privé ?

Philippe Portier, directeur d’ études à l’ Ecole Pratique des Hautes Études

 

11h40-12h20: Quelle liberté religieuse dans lespace public ? Le contentieux de la liberté religieuse

Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité

 

12h20-12h50: Questions

 

12h50 – 14h: Déjeuner (libre)

 

Après-midi (table présidée par Jean-Louis Schlegel)

 

Droit de la famille et religion

 

14h-14h40: Les mariages (civil et religieux), la polygamie et le divorce  

Stephane Papi, juriste, chercheur associé à l’IREMAM-CNRS

 

14h40-15h20: La kafala : droit musulman de ladoption et droit français

Marie-Anne Chapdelaine, députée d’Ille-et-Vilaine, membre de la Commission des lois, membre titulaire du Conseil supérieur de l’adoption

 

15h20-16h: Questions-réponse avec intervenants et Yaël Mellul, avocate à la cour

 

16h – 16h20: Pause

 

Droit de la santé et religion

 

16h20-17h: Pratiques religieuses et intégrité physique de lenfant

Vincente Fortier, professeure des universités – Université de Strasbourg

 

17h-17h40: Refus de donner des soins ou refus d’être soigné pour raisons religieuses : raisons des religions et droit français?

Jean-Paul Durant, professeur de droit canonique à l’Institut catholique de Paris

 

17h40-18h: Questions aux conférenciers

 

18h15: Fin de la première journée (avec un mot conclusif de Jean-Louis Schlegel)

 

 

Programme de la deuxième journée

 

Matin (table présidée par Paul Grolleau)

 

8h45-9h: Ouverture

Paul Grolleau, formateur, consultant Communes, Vie sociale et laïcité

 

La pratique religieuse en entreprise

 

9h-9h40: Expression religieuse en entreprise, contrat de travail et pouvoirs de lemployeur

Nicolas Moizard, maître de conférences à la Faculté de droit, de sciences politiques et de gestion de Strasbourg et à l’Institut du travail de Strasbourg

 

9h40-10h20: Revendications religieuses de salariés et accommodements

Michel Miné, professeur associé de droit du travail au Cnam

10h20-11h: questions aux conférenciers avec Anne Sophie de Quercize (discutante), directrice du MBA Diversité dialogue et management à l’Institut Catholique de Paris et Aline Crepin (discutante), directrice de la R.S.E. déléguée générale de l’Institut Randstad pour l’égalité des chances et le développement durable

 

11h – 11h15: Pause

 

La liberté religieuse et le service public

 

11h15-11h50: Quelle liberté religieuse pour les fonctionnaires, les collaborateurs bénévoles ou occasionnels

Emmanuel Tawil, professeur de droit public – Université Paris II Assas

 

11h50-12h20: Quelle liberté religieuse pour les élus ?

Jean-Louis Vasseur, avocat à la cour

 

12h20-13h: Questions et débat avec Blandine Chelini-Pont (discutante), professeure en Histoire, droit et religion à l’université d’Aix-Marseille et à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes

 

13h -14h15 : Déjeuner (libre)

 

Après-midi (table présidée par Jean-Louis Schlegel)

 

Regard comparatif : Angleterre et Belgique

 

14h15-15h: Droits anglais et droit religieux

Ronan McCrea, reader en droit à l’université College of London

 

15h-15h45: Droit belge et droit religieux

Louis-Leon Christians, professeur à l’université de Louvain

 

15h45-16h15: Questions aux conférenciers

 

La pratique politique française

 

16h30-17h15: Doctrine et/ou pratique politique récente dans les conflits entre droit français et droit religieux

Pascal Courtade, chef du bureau central des cultes du Ministère de l’intérieur

 

17h15-17h45: Questions aux conférenciers

 

 

Conclusions du colloque

 

17h45: Jean-Louis Schlegel, sociologue des religions, revue Esprit

 

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

SÉMINAIRE 2015-2016 : L’OFFRE D’ISLAM EN FRANCE, IRENE-IREMAM

Islams de France : “l’offre d’islam”

Séminaire 2015-2016

Séances animées par Florence Bergeaud-Blackler (IREMAM),
Martine Cohen (GSRL), Bernard Godard (IESR/EPHE),
Sylvie Taussig (CJP )

Ecole normale supérieure (ENS), Paris

Mardis de 11h à 13h de SEPTEMBRE 2015 à JANVIER 2016

Le séminaire IRENE de l’année 2015-2016 s’associe cette année à l’IREMAM/CNRS d’Aix-en-Provence pour présenter un panorama de groupes, d’institutions et de courants religieux représentatifs de la diversité de l’islam aujourd’hui. Ces séances consacrées à l’offre d’islam en France seront entrecoupées de moments réflexifs (soulignés dans le programme) où seront décryptées les grandes questions soulevées par cette diversité religieuse et les réactions qu’elles suscitent .

Les analyses et mises en perspectives proposées font partie intégrante du programme et de la réflexion d’IRENE. Il était inévitable que les assassinats du 7, du 8 et du 9 janvier suivis des manifestations qui se sont déroulées du 8 au 11 janvier – couronnée par une marche exceptionnelle par l’ampleur de la participation et d’emblée considérée comme « historique » – donnent à ces thèmes une actualité supplémentaire : une actualité de commentaires et de prises de position intellectuelles et médiatiques, parfois contradictoires voire conflictuelles ; une actualité politique aussi à travers des polémiques (cf. minute de silence, repas dans les cantines scolaires, jupes, théories complotistes etc ), concernant la place et l’intégration des musulmans voire de l’« islam » de France ; des mesures de recadrage des institutions islamiques de France (avec l’annonce d’une consultation ministérielle et la mise en place d’une instance de dialogue avec l’islam), une actualité enfin de la laïcité française, qui apparaît, en général, et dans le principe, comme la solution nécessaire, mais sur laquelle existent désormais de vifs différends quant à sa portée pratique dans les « problèmes de société » où les « musulmans » sont souvent opposés aux « non-musulmans » , les « religieux » aux « athées », la « laïcité ouverte » aux « laïcards » etc.

Dans les discussions, ce contexte complexe sera inévitablement présent. Néanmoins, IRENE, associée cette année à l’IREMAM, a souhaité s’intéresser aux dynamiques intellectuelles et normatives à l’intérieur de ce qu’on appelle trop vaguement l’islam en faisant le point sur les “offres d’islam”, pour montrer sa grande hétérogénéité et plasticité. Priorité sera donnée aux contributions de chercheurs sortant des généralités et des à-peu-près pour bien situer les groupes, les forces et les tendances qui représentent, peu ou prou, « officiellement » ou non, l’islam de France. Quelques thèmes seront dégagés, à l’issue de la séance inaugurale, qui permettront d’établir des points et perspectives de comparaisons. 

29/09 Haoues Seniguer : Usages militants de l’islam dans les espaces publics de France, Cédric Baylocq : des tensions locales entre “salafisme” et “islam officiel”

6/10 Omero Marongiu , Farid Abdelkrim : les Frères et l’UOIF, en être ou pas ?

13/10 Alain Garay : La structuration juridique des activités islamiques en France : enjeux et perpectives

20/10 Jeanne Favret-Saada  : Blasphème, religion et laïcité, analyse anthropologique d’une crise mondiale

27/10 Dilek Yankaya  : Les courants de l’islam turc en Europe

 03/11 Bernard Godard  Les relations État et culte musulman, leurs apories – depuis les années 1980. Les missions du BCC en la matière

 10/11  Riva Kastoryano : L’exceptionnalité française au respect de l’Etat; long distance nationalism

17/11 Mahamet Timera  : Courants islamiques et diasporas Sud-sahariennes

24/11 Asiem Al Difraoui  : Le djihadisme européen comme anti-culture

 1/12 Cheikh Bentounes, discutant :  Denis Gril  : Le soufisme et ses confréries en France

 8/12 Ludovic Mohamed Zahed , Michael Privot  : Inclusive et progressive muslims en France et en Belgique

 15/12 Ghaleb Bencheikh : Expérience et possibilités théologiques d’un islam européen

5/1  Mohamed Ali Adraoui  : Les courants salafistes en Europe

et conclusions du séminaire.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Décès d’Émile Poulat, le 22 novembre 2014, à l’âge de 94 ans, à Paris

Né en 1920 dans les Monts du Lyonnais  – une des régions françaises alors sociologiquement catholiques -, Émile Poulat a été confronté comme tous les jeunes de son époque à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale, et notamment, pour ce qui le concerne, au STO (Service Obligatoire du Travail), auquel il sera réfractaire. Entré au Grand Séminaire dès avant la guerre et ordonné prêtre en 1945, il passe son doctorat de théologie en 1950.  Marqué par la recherche foisonnante, pendant et après la guerre, sur de nouvelles formes d’insertion et de présence des prêtres dans « La France, pays de mission », pour reprendre le célèbre titre du livre d’André Godin paru en 1943, il participe durant ces années (autour de 1950) à l’aventure des « prêtres-ouvriers » (« PO ») en travaillant lui-même (non pas en usine, mais dans un laboratoire). Frappé par l’interdiction des PO en 1954 (obligation d’arrêter le travail le 1° mars), il retourne à l’état laïc (une formule qu’on n’employait pas à cette époque !) et se marie en 1955. Marqué par l’expérience, il publiera cependant en 1965 une histoire très documentée des prêtres-ouvriers dans Naissance des prêtres-ouvriers (Casterman).

Entré au CNRS en 1955 (et plus tard à l’EHESS – VI° section), E. Poulat fut marqué au départ, comme tous les sociologues de la religion de sa génération, par le « doyen (Gabriel) Le Bras ». Sous l’égide de ce dernier, seront fondés le Groupe de sociologie des religions et la revue Archives de sociologie des religions (devenue Archives de sciences sociales des religions).

A partir de ces années commence une carrière considérable – de chercheur en sociologie et en histoire contemporaine du catholicisme -, dont atteste une énorme bibliographie de livres et d’articles. Ils témoignent que rien du catholicisme de l’époque moderne, « un monde », ne lui est resté étranger. Innombrables sont les pistes de recherche et les sujets qu’il a abordés. En France, il est sinon l’inventeur au sens strict du moins celui qui a diffusé et affiné en France la signification et la permanence d’un catholicisme intransigeant (face à des aspects décisifs du monde moderne qu’il rejette) et intégraliste (face au libéralisme, compris comme « émancipation par rapport à la loi de Dieu »). Ses travaux du début des années 60 sur la « crise moderniste » dans l’Eglise au début du XX° siècle (avec l’emblématique Alfred Loisy) et sur l’intégrisme à ses débuts (« La Sapinière », réseau influent autour de Pie X) auront sans doute fourni une sorte de matière première initiale à sa connaissance encyclopédique du catholicisme des deux derniers siècles, qui inclut aussi les soutiens étranges et les adversaires historiques de ce dernier : l’ésotérisme chrétien, les francs-maçons et surtout la laïcité française…

De cette laïcité, justement, Poulat est devenu un des grands spécialistes, en précisant là encore inlassablement et souvent en rectifiant, à partir de documents de première main, l’histoire et la réception de la loi de 1905. Ces travaux lui vaudront l’estime de la République, au plus haut niveau, à droite et à gauche. Foncièrement laïque lui-même et d’esprit « service public », il a toutefois exprimé à plusieurs reprises ses réticences, ces dernières années, sur des revendications laïques qui lui paraissaient excessives, ou trop empreintes d’idéologie. Il était attaché à la rédaction et aux effets très pragmatiques de la loi de 1905 – « loi de séparation », comme le dit son titre, et non de « laïcité » (le mot ne viendra que plus tard pour la désigner).

Il ne cachait pas – ou ne cachait plus –, tout en restant discret, ses convictions religieuses, sa foi catholique si l’on préfère, et il avait trouvé dans la communauté de Sant’Egidio, une association internationale de laïcs fondée en Italie par l’historien Andrea Riccardi, vouée au dialogue interreligieux et à des médiations pour la paix dans des conflits apparemment sans solution, un lieu pour l’exprimer. Rappelons qu’il était président d’honneur d’IRENE et que lors de diverses manifestations auxquelles il participa malgré les vicissitudes du grand âge, il nous apporta son savoir et sa lucidité (pour sa considérable bibliographie, je renvoie à ses derniers livres, où elle est inclue, ou à Internet).

Jean-Louis Schlegel

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

« L’Europe des religions, quelles réalités pour quelles politiques ? » Nicolas Kazarian, Sylvie Taussig, Sylvie Toscer-Angot

L’Europe des religions, quelles réalités pour quelles politiques ?

Comité d’organisation : Nicolas Kazarian (IRIS/ITO), Sylvie Taussig (CNRS –UPR 76) & Sylvie Toscer-Angot (UPEC, GSRL-CNRS)

 

Programme

Les jeudis, de 17h00 à 19h00. Lycée Henri IV (23 Rue Clovis, 75005 Paris). Salle H001

 

  • – Séance 1 : jeudi 6 novembre 2014, Introduction à la problématique. Les politiques religieuses en Europe, intervenants : François FORET (Université libre de Bruxelles), Máté BOTOS (Université catholique de Hongrie)
  • – Séance 2 : jeudi 20 novembre 2014, Les religions d’État en Europe (Grèce & Angleterre), intervenants : Vassilis PNEVMATIKAKIS (Institut français de géopolitique), David VOAS (Université d’Essex)
  • – Séance 3 : jeudi 4 décembre 2014, Les formes de laïcité européennes (Belgique & Espagne), intervenants : Jean-François HUSSON (Université catholique de Louvain), Claude PROESCHEL (Université de Nancy, GSRL-CNRS)
  • – Séance 4 : jeudi 8 janvier 2015, Religions et minorités nationales en Europe, intervenant : Alain GARAY (Avocat à la cour de Paris)
  • – Séance 5 : jeudi 5 février 2015, Le pluralisme européen en transformation, intervenants : Stéphane Lathion (gsrl-CNRS), Pierre Morel (Observatoire Pharos)
  • – Séance 6 : jeudi 19 mars 2015, Le religieux dans le processus d’intégration européen, la Turquie, intervenant : Samim Akgönül (Université de Strasbourg)
  • – Séance 7 : jeudi 9 avril 2015, Religions et identités en Europe (Roumanie et Macédoine), intervenants : Théodore Paléologue  (European College of Liberal Arts Berlin), Goran SekulovskI (Institut Saint-Serge)
  • – Séance 8 : jeudi 21 mai 2015, Le fait religieux et la jurisprudence européenne, intervenant : Lauréline Fontaine (Université Sorbonne nouvelle – Paris III)
  • – Séance 9 : jeudi 25 juin 2015,  Union européenne et héritage religieux, intervenants : Jean-Paul WILLAIME (gsrl-CNRS)

 

Le principe de cet ensemble de rencontres et consacrées aux politiques publiques en Europe vis-à-vis des religions vise à faire un état des lieux sur les phénomènes de recomposition du paysage religieux qui affectent la France ainsi que l’ensemble des États européens et qui présentent un certain nombre de variations en dépit d’un héritage culturel proche. La réflexion proposée ici interrogera, d’une part, les conditions et les modalités d’un « retour du religieux » en Europe, en s’appuyant notamment sur l’analyse des flux migratoires et, d’autre part, les effets de la sécularisation sur l’affirmation et les nouvelles revendications de nombreux groupes de croyances dans l’espace public.

Dans ce contexte, la France constitue un laboratoire important pour le développement de ce type de réflexions. Au-delà de la spécificité française, il s’agit de proposer à un large public de citoyens un regard distancié qui permette de mettre en perspective la tradition laïque française, appréhendée ici selon une approche juridique et non selon une approche philosophique.

La réflexion menée s’appuiera non seulement sur les pays membres de l’Union européenne, mais intègrera également ceux qui sont aujourd’hui engagés dans un processus d’intégration (Serbie, Macédoine, Turquie) ainsi que des membres du Conseil de l’Europe (en particulier Russie), afin que l’approche comparatiste entre États puisse faire émerger des spécificités européennes. On tentera de déterminer dans quelle mesure le paradigme de « neutralité religieuse et philosophique » de l’État, dont se réclament largement la plupart des États européens aujourd’hui, est opérationnel pour dégager les attributs d’une Europe des religions. L’impact de l’intégration européenne sur le traitement des faits religieux fera également l’objet de cette étude. On s’intéressera aux conséquences politico-religieuses des bouleversements liés à la chute du mur de Berlin et à l’effondrement de l’Empire soviétique dans les pays d’Europe centrale et orientale et on étudiera de près les politiques publiques vis-à-vis des religions dans ces derniers.

Reste à savoir s’il est légitime de parler d’une spécificité de l’Europe en matière religieuse, étant donné que le rapport du spirituel et du temporel n’est pas le même pour les catholiques, les orthodoxes et les protestants et que les différents États européens présentent des configurations particulières quant aux relations Églises-État et à leur institutionnalisation.

 

En revanche, il y a peut-être une certaine spécificité européenne dans la tendance continue au déclin de la pratique religieuse avec des singularités en fonction des histoires et des traditions. Une des interrogations portera sur la manière dont les États européens font face à deux phénomènes apparemment contradictoires : d’une part, aux affirmations des identités non confessionnelles dans la sphère publique et, d’autre part, aux revendications croissantes de communautés de croyances, généralement issues de l’immigration, désireuses d’obtenir de nouveaux droits ainsi qu’une reconnaissance institutionnelle. Comment les pouvoirs publics arrivent-ils à concilier les exigences de protection de la liberté de conscience et de religion, avec le principe de neutralité de l’État et l’égalité de traitement de toutes les communautés religieuses ?

 

L’objet de cette étude vise aussi à déterminer dans quelle mesure les décisions de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) ou d’autres instances européennes ont un impact sur les politiques publiques en matière religieuse (discrimination, droits de l’homme, minorités…).

Ce travail se situe dans la continuité à la fois d’une réflexion d’IRENE sur la sécularisation (colloque Charles Taylor, colloque Gauchet et la Chine) et sur la gestion française du pluralisme religieux (deux soirées-débats à l’Assemblée nationale les 12 et 19 mai 2014), d’une journée d’étude sur les communautés (6 juin 2014), d’un colloque sur Droit et religion (octobre 2014) et d’un séminaire sur « Habermas et la religion », visant d’un point de vue plus théorique à enrichir la réflexion sur sa philosophie et pourrait se clôturer par un colloque de synthèse en présence d’Habermas lui-même.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire 2014-2015 : « Déconstruire les conflits relatifs aux représentations de l’islam et des musulmans en France » – IRENE & ENS

École Normale Supérieure

& Groupe Identités et Religions : Étude des Nouveaux Enjeux

 

Séminaire 2014-2015

« Déconstruire les conflits relatifs aux représentations de l’islam

et des musulmans en France »

 

Organisation : M. Bernard GODARD (IESR- EPHE), M. Romain SÈZE (Science Po Aix),

Mme Sylvie TAUSSIG (CNRS –UPR 76)

(Bernardgodard@noos.fr; sezeromain@yahoo.fr; sylvie.taussig@gmail.com)

 

Mots clés : Musulmans, « retour du religieux », normes religieuses, sécularisation, mondialisation, imaginaires, liberté de culte et de conscience, espaces publics, laïcité, mémoire collective, transmission, autorité, islamophobie, fondamentalisme, communauté(s)

 

PRÉSENTATION

 

L’intégration de la pratique de l’islam au contexte français suscite des conflits réels ou supposés, qui vont croissants depuis les années 2000 : affaires du voile (intégral notamment) ; des prières de rue ; querelles suscitées par l’édification des Grandes mosquées ; polémiques autour du halâl ; affaire de la crèche Baby-Loup ; le tout étant accompagné d’une peur grandissante, sinon lancinante, de l’islam et de la progression des délits à caractères islamophobes… Le projet d’un séminaire consacré à ces « blocages » (« intracommunautaires », institutionnels, sociétaux…) est né de l’évidence de l’urgence qu’il y a devant le sentiment que les fossés entre musulmans et non musulmans se creusent et alors que les positions des uns et des autres se radicalisent ponctuellement et instillent un poison dangereux pour le lien social. De ce fait, il apparaît aussi nécessaire de refuser d’étudier l’« islam » comme s’il s’agissait d’un objet en soi et d’ainsi se départir de toute tentation essentialisante, comme d’éviter les approches identitaires qui réduisent les problématiques liées à la présence musulmane en France à des considérations d’ordre religieux (perceptible dans la focalisation du débat public sur le respect de la laïcité), et induisent donc en erreur sur le « diagnostic » à apporter à des phénomènes complexes. À l’inverse, l’attention se portera sur les musulmans dans leur diversité (en termes d’observances cultuelles, d’origines nationales, de sensibilités idéologiques…), en France (voire dans les pays occidentaux) où ils font depuis la seconde moitié du XXe siècle l’expérience de la condition minoritaire, et donc sur leurs rapports avec les non musulmans, en utilisant tout ce que les sciences sociales nous offrent comme moyen d’analyse. Il s’agit donc de déconstruire, historiciser, expliciter, en un mot clarifier certaines notions qui, dotées de contours imprécis, investies de significations multiples et bien souvent idéologiquement chargées, font obstacle non seulement à la compréhension mais aussi à une évocation apaisée du fait musulman en France. Cela signifie que nous tenterons de démêler les représentations sources d’incompréhensions entre les acteurs, et par-delà d’identifier les blocages et enjeux sous-jacents aux conflits suscités par la visibilité de l’islam dans l’espace public.

 

 

PROGRAMME

 

1) Séance introductive : Quels enjeux recouvrent les différends relatifs à la visibilité de l’islam dans l’espace public ?

Intervenant : Olivier ROY

à Vendredi 3 octobre Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

2) Séance : (Dé)construction d’une mémoire commune. Quelle mémoire pour les musulmans de / en France ?

Intervenants : Jocelyne DAKHLIA ; Sadek SELLAM

à Vendredi 10 octobre Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

3) Séance : Littéralisme et contextualisation : pourquoi les courants les plus  fondamentalistes semblent en pointes et pourquoi les courants rénovateurs et  spiritualistes semblent régresser ?

Intervenants : Rachid BENZINE ; Soufian AL-KARJOUSLI

à Vendredi 17 octobre 2014 Salle CELAN 18-20 heures

 

4) Séance : Qu’est ce que  la radicalisation quand on parle d’islam, Quel rapport avec le terrorisme ? Dérive aux facteurs indépendants du religieux ou  intrinsèquement  liés ?

Intervenants : Ahmed MIKTAR, Bernard GODARD

à Lundi 3 novembre 2014 amphi  RATAUD 18-20 heures

 

5) Séance : Existe-t-il une judéophobie spécifiquement musulmane ? Si elle est historiquement attestée, quelle évolution en France pour les nouvelles générations et par rapport à l’antisémitisme européen ?

Intervenants : Martine COHEN, Georges BENSOUSSAN

à Vendredi 14 novembre 2014 Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

6) Séance : L’islamophobie : déconstruire une notion controversée.  Est-ce un concept pertinent en tant que concept ? Comme concept subi ? Comme regard de l’autre ?

Intervenants : Abdennour BIDAR, Lila CHAREF

à Vendredi 21 novembre 2014 Salle CELAN 18-20 heures

 

7) Séance : L’islam est-il un élément de radicalisation de la laïcité ? Quels enjeux recouvrent les différends relatifs à la visibilité de l’islam dans l’espace public ?

Intervenants : Philippe GAUDIN ; Charles CONTE

à Vendredi 28 novembre 2014 Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

 

8) Séance : La socialisation en France des musulmans a-t-elle modifié leur rapport à l’autorité (politique, religieuse, magistérielle, etc.) ? Quelle place pour la loi  religieuse ? Y a-t-il un espace pour  une  école  juridique européenne ?

Intervenants : Larbi BECHRI ; Bernard BOTIVEAU

à Lundi 1er décembre 2014 amphi  RATAUD 18-20 heures

 

9) Séance  « Quelle représentation de l’islam en France ? Est-il possible d’inventer une représentativité en situation d’islam minoritaire et indépendant du politique (l’État) ? Dans ce cas, quelle articulation entre le politique (les notables musulmans élus ou pas) et le religieux (le magistère) ? Quel pouvoir de régulation (pratiques, interprétation du dogme) ? »

Intervenants : Frank FREGOSI, Mohamed MOUSSAOUI,

à Lundi 8 décembre 2014, amphi  RATAUD 18-20 heures

 

10) Séance : Islam et Internet, outil de « l’invention »  de l’islam loin des centres de pouvoir et  des cultures traditionnels. Unicité  multiplicité des représentations des musulmans en  France. Quel islam produit Internet ? Comme outil de communication, quels effets pervers, à l’image de ce que génère Internet en général ?

Intervenants : Saïd BRANINE ; Haouès SENIGUER

à Vendredi 19 décembre 2014 Salle CELAN 18-20 heures

 

11) Séance : Les multiples facettes du « faire communauté » des musulmans dans une société sécularisée et plurielle ? Ce qu’on appelle « communautarisme » est il un nouveau mode du « faire communauté » (tout halal, vêtement, etc.) ? Est-ce « l’invention » d’une manière d’être musulman et français ? Quel rapport au  politique à l’aune des derniers scrutins ?

Intervenants : Ali ADRAOUI, Alain SEKSIG

à Lundi 5 janvier 2015  Salle des Actes, de 19h00 à 21h00

 

12) Séance : Conclusion : vers un islam européen ?

L’Europe continentale compterait aujourd’hui plus de 44 millions de personnes de culture musulmane, soit 6 % de sa population globale et 3 % des musulmans mondiaux. Cette réalité sociodémographique constitue avec la perte d’emprise sociale des Églises établies, l’une des caractéristiques majeures du paysage religieux européen. S’interroger sur les rapports existant entre les communautés musulmanes et les États européens revient à dresser un état des lieux du devenir institutionnel de l’islam européen d’une part (degré d’institutionnalisation) et d’autre part à analyser les types de gestion publique du fait islamique mises en œuvre dans les sociétés européennes (politiques publiques musulmanes)

Intervenants : Abdallah BEN MANSOUR ; Jonathan LAURENCE

à Vendredi 9 janvier 2015 Salle CELAN, de 18h00 à 20h00

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Journée d’études : « Communautés religieuses et changement social » – IRENE & CEIFR

Journée d’études                       

 

Identités et religions : études des nouveaux enjeux (IRENE)

& Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CEIFR-EHESS)

 

 

COMMUNAUTÉS RELIGIEUSES ET CHANGEMENT SOCIAL

 

Le 6 juin 2014, au bâtiment France

190-198 avenue de France – Paris XIIIe (salle du Conseil)

Entrée libre – dans la limite des places disponibles

 

9h00-9h20 : Rita HERMON-BELOT (CEIFR-EHESS) : « Introduction : Envisager la communauté dans son contexte »

 

Session 1 : Communautés et pluralités religieuses

 

9h30-9h50 : Javier González DÍEZ (DCPS-Université de Turin) : « Dynamiques de conservation, innovation et re-fonctionnalisation sociale dans la construction d’une communauté hindouiste en Europe : le cas du Gitananda Ashram de Altare (Savona, Italie) »

 

9h55-10h15 : Sophie GEISTEL (DynamE-Université de Strasbourg) : « L’aumônerie catholique hospitalière : une communauté religieuse parmi d’autres »

 

10h20-10h40 : Discussion

 

10h45-11h05 : Christophe MONNOT (ISSRC-Université de Lausanne) : « La communauté comme organisation locale encastrée »

 

11h10-11h30 : Anne-Sophie LAMINE (DynamE-Université de Strasbourg) : « Peut-on fabriquer du monde commun à partir du particulier ? Analyse pragmatique d’un média musulman »

 

11h35-12h00 : Discussion

 

Session 2 : Communautés religieuses et performances d’action collective

 

14h00-14h20 : Dominique IOGNA-PRAT (CEIFR-EHESS) : « Civique et/ou religieuse : le problème de la communauté dans le Moyen Âge »

 

14h25-14h45 : Eva MARZI (ISSRC-Université de Lausanne) : « Les ambassadrices de l’islam : le voile comme « répertoire d’action » communautaire »

 

14h50-15h10 : Discussion

 

15h15-15h35 : Josselin TRICOU (Université Paris 8-CRESPPA-Labtop) : « La « communauté » des blogueurs «cathos » dans le débat sur le Mariage pour tous. Communalisation et individuation »

 

15h40-16h00 : Laurence PODSELVER (CRH-EHESS) : « De la communauté à la nation? L’émigration des jeunes Juifs vers Israël »

 

16h05-16h25 : Discussion

 

16h30-16h50 : Alexandre PIETTRE (ISSRC-Université de Lausanne, GSRL-EPHE) et Romain SEZE (GSRL-EPHE) : « Conclusion : Faire communauté dans un contexte de sécularisation avancée »

 

 

Comité d’organisation :

Alexandre Piettre (ISSRC-Université de Lausanne, GSRL-EPHE)

Romain Sèze (GSRL-EPHE)

Comité scientifique :

Rita Hermon-Belot (CEIFR-EHESS)

Alexandre Piettre (ISSRC-Université de Lausanne, GSRL-EPHE)

Romain Sèze (GSRL-EPHE)

Sylvie Taussig (CNRS-UPR 76)

 

 

                                                                  

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Cécile CAMPERGUE

Cécile Campergue est anthropologue et sociologue, spécialisée dans le champ religieux. Auteure d’une thèse sur le rôle du maître dans la diffusion du bouddhisme tibétain en France, elle poursuit ses recherches en comparant le succès du bouddhisme tibétain à Taiwan au cas français dans le cadre d’un projet de recherches dirigé par Fabienne Jagou (EFEO), financé par la CCKF (Chiang Ching-Kuo Foundation), et intitulé « Practice of Tibetan Buddhism in Taiwan with a comparative analysis with the French example ». Chargée de cours à l’Université Catholique de Lyon et directrice du master « Sciences et gestion du fait religeux » de l’IFER (Institut de formation pour l’étude et l’enseignement des religions) au CUCDB (Centre Universitaire Catholique de Dijon), elle enseigne également l’anthropologie et la sociologie dans de nombreux Instituts de Formation en Soins Infirmiers, formant, entre autres, les futurs professionnels de la santé à la prise en compte du fait religieux.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Alexandre PIETTRE

 

PARCOURS PROFESSIONNEL

 

=> déc. 2012 projet de recherche présenté aux concours 2013 CR1 & CR2 des sections 36, 38 et 40 du CNRS, intituléLe renouveau islamique dans la transformation des espaces sociaux des quartiers populaires (France – Suisse – Europe),soutenu par les UMR CEIFR (EHESS), GSRL (EPHE), IRIS (UP13 – EHESS – ENS) et Triangle (UL2 – Science Po Lyon – ENS Lyon). Projet également présenté aux concours CR2 en sections 36, 38, 39 et 40 en 2012, avec les soutiens des UMR IRIS et Triangle.

 

=> nov. 2011  Auditionné sur un poste MCF (section 19) à l’Université de Strasbourg en « sociologie de la ville »

 

=> sept. 2011 Professeur contractuel remplaçant de Philosophie, de SES et d’Histoire-Géographie dans le second degré sur les Académies de Paris, Créteil et Versailles. Contrats à temps plein en SES sur les Lycées Rodin et Voltaire à Paris d’octobre 2011 à mars 2012, puis en Philosophie au lycée Berlioz à Vincennes de mars à août 2012.

 

=> mai 2011 Auditionné sur un poste MCF (section 24) au CNAM fléché « Politique de ville et géographie des TIC ».

 

=> fév. 2011 qualifié par le CNU en section 24 (aménagement-urbanisme) et en section 19 (sociologie – démographie)

 

=> janv. 2011 projet de recherche présenté aux concours CR1 & CR2 des sections 36, 38, 39 et 40 du CNRS, intitulé « Islam, espace public et action collective dans et du point de vue des quartiers populaires en France et en Europe depuis les émeutes de 2005 », soutenu par les UMR IRIS (UP13 – EHESS – ENS) et Triangle (UL2 – Science Po Lyon – ENS Lyon)

Chercheur associé :

 

=> février 2012 à l’Institut des Sciences Sociales des Religions Contemporaines (ISSRC) de l’université de Lausanne. Association à l’équipe suisse coordonnée par la Pr. Monika Salzbrun, Directrice de l’ISSRC, dans le cadre desprojets de recherche internationaux DISTINCT et DEVIATION. Perspective de soumettre un projet de recherche au Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique (FNS) en mars 2013, portant sur des études urbaines comparées en France et en Suisse à propos du renouveau islamique comme support de politicité.

 

=> juin 2011 au projet de recherche DEVIATION « Cultural Minorities, ‘Citizenship Gap’ and Social Inequalities in Education and Entrepreneurship »pour le« Topic : « Social Innovations against Inequalities »du Socio-Economic Sciences and Humanities Work Programme 2012 du 7th Framework Programme de l’UE, pour des enquêtes dans 11 pays européens et coordonné au niveau international par Ulrika Mårtensson (Professor in Religious Studies – Norwegian University of Science and Technology). Chargé de la coordination de l’équipe française de recherche. Soumission le 2 février 2012 aux côtés de la Pr. Aide Esu du Département de science sociale et des institutions de l’Université de Cagliari pour l’équipe française, et de la Pr. Monika Salzbrunn de l’ISSRC de l’Université de Lausanne pour l’équipe suisse.

 

=> déc. 2010 auprojet de recherche DISTINCT « Discourses of inclusion and exclusion: Impacts on the Integration and Well-being of European Muslims  »soumis le 9/02/2011 au Riksbankens Jubileumsfond (Fond pour la recherche en SHS de la Banque Nationale de Suède), pour des enquêtes dans 7 pays européens et coordonné au niveau international par Ulrika Mårtensson (Professor in Religious Studies – Norwegian University of Science and Technology). Chargé de la coordination de l’équipe française de recherche (délégué à l’origine par Nilüfer Göle, Directrice d’études au CESPRA-EHESS). Nouvelle soumission le 8 février 2012aux côtés de la Pr. Aide Esu du Département de science sociale et des institutions de l’Université de Cagliari pour l’équipe française, et de la Pr. Monika Salzbrunn de l’ISSRC de l’Université de Lausanne pour l’équipe suisse.

 

=> juin 2010 à la recherche ECOS 2010-2012, « Espaces publics et conflictualités démocratiques. Argentine – France », UFR de Sciences Sociales – Université de Paris 7, Instituto de Ciencia Politica – Universidad Nacional de General Sarmiento, Instituto de Investigationes Gino Germani & Carrera de Ciencia Politica – Universidad de Buenos Aires. Publication d’un ouvrage collectif intitulé Les diagonales du conflit prévue en 2013 en Français et en Espagnol.

=> sept. 2010Enseignant à l’IRTS de Neuilly-sur-Marne (en lien avec l’UFR DSPS de l’Université de Paris 13), chargé des TD « politiques publiques ettravail social » (L1 AES) et « politiques sociales » (L2 AES) en 2010-2011, puis des TD d’Introduction à la science politique (L1 Droit et Science po) en 2011-2012 et 2012-2013.

juin 2009Chercheur associéau Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) Socio-économie de l’habitat pour

déc. 2010 l’atelier « rénovation urbaine, démocratie et mixité sociale » dirigé par A. Deboulet (UMR LAVUE) et C. Lelévrier (LABURBA)

nov. 2009 ATER à mi-temps en Sociologie à l’Université d’Evry : CM de Sociologie urbaine et TD de

août 2010 Méthodologie du Master 1 sociologie, TD d’Introduction à la sociologie en Licence 1 AES

 

sept. 2008 ATER à plein temps en Science politique à l’Université de Nantes : CM et TD en Sociologie

août 2009 de l’Etat eten Philosophie politique (Master 1), CM en Politique européenne comparée (Licence 3), TD en Analyse des politiques publiques, en Politiques locales (Master 1), et en Méthodologie de mémoire (Master 2)

 

juillet 2007 Chercheur associé à l’association ARMINES pour le projet de recherche RU4E « Renouvellement

juillet 2008 Urbain et Efficacité Energétique : Evaluation et retour d’Expériences », présélectionné en octobre 2007 par le Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA), puis à l’EA EXPERICE de Paris 8/Paris 13 pour le projet ECORENUR «Ecoconceptionet Ecogestiondes Opérations de Renouvellement Urbain. Intégration de l’efficacité énergétique : évaluation, accompagnement et retour d’expériences » soumis au programme « Villes durables » de l’ANR 2008, coordonnés par Bernard Bourges, professeur à l’Ecole des Mines de Nantes.

 

janv. 2006 Sociologue consultant du Réseau « Contact Partenaire Client ». Prestations pour le compte du

août 2008 LSUG du CSTB, de l’Agence de Liaison pour l’Insertion, la Création et l’Echange (Alice, 95), de la Fédération d’Entraide Protestante, et de l’Association Science Technologie Art Recherche (Star, 75)

 

oct. 2005Habilité à enseigner la sociologie à l’Université de Paris 13 : chargé des CM et des TD des UE

août. 2007 « action sociale » et « innovations sociales » du Diplôme Universitaire de Sciences de l’Education et de la Formation

 

juin Chargé d’études pour le Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi (PLIE) de Cergy : conduite

déc. 2006d’uneévaluation du dispositif d’accompagnement vers l’emploi durable du point de vue de ses bénéficiaires

 

janvier 2002 Ingénieur thésard au sein du Laboratoire de Sociologie Urbaine Générative (LSUG) du Centre

déc. 2004 Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) :nombreuses missions d’assistance à maîtrise d’ouvrage auprès de bailleurs sociaux et de municipalités (diagnostics socio-urbains, conduite et analyse d’entretiens psychosociologiques et enquêtes ethnographiques sur les pratiques socio-spatiales, animation de dispositifs de participation des habitants), recherche « habitat et vie urbaine » pour le PUCA.

juin 2000 Chargé de missions (conduite et analyse d’entretiens psychosociologiques, enquêtes

déc. 2001 ethnographiques, diagnostics socio-urbains) auprès du LSUG du CSTB

 

février Chargé d’étude pour l’association « Vacances ouvertes » sur les pratiques de vacances autonomes des

avril 2000 jeunes dans le cadre de l’opération « Sacs Ados »

nov. 1998        Stagiaire au sein du Service du développement économique de la Ville de Viry- Châtillon (91), chargé août 1999  de l’élaboration d’un diagnostic territorial,

avril 1999 Stagiaire auprès de la SARL Erlès Consultants, chargé d’étude sur les pratiques socio-spatiales des de août 1999 adultes de la Grande Borne pour les Contrats Locaux de Sécurité de Grigny et de Viry-Châtillon (91)

sept. 1996 Animateur d’ateliersde méthodologie et d’éducation à la citoyenneté et intervenant en études dirigées

juin 1998 dans trois collèges de ZEP, à Châtenay-Malabry, au Plessis-Robinson et à Châtillon (92)

nov. 1995 Animateur auprès des jeunes à la Maison de quartier du Puits-la-Marlière à Villiers-le-Bel, puis à la

août 1996Mission locale de Cergy-Pontoise (95), dans le cadre du Service National Ville

 

juillet – Chargé de mission auprès du député-maire de Montreuil (93) : réalisation d’une étude sur la Seine-

octobre 1995 Saint-Denis suite à la publication du Schéma Directeur pour la région Ile de France

 

 

FORMATION INITIALE

 

déc. 2010 Doctorat de « Sociologie du pouvoir : politiques, institutions, sociétés » obtenu avec la mention très honorable et les félicitations du jury au Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques de l’Université Denis Diderot – Paris 7. Thèse intitulée « Entre urbanité et communauté, la politisation de l’espace public urbain » et dirigée par le professeur Numa Murard.

sept. 2001DEA « Sociologie du pouvoir : politiques, institutions, sociétés », Université de Paris 7.

sept. 1999 DESS « Aménagement, Animation, Développement Local », Université de Paris 7.

nov. 1994 Maîtrise d’Histoire, Université de Paris 1.

1989-1992 Classes préparatoires à l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, aux lycées Fénelon (Paris 6è) et Lakanal (Sceaux, 92) ; équivalence DEUG de Géographie (1992), Université de Paris 1.

AUTRES ACTIVITES liées à l’ ANIMATION de la RECHERCHE

  • Membre du comité de lecture des propositions de communications pour le colloque Jeunes chercheurs en études critiques du politique « Les lieux du corps : politique et émancipation », 25-26 janvier 2013, coorganisé par le CSPRP (Université Paris 7), le GTM – CRESPA (Université Paris 8), le LLCP (Université Paris 8) et la Maison des Sciences de l’Homme.

  • Membre du réseau scientifique de l’atelier « Pratiques politiques locales » de l’IRIS-EHESS – oct. 2011

  • Membre du Conseil scientifique du Réseau Thématique n°2 « Migrations, altérité et internationalisation »  de l’Association Française de Sociologie (AFS) – juillet 2011. Co-élaboration de l’appel à communications du RT pour le 5è Congrès 2013 de l’AFS sur le thème des dominations, co-responsabilité de l’axe 3 « Communautés, engagements publics et espaces urbains ».

  • Membre de l’European Sociological Association (ESA) :

      • Affilié au Research Network nr. 25 « Social Movements »– mai 2011

      • Membre du Large Boarddu Research Network nr. 34 « Sociology of Religion » – sept. 2011, qui a organisé une Mid-term Conference en coopération avec la Section « Religionssoziologie » de la Deutsche Gesellshcaft für Soziolologie (DGS), Transformations of the Sacred in Europe and beyond, Université de Postdam, 3-5 septembre 2012.

  • Membre du comité de lecture et de sélection de contributions pour un ouvrage collectif – nov. 2010

    Manuel Boucher (dir.), Regards croisés sur la régulation sociale des désordres,Paris, L’Harmattan, coll. « Recherche et transformation sociale », 2012.

  • Membre du bureau du Réseau Thématique n°21 « Mouvements sociaux » de l’AFS – janvier 2009 :

  • Co-élaboration des appels à communications « Les mouvements sociaux face à la question de la violence » (3è Congrès de l’AFS, 14-17 avril 2009), et « Mouvements sociaux et innovations. Nouvelles technologies comme enjeu, nouvelles technologies comme répertoire » (4è Congrès de l’AFS, 5-8 juillet 2011) : sélection des communications, coordination et animation de sessions ;

  • Co-organisation des séminaires réguliers du RT 21 (3 à 4 par an)

  • Membre du comité d’organisation du colloque « Regards croisés sur la régulation sociale des désordres » en partenariat avec le RT3 « Normes, déviance et réactions sociales », qui s’est tenu à l’Institut du Développement Social de Rouen les 26 et 27 octobre 2010

 

LANGUES :Allemand (étudié en 1ère langue jusqu’en classes préparatoires :lu, parlé, écrit), Anglais (lu, parlé, écrit)

 

Liste de Publications et de Communications

d’Alexandre Piettre

CSPRP – Université de Paris 7

Chercheur affilié à l’ISSRC – Université de Lausanne

Candidat CR CNRS soutenu par le CEIFR-EHESS, le GSRL-EPHE

l’IRIS-EHESS & Triangle-ENS/Science Po Lyon

Ancien ATER des Universités de Nantes et d’Evry

Ancien Ingénieur thésard du LSUG – CSTB

 

 

 

 

Article dans une revue internationale à comité de lecture

 

  • « La sociologie de l’espace public à l’épreuve de la communauté. Le renouveau islamique dans l’expérience politique du Kollectif de Bondy (2000-2001) », Revue européenne des migrations internationales (soumis).

  • « Entre l’urbain et le social, un espace politique ? Histoire et devenir du quartier de la Plaine du Lys à Dammarie-les-Lys à l’aune de la mobilisation politique de l’association « Bouge qui Bouge » », in L’Homme et la Société n° 160-161, 2006/2-3, Citoyenneté engagements publics et espaces urbains, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 103-134.

Publication dans des Actes de colloque international

  • « Conflits autour d’un silence. De l’aperception d’une « lutte pour la visibilité » par des sociologues au service des politiques urbaines », in Marie-Claire Caloz-Tschopp (dir.), Résister dans le travail de service public. Colère, courage et création politique, Actes du colloque international de théorie politique, Université de Lausanne, Institut d’Etudes Politiques Internationales (IEPI), 23-24-25 avril 2010, vol. 6, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 209-223.

Autres articles et contributions

  • « Islamisation d’un espace social et sémiotisation d’une color line : Le cas du quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes », in Béatrice Turpin (dir.), Discours et sémiotisation de l’espace. Les représentations de la banlieue et de sa jeunesse, Paris, L’Harmattan, collection « Espaces discursifs », 2012, p. 37-60.

  • « Les conseils de voisinage de Grigny – la Grande Borne : un community policing à la française ? », in Manuel Boucher et Virginie Malochet (dir.) Regards croisés sur la régulation sociale des désordres, Paris, L’Harmattan, collection « Recherche et transformation sociale », 2012, p. 231-244.

  • « Conjuguer dans un même espace politique et communauté. L’exemple de l’association « Bouge qui Bouge«  à Dammarie-les-Lys », in Michèle Leclerc-Olive (dir.), Affaires locales. De l’espace social communautaire à l’espace public politique, Paris, Karthala/GEMDEV, 2006, p. 83-105.

  • « Les grandes « émotions » de novembre 2005. Perspectives pour un résistible nouvel échec politique à gauche », in Mouvements n°43, Paris, La Découverte, janvier-février 2006, p.122-130.

Rapports de recherche

  • « Des médiations socio-spatiales à la configuration de l’espace public », in N. Murard et C. Daum (dir.), Citoyenneté, engagements publics et espaces urbains, Rapport final, Action Concertée Incitative Ville – Ministère de la Recherche et de la Technologie, URMIS/CSPRP – UFR de sciences sociales de l’université de Paris 7, octobre 2004, p. 41-62.

  • Modes d’habiter, spatialisation des relations sociales et enjeux identitaires dans les quartiers d’habitat social, B. Allen (dir.), Habitat et Vie Urbaine, PUCA – Ministère de l’Equipement des Transports et du Logement, LSUG – CSTB, février 2004.

  • « La citoyenneté au carrefour des imaginaires. Entendus, sous-entendus, et malentendus dans l’expérience politique et électorale du « Kollectif » de Bondy et de la liste « Rebondir » à la faveur des élections municipales de mars 2001 », in N. Murard et C. Daum (dir.), Citoyenneté, engagements publics et espaces urbains, Rapport intermédiaire, Action Concertée Incitative Ville – Ministère de la Recherche et de la Technologie, URMIS/CSPRP – UFR de sciences sociales de l’université de Paris 7, janvier 2003, p. 23-32.

Comptes-rendus critiques d’ouvrage

  • Compte-rendu de « Rachid Id Yassine, L’Islam d’Occident ? Introduction à l’étude des musulmans des sociétés occidentales, Perpignan, Editions Halfa, 2012 », in Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 juillet 2012. URL : http://lectures.revues.org/8902

  • Compte-rendu de « Robert Muchembled, L’orgasme et l’Occident. Une histoire du plaisir du XVIè siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2005 », in Corps, n°9, Paris, Editions du CNRS, dossier « Corps et Sciences sociales » coordonné par Dominique Memmi et Florence Bellivier, avril 2011, p. 127-129.

  • Compte-rendu de « Suzanne Rosenberg et Marion Carrel, Face à l’insécurité sociale. Désamorcer les conflits entre usagers et agents des services publics, La Découverte, 2002 », in Mouvements n°26, Paris, La Découverte, mars-avril 2003, p.184-185.

Rapports de mission d’analyse ou d’intervention sociologique

  • Les bénéficiaires du PLIE de Cergy et leur rapport au dispositif d’accompagnement vers l’emploi durable, Association Convergences Emploi Cergy, juillet 2007.

  • Etude socio-urbaine préalable à l’Opération de Renouvellement Urbain du quartier Pays de France pour le Foyer rémois [Reims]. Enquête auprès de 130 habitants, B. Allen (dir.), CSTB, février 2007.

  • Evaluation de deux Opérations de Renouvellement Urbain pour le groupe « Immobilière 3F » à Stains-Moulin Neuf et Sevran-Beaudottes. Diagnostic socio-urbain, analyse des modes d’habiter et propositions d’amélioration des projets urbains, B. Allen et P. Séchet (dir.), CSTB, juillet 2006.

  • Analyse des dynamiques résidentielles du quartier de Montconseil à Corbeil-Essonnes : l’enjeu de la requalification du quartier. Enquête auprès de 120 habitants, CSTB, mai 2003.

  • Diagnostic socio-urbain de la résidence de l’OPSOM du quartier de la Plaine-Saint-Martin à Ham, avec P. Séchet, CSTB, mars 2003.

  • Requalification du quartier du Marais : Mémentos de programmation n°1 et 2, avec P. Séchet, CSTB, juin et octobre 2002.

  • Diagnostic socio-urbain de la résidence de l’OPSOM de Mers-les-Bains, avec P. Séchet, CSTB, mars 2002.

  • Requalification de la résidence de l’OPSOM de Mers-les-Bains : Mémentos de programmation n°1, 2 et 3 avec P. Séchet, CSTB, mars, avril, et mai 2002.

  • Le Marais : recherche d’un équilibre dynamique entre hypercentre, quartier historique et village urbain, M. Bonetti (dir.), CSTB, février 2002.

  • Analyse des dynamiques résidentielles et des relations sociales du quartier de Montereau-Surville. Enquête auprès de 160 habitants, B. Allen (dir.), CSTB, décembre 2001.

  • Projet d’aménagement urbain et de restructuration foncière du quartier de la gare de Garges-Sarcelles. Etude exploratoire sur le fonctionnement social urbain de Garges et Sarcelles, avec M. Bonetti, AFTRP/CSTB, avril 2001.

  • Analyse des dynamiques résidentielles des Tarterêts. Enquête auprès de 103 habitants, B. Allen (dir.), octobre 2000.

  • La Seine-Saint-Denis hier, aujourd’hui, demain, brochure publiée par la Convention pour une Alternative Progressiste à 2000 exemplaires, février 1997, 50 p.

Conférences invitées

  • « Une rénovation urbaine qui ignore une mobilisation politique : le cas du quartier de la Plaine du Lys à Dammarie-les-Lys », communication au Colloque final PICRI, Conflits et écoute. Interroger la coopération sur le projet urbain, Plénière n°2, « Contester, coproduire dans la rénovation urbaine », ENSA Paris Val de Seine, 26-27 novembre 2010.

  • « Conflits autour d’un silence. De l’aperception d’une « lutte pour la visibilité » par des sociologues au service des politiques urbaines », communication au Colloque international de théorie politique, La pensée et l’action dans le pouvoir. Colère : dynamiques soumission-insoumission et création politique, Atelier n°1, Transformation du pouvoir et de la guerre, IEPI de Lausanne, 23-24-25 avril 2010.

Autres communications

  • Sociologie urbaine et dynamiques communautaires  : les figures du ghetto dans les représentations des habitants du quartier des Tarterêts (banlieue Sud de Paris) et du quartier du Marais (centre de Paris), Cours Sociologie des religions I. Religion et société : grandes questions et théories sociologiques du Pr. Christophe Monnot, Université de Genève, Faculté de Sciences Economiques et sociales, 18 décembre 2012.

  • Individualisation du croire et (im)politicité du renouveau islamique. Disparité des croyances et performances communautaires de jeunes musulmans politiquement engagés en banlieue, Séminaire « Variations du croire : frontières du religieux et mouvements transnationaux » de Nathalie Lucas et Anne Sophie Lamine, Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faites Religieux (CEIFR), EHESS, 7 décembre 2012.

  • Quand l’impolitique acquiert une portée politique. Le renouveau islamique comme support de politicité à Bagnolet (proche banlieue de Paris), Colloque international « Penser l’émancipation », Université de Lausanne, 25-27 octobre 2012, Session « Race et capitalisme : stratégies et politisations antiracistes » » 27 octobre 2012.

  • When Impolitics becomes Politics. The role of Islamic Revival in a political mobilization in the Suburbs of Paris, Poster Session, Midterm Conference du Research Network nr 34 « Sociology of Religion » de l’European Sociological Association, Université de Potsdam, 3-5 sept. 2012, 4 septembre 2012.

  • De la mosquée de « la Zeitouna » au nouveau « Parti des Indigènes de la République ». L’Islam comme support de politcité à Bagnolet, communication à l’atelier « Pratiques politiques locales » de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS – EHESS), EHESS, 7 mai 2012.

  • Islam et mouvement social en Seine-Saint-Denis. L’impact des nouveaux acteurs islamiques dans les mobilisations du Kollectif de Bondy, (Les Motivées du 93 – 2001) et du Groupe des Associations de Bagnolet (Parti des Indigènes de la République – 2011), séminaire Seine-Saint-Denis de Marie-Hélène Bacqué, Emmanuel Bellanger et Henri Rey, CEVIPOF, Science Po Paris, 18 octobre 2011.

  • De la mosquée de « la Zeitouna » au nouveau « Parti des Indigènes de la République ». Ethnographie et analyse des modes d’action collective des nouveaux acteurs islamiques du quartier de La Noue à Bagnolet, dans la proche banlieue de Paris, Communication au RN 25 « Social Movements », European Sociological Association, 10è Conférence, Université de Genève, 7-10 sept. 2011, 8 septembre 2011.

  • The Sociology of the Public Sphere collated to the visibility of Islam, Communication pour le RN 34 « Sociology of Religion », European Sociological Association, 10è Conférence, Université de Genève, 7-10 Sept. 2011, 10 septembre 2011.

  • Les usages rôle des nouveaux médias et des réseaux sociales dans la formation de l’économie morale et politique des nouveaux acteurs islamiques du Parti des Indigènes de la République. Le cas des militants du quartier de La Noue à Bagnolet, communication dans le cadre de l’axe 2 « Innovation technologique et création artistique au service des mouvements sociaux »des sessions du RT 21 « Mouvements sociaux » de l’AFS, 4è Congrès de l’AFS, Création et Innovation, Université de Grenoble, 5-8 juillet 2011.

  • « L’urbanité au regard de la visibilité disruptive de l’Islam. Critique de la sociologie de l’espace public d’Isaac Joseph à partir d’enquêtes menées auprès des habitants du Marais (Paris) et des Tarterêts (Corbeil-Essonnes) », séminaire de Michèle Leclerc-Olive et de Marina Hely, « Expériences migratoires », IRIS – EHESS & Migrinter – Université de Poitiers, 4 mars 2011.

  • « Quand l’impolitique acquiert une portée politique. Le cas des émeutes de 2005 », journée d’étude du projet de recherche Espace public et conflictualités sociales. Argentine – France, UFR de Sciences Sociales – Université de Paris Diderot-Paris 7, Instituto de Ciencia Politica – Universidad Nacional de General Sarmiento, Instituto de Investigationes Gino Germani & Carrera de Ciencia Politica – Universidad de Buenos Aires, Paris, Université de Paris 7, 14 décembre 2010.

  • « Islamisation d’un espace social et sémiotisation d’une colorline : le cas du quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes », journée d’études Sémiotisation d’un espace social : la banlieue, dans le cadre du Projet de recherche labellisé MSH du Pôle LaSCoD (Langue, Société, Communication, Didactique) du Centre de Recherche Textes et Francophonie (CRTF) de l’Université de Cergy Pontoise, Construction d’une mythologie urbaine : le jeune de banlieue. Étude d’un processus social de mise en altérité à travers une analyse des représentations et des discours, Saint-Denis, MSH Paris Nord, 3 décembre 2010.

  • Les conseils de voisinage de Grigny – la Grande Borne : un community policing à la française ? », communication au Colloque LERS – AFS RT3 & RT21 Regards croisés sur la régulation des désordres, Atelier n°8 « Le contrôle social et communautaire », IDS de Rouen, 26 et 27 octobre 2010, 27 octobre 2010.

  • « A l’ombre de la « démocratie de proximité » : autour d’une liste « citoyenne » initiée par un « kollectif » de banlieue (Bondy, 2000-2001) », communication au Colloque international de clôture du projet ANR « Genrebellion », UMR IRICE et TRIANGLE, Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005), Axe 3, Quelles issues pour le politique ?, ENS de Lyon, 3-4 juin 2010.

  •  Les conseils de voisinage de Grigny – la Grande Borne : un community policing à la française ? », communication au Congrès annuel de la Société Québécoise de Science Politique, Atelier n°8, Les politiques locales de sécurité, Québec, Université Laval, 20-21 mai 2010.

  • « Les émeutes de novembre 2005 : une brèche dans le régime présentiste d’historicité ? », communication au séminaire Qu’est-ce qu’une crise globale ? Autour du politique, du catastrophique et du temps, programme Mondialisation, cosmopolitisme et nation du lieu de la philosophie dirigé par Francisco Naishtat, Paris, Collège International de Philosophie, 9 avril 2010.

  • « La glèbe et la plèbe. Les révoltes des banlieues françaises : un répertoire d’action collective ancien pour une nouvelle visée du mouvement social ? », communication au séminaire de Denis Merklen, Classes et mouvement sociaux, Master 2 Recherche Sociologie et philosophie politique, Université Paris Diderot-Paris 7, 31 mars 2010.

  • « La glèbe et la plèbe. Les révoltes des banlieues françaises : un répertoire d’action collective ancien pour une nouvelle visée du mouvement social ? », communication au séminaire du RT21 « Mouvements sociaux » de l’AFS, La transformation des répertoires de l’action collective, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2 février 2010.

  • Lecture critique de « Jean-Pierre Warnier et Jean-François Bayart, (dir.) Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, CERI-Karthala, 2004 », séminaire de Dominique Memmi et de Florence Bellivier, « Corps » et sciences sociales – Présentation critique d’ouvrages en présence de leurs auteurs, Séance « corps et politique », Saint-Denis, Maison des Sciences de l’Homme de Paris-Nord, 12 juin 2009.

  • « Le choc des émotions citadines et le réveil décolonial. Faire de la sociologie avec Walter Benjamin, quand en banlieue la violence est constitutive de la politisation de l’espace et du temps », communication à l’atelier du RT 21 Emeutes et révoltes urbaines : la violence comme expression d’un mouvement – 3è Congrès de l’AFS, Violence et Société, Université Paris-Diderot-Paris 7, 15 avril 2009.

  • « L’Islam et la politisation de l’espace public urbain », communication au séminaire de Nilüfer Göle, directrice d’études au Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologique (CADIS), L’Islam dans l’espace public européen, EHESS, 19 février 2009.

  • « Conjuguer les Passages benjaminiens au présent. Le choc des émotions citadines et le réveil décolonial », programme Mondialisation, cosmopolitisme et nation du lieu de la philosophie de Francisco Naishtat, séminaire Enjeux et traces de la psychanalyse dans les Passages et l’historiographie de W. Benjamin, Collège international de philosophie, 24 novembre 2008.

  • Lecture critique de « Robert Muchembled, L’orgasme et l’Occident. Une histoire du plaisir du XVIe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2005 », séminaire de Dominique Memmi et de Florence Bellivier, « Corps » et sciences sociales – Présentation critique d’ouvrages en présence de leurs auteurs, Séance « Le sexe et l’histoire », Maison des Sciences de l’Homme de Paris-Nord, 23 mai 2008.

  • « Conjuguer la politique avec la communauté : l’exemple de l’association « Bouge qui Bouge » à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne) », De l’espace social communautaire à l’espace public politique : injonctions, conjonctions, disjonction,atelier organisé par le CEMS (EHESS), le Groupe d’Etude sur la Mondialisation et le Développement (GEMDEV) et le CSPRP (Paris 7), dans le cadre du colloque La question des frontières… dans et hors de l’Europe, Fête de la Science, Université de Paris 7,14 octobre 2004.

  • « La Plaine du Lys à Dammarie-les-Lys, un non-lieu sans histoire ? », communication au forum « Images et discours sur le logement social » organisé par l’UMR « Villes et territoires », Université de Tours, 3è Semaine de la ville, 5-10 avril 2004, L’habitat social, Maison des Sciences de l’Homme de Tours, 7 avril 2004.

  • « L’inscription de l’Islam dans l’espace public des quartiers populaires : l’exemple de Dammarie-les-Lys », communication à la journée d’études urbanisation et mobilisations collectives du Pôle Liégeois d’Etudes sur les Sociétés urbaines en Développement (PôLE-SuD), Faculté d’Economie, de Gestion et de Sciences sociales, Université de Liège, 16 mars 2004.

  • « L’historicité du quartier de la Plaine du Lys à Dammarie-les-Lys : l’ineffabilité d’un passé qui ne passe pas ? », séminaire « le quartier : un objet pour les sciences sociales » du Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) Socio-économie de l’habitat, 17 février 2004.

irene

More Posts

Follow Me:
LinkedIn